Komi

Puis-je signaler un problème (commun) de traduction du japonais, à propos du suffixe "komi" (osaekomi, uchikomi, tsurikomi etc.), sur lequel je me suis longtemps interrogé, surtout depuis que j'ai découvert la frappe nommée "shomen uchikomi" à l'aïkidô. D'après mes recherches de ces derniers mois, "komi" ne signifie pas "contact", mais serait un suffixe difficilement traduisible exprimant l'intensité, l'insistance ou la répétition, ou simplement expressif, d'où :

Osaekomi = maintenir (totalement) ;
Tsurikomi = pêcher avec insistance, tirer fort ;
Uchikomi = répétition d'attaques (uchi = frappe ou attaque) ou même "taper sur le clou, marteler" ;
Nagekomi = (répétition de) projections.
Makikomi = "enroulement (complet), enveloppement".

On atteindrait ainsi une certaine unité de sens dans les traductions qui rendrait compte de l'utilisation du même kanji en japonais. Je ne suis pas catégorique (les parenthèses dans les exemples montrent que j'en viens même petit à petit à considérer "komi" comme un expressif intraduisible) et c'est à vérifier auprès de gens plus compétents que moi en japonais, mais ça me paraît cohérent. D'après le dictionnaire en ligne Tangorin http://tangorin.com, le kanji ? utilisé pour "uchi" dans le sens "d'intérieur" se lit généralement autrement lorsqu'il entre dans la composition de mots (le plus souvent "nai"). Le kanji utilisé dans "uchikomi" est celui qui désigne la frappe (verbe utsu, "frapper, taper, gifler, donner un coup, battre etc.", sur quelqu'un ou sur un objet, par exemple une cloche ou un clou).

Dans Tangorin,
le premier sens du verbe "uchikomu" est "clouer",
le deuxième est "frapper" ;
le cinquième sens est "se dévouer à, se donner corps et âme à" ;
le sixième est "s'entraîner à frapper" (tennis, baseball etc.)
le septième est le sens spécifique aux arts martiaux : "frapper".

Plusieurs frappes dans les arts du sabre (kendo, iaido, aiki ken) s'appellent "uchi" ou "uchikomi" : shomen uchikomi, yokomen uchi, men uchi gedan gaeshi etc. "Uchi", "celui qui frappe" ou "l'attaquant ou "l'assaillant", est d'ailleurs le nom donné à tori dans beaucoup de ces écoles. Cherchant rapidement si je peux étayer ce que je raconte en terminant, je tombe sur cette page pleine d'éclaircissements : http://www.jctomodachi.fr/actualites-du-club/uchi-komi--coups-redoubles-328694

"Komi" est complexe à traduire ; en fait, je pense qu'on peut considérer qu'il sert à créer un mot dérivé d'un mot simple, pour faire un mot de sens plus fort, tout simplement (avec juste une connotation d'intensité, de répétition, de complétude ou d'inclusion évidente mais souvent difficile à traduire).

J'imagine à l'instant, en gardant l'idée d'inclusion :
Osaekomi = coincer ou maintenir dans l'immobilisation ;
Tsurikomi = pêcher dans (tsurikomi-goshi = pêcher vers la hanche ?) ;
Uchikomi = taper dedans ;
Nagekomi = jeter dans (ou sur le sol) ;
Makikomi = enrouler (en = dans = mettre dans le rouleau), envelopper, emballer.

Ou pourquoi pas simplement "le fait de, l'action de" : l'action de frapper, l'action de projeter, l'action de tirer, l'action d'immobiliser, l'action d'enrouler. Cependant, dans ces deux hypothèses, la deuxième étant assez hasardeuse, on perd le sens intensif. Je le répète, rien de tel que se trouver un Japonais pour avoir confirmation. Katanishi vient en Belgique en décembre, ça fait partie des questions que j'aimerais lui poser.

Jérémie Piscicelli
Royal Judo Club Lambermont-Pepinster (Belgique)

Le kanji se compose d'un orteil et d'une entrée et exprime l'intention d'entrée.

Komi signifie donc "empreint de", "marqué profondément par", "chargé de", "imbibé de", "comprenant de", "pénétré de", "investi de", et par extention "série de" :

Osaekomi = maintenir (pénétré de retient)
Tsurikomi = pêcherie (empreint de pêchage)
Uchikomi = marteler (marquer profondément par des frappes)
Nagekomi = série de projections
Makikomi = engagement enroulé (investi d'enroulement)