La violence dans le jd

La violence dans le jd n'existe ni plus ni moins que dans les autres sports c'est à dire :
- pratiquement exclusivement chez les sportifs de hauts niveaux
- en voie de disparition suite à des campagnes de prévention très importante

Dénoncer ses pratiques en :
- en ciblant exclusivement le jd comme si cette violence concernait particulièrement le jd
- sans cibler les sportis de haut niveau
- sans parler de la tendance à disparaitre suite à des campagnes de prévention très importantes

entrainerait une baisse des inscriptions sans impacte sur l'évolution de la violence chez les sportifs de hauts niveaux. Les parents penseraint que les cours de jd sont des lieux de violences pour leurs enfants alors que ces dénonciations de violences bien qu'elles soient légitimes serait très maladroites et travestirait la vérité.

Patrick Roux dénonce dans un livre, "Le revers de nos médailles" paru en avril 2023, les violences physiques et psychologiques qui ont eu cours sur les tatamis et appelle le jd français à remettre en cause ses méthodes d'entraînement. « le haut niveau français ne peut plus avoir un revers qui soit la maltraitance d'enfants et d'adolescents. Il faut absolument qu'on s'émancipe de nos croyances et qu'on sorte de ça ». Parlant des participants aux différentes instances de la fédération, Patrick Roux et Hector Marino, au sujet de faits qu'ils avaient dénoncés en vain dans les années 2005, 2006, et les avaient amené à s'éloigner de la FFJDA « Ils n’ont rien dit pour conserver des postes, pour ne pas être mis en difficulté, parce qu’ils espéraient quelque chose comme un grade, une sélection, une place dans une commission quelconque ». La Fédération française de jd explique que ces pratiques sont révolues.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Roux_(judo)

Voir aussi :
Prévention aux violences
Outils contre la violence
Guide juridique / violences
Prévention / radicalisation