Musculation

JUDO : PROPOSITIONS POUR UNE MUSCULATION SPECIFIQUE F. LEPLANQUAIS, Francis TRILLES
Laboratoire de Métallurgie Physique associé au C.N.R.S. (U.A. 131)
Faculté des Sciences 40 avenue du\recteur Pineau 86022 POITIERS

La performance sportive du judoka est réputée éminemment multifactorielle. Toutefois, le combat de Judo demeure avant tout un affrontement direct entre deux opposants dont la tenue particulière (judogi) facilite la préhension réciproque et joue dans le sens de la subordination des habiletés techniques aux qualités physiques. Ainsi dit-on parfois que tel judoka n'a pu s'exprimer tant il subissait la domination physique de son adversaire. Cependant, l'expérience nous montre aussi que celui des deux combattants qui est le plus performant dans les exercices de musculation générale n'est pas toujours le plus efficace en combat.
Le problème essentiel rencontré ici est celui de la place de la musculation en tant que moyen mis en oeuvre pour optimaliser les qualités physiques d'un athlète afin de les mettre au service d'une habileté motrice - dans la préparation visant une performance sportive maximale, la notion de musculation est utilisée dans l'acception proposée par Duchateau (1992) "d'entraînement de la force spécifique en sport". La question centrale que nous abordons est :
Comment améliorer l'efficacité des actionneurs tout en affinant le pilotage musculaire ?
A notre sens, le problème essentiel de la spécificité du perfectionnement musculaire du judoka est renfermé dans cette question. Nous proposons deux corollaires pour opérationnaliser la question générale :
1- Quel matériel utiliser pour atteindre ce type d'objectif ? Nous proposons dans le cadre de la réponse a cette question une méthodologie d'entraînement fondée sur la musculation à l'aide d'un mannequin spécifique élaboré par H. Mayeur en 1992 et mis au point par notre équipe à la demande de la F.F.J.D.A..
2- Quels moyens mettre en oeuvre pour évaluer l'action du judoka ? Nous partons de l'hypothèse qu'il est fondamental de fonder notre observation, ici comme en pratique quotidienne, sur les résultats de l'action. En effet, l'enseignant de Judo a, pendant très (trop ?) longtemps observé le geste de Tori lors des Uchi komi et Nage komi notamment, comme si le Judo était une activité d'expression. De notre point de vue, il faudrait que le judoka, ainsi que l'entraîneur, centrent leur attention sur les transformations observables au cours de l'action au sein du couple de combattants en interaction (Albertini, 1983, 1984). Dans le cas de l'entraînement sur le mannequin Mayeur, des masses sont mobilisées en pratiquant des techniques de judo vers l'avant (morote seoi nage par exemple) ou vers l'arrière (O soto gari par exemple).
Dès lors, à laide de l'enregistrement au magnétoscope et d'une analyse d'images, nous évaluons l'aptitude spécifique de chaque combattant à mobiliser des masses en pratiquant une technique de judo et non plus seulement en effectuant un geste haltérophile très éloigné de notre activité. Nous pouvons ainsi, pour un même judoka, comparer ses prestations pour des masses différentes, pour des projections différentes, à celles consécutives à un entraînement : pour deux judokas, comparer les styles (ou bien entre un néophyte et un expert).
Soulignons enfin que cette méthode de travail apparaît très prometteuse dans le sens de "lever les inhibitions" du combattant. Consécutivement à un cycle de trois mois d'entraînement adapté sur le mannequin Mayeur en alternance avec des Nage komi, nous avons pu observer une amélioration sensible chez le judoka de sa détermination en compétition.

Stop disques
Disque de fonte
Appareil adducteur
Appareil de remise en forme

 

Haltère
Appareil Multi-fonction
Porte poids
Banc incliné
Developpé couché