Être jùdôka

Le « ka », de jùdôka, c’est la maison ou la famille. Être jùdôka, c’est avoir trouvé dans la communauté du j¨d˘ une famille, c’est se sentir chez soi dans cet espace, mais c’est aussi en être l’abri, la maison, l’écrin, c’est prendre la responsabilité de l’entretenir, de veiller sur le j¨d˘, sur cette culture.

Un footballeur est une personne qui dispute des matchs de football. S'il ne dispute plus de match, ce n'est plus un footballeur, c'est un ancien footballeur. Un jùdôka en revanche n'est pas qu'une personne qui pratique sur un tatami de jùdô mais une personne qui suit un cheminement intérieur (démarche personnelle) consistant à tendre vers un principe directeur logique et rationnel (ni religion ni magie) Ó but pragmatique, basÚ sur l'adaptabilitÚ () du corps (tai) et de l'esprit (ghi) et de l'entraide et la prospÚritÚ mutuelle (jitai kyoei) afin d'obtenir le bon usage de l'Únergie (seiryoku zenyo) dans toutes les situations dans le but de tendre vers le bien-être et le développement humain (kojin no kansei). Parvenir à suivre cette ligne de conduite dans la vie de tous les jours nécessitant un dévouement (shin) constant envers soi et les autres. On peut être jùdôka depuis son éveil intellectuel au monde jusqu'à sa mort. Tout comme dans l'allégorie de la caverne de Platon, une fois qu'on sait, on ne peut plus ne pas savoir et on ne peut plus se taire.

Comment reconnaitre un jùdôka :
- il respecte le principe du bon usage de l'Únergie (seiryoku zenyo)
- il respecte le principe de l'entraide et la prospÚritÚ mutuelle (jitai kyoei)
- la compétition n'est pas un but mais un moyen
- la règle appliquée à la compétition ne s'applique qu'à la compétition

Étymologie

Du japonais jùdôka (1882), de ju (souplesse), do (voie) et ka (spécialiste, expert).

Symbolisation du concept « ka »
Le caractère superpose l'image d'un cochon et celle d'un toit.
La raison de cet assemblage est un peu obscure ; s'il s'agit d'un idéogramme, ce peut être pour symboliser ce que possède essentiellement une famille, son toit et son cheptel ; s'il s'agit d'un tableau (ce qui est plus douteux), ce peut être parce que « les porcs vivent autour des maisons des paysans chinois, et y ont leurs entrées comme les chiens, pour certains nettoyages ».
Signification de base de maisonnée et dérivation sémantique
- Maison, demeure.
- Tous ceux qui sont d'un même sang, et qui portent le même nom de famille
- Une classe de personnes, une école de philosophes, une secte.
- Mari, fiancée
- Suffixe qui marque les noms de personnes.
- Tout ce qui forme comme une seule famille ou un seul patrimoine, famille sociale.
- Domaine concédé temporairement par le prince à un ministre d'état ou à un grand préfet.

Suffixe 1 - Expert, spécialiste :
Exemples :
- ongakuka (« musicien »)
- kenchikuka (« architecte »)
- sakkyokuka (« compositeur »)
- shisoka (« un penseur »)
- seijika (« homme/femme politique »)
- senmonka (« expert, spécialiste »)
- chojutsuka (« écrivain »)
- tokushika (« personne généreuse, volontaire, bienfaiteur »)
- mangaka (« auteur de manga »)
- rakunoka (« exploitant laitier »)

Un expert étant au minimum 4e dan, les pratiquants du j¨d˘ en dessous du 4e dan s'appellent au Japon des "j¨d˘shugyosha"
Pratiquant du j¨d˘ en dessous du 4e dan de "shugyo" = pratiquant d'étude, poursuite de connaissance, entraînement et "sha" = personne ou pratiquant

Suffixe 2 - Maison (famille) de :
Exemples :
- burubonke (« La Maison de Bourbon »)
- hapusuburukuke (« La Maison de Habsbourg »)

Être un jùdôka peut donc signifier :
- être un membre de la famille du j¨d˘ et donc reconnu comme un de ses membres (étymologie de la maison)
- être un expert ou spécialiste du j¨d˘ (étymologie de l'essence)
- être un pratiquant de j¨d˘ sur le tatami (comportemental)
- suivre un principe directeur logique et rationnel (ni religion ni magie) Ó but pragmatique, basÚ sur l'adaptabilitÚ () du corps (tai) et de l'esprit (ghi) et de l'entraide et la prospÚritÚ mutuelle (jitai kyoei) afin d'obtenir le bon usage de l'Únergie (seiryoku zenyo) dans toutes les situations dans le but de tendre vers le bien-être et le développement humain (kojin no kansei). Parvenir à suivre cette ligne de conduite dans la vie de tous les jours est un cheminement intérieur (démarche personnelle) de toute une vie (do mu kyoku) nécessitant un dévouement (shin) constant envers soi et les autres. Le j¨d˘ka tend à s'adapter () aux problèmes qui lui font face plutôt qu'à leur résister (go) pour obtenir le maximum d'efficacité (philosophique)

... mais certainement pas un simple licencié !

https://fr.wiktionary.org/wiki/judoka

https://fr.wiktionary.org/wiki/%E5%AE%B6#ja

Peut-on ne pas être un jùdôka et être titulaire qu'un grade conséquent ?
Cela dépendant quel aspect de la définition vous retenez. Si être jùdoka c'est :
- être un membre de la famille du j¨d˘ et donc reconnu comme un de ses membres (étymologie de la maison) alors oui pour certains et non pour d'autres
- être un expert (4e dan minimum) ou spécialiste du j¨d˘ (étymologie de l'essence) alors non
- être un pratiquant de j¨d˘ sur le tatami (comportemental) alors non
- suivre un principe directeur logique et rationnel (ni religion ni magie) Ó but pragmatique, basÚ sur l'adaptabilitÚ () du corps (tai) et de l'esprit (ghi) et de l'entraide et la prospÚritÚ mutuelle (jitai kyoei) afin d'obtenir le bon usage de l'Únergie (seiryoku zenyo) dans toutes les situations dans le but de tendre vers le bien-être et le développement humain (kojin no kansei). Parvenir à suivre cette ligne de conduite dans la vie de tous les jours est un cheminement intérieur (démarche personnelle) de toute une vie (do mu kyoku) nécessitant un dévouement (shin) constant envers soi et les autres. Le j¨d˘ka tend à s'adapter () aux problèmes qui lui font face plutôt qu'à leur résister (go) pour obtenir le maximum d'efficacité (philosophique) alors oui

ReflexionsAncienJudoka.htm

ReflexionsCultureJudo.htm

CultureJudo.htm