COUPE MINIMES INDIVIDUELLE DÉPARTEMENTALE
RÉGIONALE ET INTERRÉGIONALE

1 - DÉFINITION

La catégorie minime correspond à une période de formation. Il importe d’offrir une pratique sécurisée aux jeunes jùdôkas, tout en valorisant un jùdô d’attaque et de projection permettant une progression technique à long terme. Les compétitions de cette catégorie d’âge permettent, parmi d’autres critères, aux conseillers techniques de détecter les jùdôkas qui pourront rejoindre les centres d’entraînement de la filière du haut niveau fédéral (dès leur première année cadet). La coupe minime permet aux jeunes de s’exprimer dans un contexte éducatif. Animation, acquisition d’expériences, contacts et échanges priment sur le ré sultat sportif. Dans la continuité du jùdô pratiqué par les benjamins, la position naturelle (shizentai) et la saisie fondamentale à 2 mains (col et manche) sont des facteurs essentiels dans l’objectif de construire à moyen terme un jùdô de qualité, dynamique et complet. La remise des récompenses doit être sobre et ne pas dévaloriser les perdants. Les combattants ayant un bon comportement sont à valoriser. Un échauffement collectif sera dirigé par un professeur, un conseiller technique ou un haut gradé.

2 - ANNÉES DE NAISSANCE

Né(e) en 2001 et 2002

3 - NATIONALITÉ

Française et étrangère telles que définies dans le code sportif

4 - GRADES- LICENCE-PASSEPORT-CERTIFICAT MÉDICAL

- Ceintures orange minimum.
- Deux années de licence, dont celle de l'année en cours.
- Passeport de moins de 8 ans (une tolérance de validité jusqu'au 31 août de la saison est accordée).
- Certificat médical (Article L3622 du code de santé publique) mentionnant l'absence de contre-indication à la pratique du Jùdô, Jùjutsu est obligatoire.

5 - CATÉGORIES DE POIDS

Féminines minimes : -36 kg ; - 40 kg ; - 44 kg ; - 48 kg ; - 52 kg ; - 57 kg ; - 63 kg ; -70 kg ; +70 kg
Masculins minimes : - 34 kg ; -38 kg ; - 42 kg ; - 46 kg ; - 50 kg ; - 55 kg ; - 60 kg ; - 66 kg ; -73 kg ; + 73 kg.
NOTA : Les athlètes qui auront changé de poids entre deux niveaux de sélection seront autorisés à combattre dans la catégorie supérieure (descente de poids non autorisée).

6 - ARBITRAGE (il devra être éducatif)

a) Saisies : Le combat commence à distance. Les 2 jùdôkas cherchent à construire une saisie à 2 mains. Le positionnement en garde haute est autorisé (sans plier uke). Les attaques «à une main» seront autorisées dans la mesure où le résultat est immédiat et qu'il n'y a pas de contrainte au niveau du cou de uke (matte immédiat dans les cas inverses). La garde croisée est interdite. Pas de garde unilatérale pour les formes sumi gaeshi et autres formes avec ceinture. L'arbitre annoncera «matte» « shido » dès la première tentative et expliquera au jùdôka qu'il ne doit pas recommencer. Les saisies directes et indirectes de jambes en attaque sont interdites. L'arbitre annoncera « matte » « shido » dès la première tentative et expliquera au jùdôka qu'il ne doit pas recommencer. En cas de récidive, l'arbitre annoncera « hansokumake ».
b) Formes techniques :
– l'arbitre doit annoncer rapidement « matte » quand les 2 combattants sont au corps à corps et qu'il n'y a pas de résultat immédiat (2 à 3 secondes).
– interprétation des « makikomi » et des « sutemi »: si le combattant se jette au sol sans suffisamment de préparation et de déséquilibre ou si son mouvement est jugé dangereux, l'arbitre annoncera « matte » « shido » dès la première tentative et expliquera au jùdôka qu'il ne doit pas recommencer.
– le contre de Uchi Mata en se jetant dans le dos du partenaire est interdit.
– les techniques Forme seoi nage et Tai Otoshi (de même type) réalisées avec un genou au sol sont autorisées et validées. Les techniques Forme seoi nage (ou de même type) en se jetant directement deux genoux au sol sont interdites et donc non validées. L'arbitre annoncera « matte » « shido » dès la première tentative et expliquera au jùdôka qu'il ne doit pas recommencer.
– interdiction des clés de bras et des étranglements.
– la forme d'entrée Sankaku est autorisée en renversement dans sa forme fondamentale, sans contrainte sur la nuque et en libérant les jambes au moment de l'immobilisation.
– la forme d'entrée Sankaku inversée est interdite.
– les formes de retournement avec contrainte sur les cervicales sont interdites (Exemple : Forme dite « Reitter »). Les contraintes sur les cervicales sont interdites sous toutes leurs formes (debout ou au sol).
Pour ces situations l'arbitre annoncera immédiatement « matte » « shido » dès la première tentative et expliquera au jùdôka qu'il ne doit pas recommencer.
c) Pénalités :
–1re intervention: avertissement « gratuit » avec explication de la faute,
–2e intervention: pénalité puis addition des pénalités selon le règlement de la F.I.J.

7 - ACCOMPAGNANT

Les organismes territoriaux délégataires qui le souhaitent peuvent autoriser un accompagnement pour les manifestations destinées aux benjamins et aux minimes dans les conditions suivantes :
– chacun des accompagnateurs (1 par participant) a la possibilité de demander un temps mort de 15 secondes, à l'issue d'un matte, en levant un drapeau rouge ou blanc correspondant à la couleur de la ceinture de son élève.
– l'arbitre accorde le temps mort qui est comptabilisé et indique aux combattants qu'ils peuvent rejoindre leur accompagnateur, une fois leur tenue rajustée. Pas d'utilisation des temps morts durant la minute d'avantage décisif (Golden Score). Si les temps morts n'ont pas été utilisés, une période de 15 secondes sera accordée à la demande des accompagnants avant le démarrage de cette minute.
– seules des indications verbales peuvent être échangées, aucun contact physique n'est autorisé.
– à l'issue du signal marquant la fin des 15 secondes, les combattants devront regagner immédiatement leur emplacement de combat.
– les accompagnateurs devront rester assis sur leur chaise durant la totalité des combats. En dehors des temps morts, il leur est interdit d'échanger paroles ou gestes avec leur élève et les arbitres.
– le responsable de la manifestation a la possibilité d'écarter, pour un combat ou pour la durée de la manifestation, les accompagnateurs dont le comportement déroge à cette règlementation.

8 - TEMPS DU COMBAT

3 minutes
Récupération entre deux combats : deux fois le temps nominal de combat.

9 - FORMULE DE COMPÉTITION

Poules ou tableaux à double repêchage en fonction du nombre d'engagés (possibilité de tapis de 6 m X 6 m avec 1 m de séparation). Un combattant ne devra pas faire plus de sept combats.
Accompagnant non autorisé.

10 - ÉPREUVES DE SÉLECTION

Circuit départemental de 3 tournois puis sélection pour tournoi régional et sélection pour l’interrégion.

District Recommandées
Départementale Sur engagement ou sélection (district)
Régionale Sur sélection départementale
Interrégionale Sur sélection régionale
Nationale Non

Nota 1 : (facultatif)
Les O.T.D. pourront mettre en place un circuit de compétitions éducatives avec des règles aménagées, se déroulant sur toute la saison sportive.
Un exemple d’organisation de ce circuit :
– 3 rencontres départementales ou bidépartementales afin de sé lectionner les minimes pour une phase régionale.
– la phase régionale de ce challenge pourrait aussi être organisée en 3 rencontres par la ligue à l’issue desquelles
seront sélectionnés les garçons et les filles retenus pour la COUPE INDIVIDUELLE INTERRÉGIONS MINIMES.
– 3 autres rencontres départementales pourraient aussi être organisé es pour les non sélectionnés à la coupe interligues. Elle s’échelonneraient jusqu’au mois de juin.
Un stage départemental ou régional pourrait être organisé à la fin de la saison.

DISPOSITIF DÉPARTEMENTAL ET RÉGIONAL DE PERFECTIONNEMENT TECHNIQUE POUR LES MINIMES
Présentation : niveau d’organisation : interclubs, district, département, région.
L’encadrement peut être composé de professeurs de clubs. Ils peuvent être aidés par un conseiller technique et des hauts gradés.
3 animations par an (1 par saison) inscrites au calendrier.
Contenus pédagogiques :
Type 1 : 1 partie technique : ateliers ou prestation technique (type UV 2 du grade d’expression technique adaptée)
Evaluation. 1 partie exercices d’application (Kakari, Yaku Soku Geiko) et Randori (saisie libre).
Type 2 : Stage de perfectionnement avec la participation d’un champion ou d’un formateur national.
Type 3 : Journée de formation des jeunes arbitres.
Type 4 : Stage sportif départemental pour les jeunes qui veulent faire de la compétition.
Type 5 : Séance type projet jùdô + mondo avec des pratiquants de tous les âges.
Compte rendu vers l’OTD : Compte rendu succinct : Nom des clubs, effectifs, signature du président qui atteste que tous les enfants sont licenciés.