Ceinture blanche large ou épaisse

La ceinture blanche large ou épaisse ou ceinture maîtresse pour marquer le grade de 10e dan ou au-dessus en jd n'est pas avérée selon bon nombre d'écrit. Il n'existe d'ailleurs aucune photographie d'un détenteur du 10e dan ou au-dessus avec cette ceinture blanche large ou épaisse autour de la taille. Il existe une légende selon laquelle Jigorô Kanô, aurait dit qu'une personne dépassant le niveau de 10e dan transcenderait le concept de grade et retournerait donc à la ceinture blanche, refermant le cercle de la progression en jd, et symboliquement, celui de la vie n'est jamais sourcée. Le retour à la ceinture blanche serait aussi interprété comme représentant la prise de conscience que la somme des connaissances accessibles en jd est infinie. Celui qui dépasse le 10e dan se rendrait compte qu'il n'arriverait jamais à tout savoir et maîtriser en jd, il prendrait conscience de son ignorance quasi-totale et revêtrait en conséquence une ceinture blanche, à l'image du débutant qui ignore tout. Afin de ne pas confondre les porteurs de 11e dan (juichidan) et 12e dan (junidan) et les débutants 6e kyu, le Kdkan aurait décidé ultérieurement que la ceinture blanche des premiers serait deux fois plus large que celle des seconds. Cette légende n'est attesté par aucune source officielle.

Le titre de 12e dan (junidan), à Jigorô Kanô, fondateur du Jùdô Kdkan par un collège d'administrateurs et hauts gradés du Kôdôkan sur l'initiative de son neveu et directeur du Kôdôkan de l'époque Nango Jiro entre avril 1939 et septembre 1941 (date de son investiture) et septembre 1941 (en 1940 selon certaines sources, date à laquelle aurait dû avoir lieu les Jeux Olympique à Tokyo), pour bien montrer qu'il existererait toujours un dan d'écart entre le plus haut gradé 10e dan (Judan) et lui. Selon Kozo Tsumura du Kôdôkan cela n'a jmais existé attendu que Shihan est celui qui donne les grades et non celui qui les reçoit. De plus, il aurait été étiquement impensable que celui qui créât les grades de jùdô puisse en bénéficier.