Les Sports de combat : Prévention des blessures

Les sports de combat et les arts martiaux sont souvent des sports violents avec des impacts, des chutes et des contraintes articulaires. Les sports de combat peuvent être séparés en 2 catégories :
- les sports de percussion (boxe, karaté, kickboxing...)
- les sports de préhension (judo, ju-jutsu...)
Certains nouveaux sports de combat mixent les deux (MMA).

Les blessures dépendent du sport de combat pratiqué, mais malgré tout les blessures de la cheville sont très fréquentes car les pratiquants sont souvent pieds nus (conseils pour l'entorse de la cheville).

Les sports de combat (5% des consultations) sont représentés essentiellement par le judo et les arts martiaux et les pratiquants sont pour la plupart de haut niveau.

La topographie des lésions dépend de la nature du sport pratiqué, mais les membres supérieurs sont plus souvent traumatisés (31%) ainsi que le rachis (19%). On retrouve des lésions du thorax (cartilage costal) chez les pratiquants de club (8%), de l'épaule (21%) et du coude (13%) chez les nationaux.

On retrouve une grande fréquence d'entorses et de pathologies musculaires quelque soit le niveau, alors que contusions et les tendinites sont fréquentes chez les nationaux.

La technique est en cause dans la majorité des cas (42%) ainsi que la surcharge de travail (14%), quelque soit le niveau. La préparation physique est meilleure chez les nationaux.On compte moins d'arrêt de sport (69%) que dans les autres disciplines mais un peu plus d'hospitalisations surtout chez les nationaux(7%).

Un autre domaine est source de traumatisme dans les arts martiaux comme le karaté, la casse. Cette pratique vise à tester sa force par la casse de planches, de briques, de pains de glace ou carrément de battes de baseball. Beaucoup de pratiquants (même expérimentés) se blessent dans cette pratique. Hélas, nous ne sommes pas faits d'acier trempé et nos os et articulations "encaissent" à chaque coup porté.

En pratique

La technique : N'essayez pas d'imiter les prouesses des professionnels. Restez humbles et évoluez en fonction de vos progrès.

La surcharge de travail : Vous n'êtes pas Superman. Vos os, vos muscles et vos articulations sont les mêmes que le reste des êtres humains. L'insensibilité à la douleur ne veut pas dire que vous ne souffrez pas. Dans les arts martiaux, il n'est pas rare de voir des sportifs pratiquer avec des blessures voire même des fractures...

Soyez donc attentif à toute douleur persistante et ne cédant pas avec le repos. Consultez si besoin s'en fait sentir !

http://nice-osteopathe.blogspot.fr/2011/01/les-sports-de-combat-prevention-des.html

Oreille en chou-fleur

Le terme oreilles en choux-fleur désigne l'aspect du pavillon de l'oreille secondaire à une périchondrite. C'est le cas par exemple suite à des othématomes successifs, rencontrés dans les sports de contact, au rugby à XIII et à XV, en boxe, dans les variétés de kick-boxing, en jiu-jitsu brésilien, en judo, en grappling, en lutte, en combat libre. Cet aspect est également rencontré au cours de maladies générales telles que la polychondrite atrophiante. Ce nom vient du fait que les oreilles déformées ressemblent à des choux-fleurs.

Origine traumatique
À la suite de traumatismes comme des coups violents ou répétés, des frottements ou des pressions, il peut y avoir apparition de déchirements et d'hématome (otohématome) au niveau des pavillons. L'hématome est une accumulation de sang, entre le cartilage et la peau. Mal soigné, cet hématome peut entraîner des lésions inflammatoire du cartilage (chondrite). Le cartilage qui forme le lobe de l'oreille est alors progressivement détruit et l'oreille se déforme petit à petit, prenant un aspect typique en "chou-fleur".

La prévention repose sur :
- le port d'un serre-tête ou d'un casque pour éviter les frottements et atténuer les coups (le port est règlementaire dans les compétitions de lutte universitaire aux États-Unis),
- la ponction rapide des hématomes afin d'éviter l'apparition d'une chondrite et donc la destruction du cartilage et la déformation de l'oreille.

La référence en matière d'oreille en chou-fleur reste le livre Trop Chou, pour ceux qui s'y entendent en rugby, dans lequel 31 des plus célèbres rugbymen ont défini la mêlée (catalyse de l'oreille en choux) et se sont confiés sur la caractéristique de l'avant de devoir l'oreille en choux ou othématome.

Il est à noter que les oreilles en chou-fleur ne viennent pas seulement du judo, mais de différents sports, comme par exemple la lutte ou le rugby.
Dans la culture nippone (japonaise), porter des choux aux oreilles est une forme de respect qui indique la persévérance dans le travail de l'athlète.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Oreille_en_chou-fleur

 

Des morts inquiétantes en judo

Au Japon, quatre enfants meurent en moyenne par an pendant des séances judo.

C'est l'association des victimes des accidents de judo qui a tiré la sonnette d'alarme au Japon. Selon une enquête, quatre enfants trouvent la mort chaque année pendant des séances de judo. Des chiffres d'autant plus inquiétants que les arts martiaux pourraient devenir obligatoires au collège à partir de 2012.

Ryo Uchida, professeur à l'Université d'Aichi, a réalisé quelques statistiques pour appuyer cette thèse. Depuis 1983, au moins 110 jeunes judokas sont ainsi morts au cours d'un entraînement. De plus en plus de familles s'alarment et pour cause, en 2009 et 2010, les cas sont en augmentation. Treize enfants sont décédés et le dernier cas, survenu en novembre, concernait un garçonnet de six ans.

Culture militaire du judo

Yoshihiro Murakawa, un homme de 45 ans, a perdu son neveu il y a cinq ans. Le jeune garçon de douze ans est mort suite à un mauvais coup. Ce japonais critique ce qu'il appelle une culture "militaire" du judo qui tolère "les coups de poing et les coups de pieds" au nom d'une discipline inculquée aux jeunes judokas. Et de renchérir : "les enfants, de peur d'être frappés, doivent obéir à l'entraîneur et ne peuvent pas demander à se reposer".

Il reproche également aux coachs de judo de ne pas laisser les enfants récupérer comme il le faudrait."Au judo, le nombre de morts à cause des techniques spécifiques à ce sport comme les projections, est particulièrement élevé".

Fixer des règles de sécurité

Yoshihiro Murakawa a demandé au gouvernement de fixer des règles de sécurité pour les cours de judo à l'école. Et d'expliquer : "beaucoup d'entraîneurs ne savent pas quoi faire en cas d'accident grave".

La France n'est pas concernée par ces problèmes selon le président de la Fédération de judo, Jean-Luc Rougé. Aucun cas mortel n'a été relevé ces dernières années dans les clubs de judo en France, qui rassemble pourtant 600.000 licenciés, dont 75% sont des enfants âgés de moins de 14 ans.

La fédération affirme par ailleurs étudier les risques de blessures à la tête avec des experts médicaux.

http://www.europe1.fr/sport/articles/des-morts-inquietantes-en-judo-359937