La rectitude

Disposition à suivre ses principes. Le mot "rectitude" est à privilégier au mot "droiture" pour ne pas stigmatiser les "gauchers".

La rectitude en jùdô consiste à suivre un principe directeur logique et rationnel (ni religion ni magie) Ó but pragmatique, basÚ sur l'adaptabilitÚ () du corps (tai) et de l'esprit (ghi) et de l'entraide et la prospÚritÚ mutuelle (jitai kyoei) afin d'obtenir le bon usage de l'Únergie (seiryoku zenyo) dans toutes les situations dans le but de tendre vers le bien-être et le développement humain (kojin no kansei). Parvenir à suivre cette ligne de conduite dans la vie de tous les jours est un cheminement intérieur (démarche personnelle) de toute une vie (do mu kyoku) nécessitant un dévouement (shin) constant envers soi et les autres.

Si on fait une comparaison avec la géométrie cartésienne dans une représentation graphique dans un repère orthonormé d'une équation du type y=ax+b (affine), le principe jùdô est le coefficient directeur (a) et les arts martiaux, l'ordonnée à l'origine (b).

Par exemple, dans cette représentation graphique, l'ordonnée à l'origine est 0.
Le coefficient directeur est 3/2 (quand j'avance de 2 carreaux je monte de 3 carreaux).

L'ordonnée à l'origine 0 et le coeficient directeur 3/2 ne sont que des exemples et ne représentent rien en soit.

Souvent, on ne se concentre que sur l'ordonnée à l'origine (les arts martiaux) qui n'est qu'un point sans voir le coefficient directeur (jùdô) qui oriente l'ensemble des points de la droite.