L'histoire du jùdô en Midi-Pyrénées

"Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre."
Karl Marx

"Plus loin on regarde vers le passé, plus loin on voit vers l'avenir"
Winston Churchill

Le jùdô s'est développé à partir d'une poignée de personnes qui ont très vite compris les vertus éducatives de cette discipline, à la fois sport et art martial.
Sans ces pionniers, passionnés, curieux et entreprenants, l'aventure du jùdô français, et en particulier dans le Midi Toulousain, n'aurait pas eu lieu.
Il est donc normal qu'un hommage leur soit rendu car c'est grâce à eux que nous pouvons perpétuer la passion du jùdô. Plus que jamais pour que le jùdô continue de se développer il faut entretenir leur élan originel : curiosité, enthousiasme, ouverture, initiative... Le jùdô moderne ne doit en aucun cas nier ses racines et ses traditions mais au contraire s'en nourrir. À côté de la pratique du sport de compétition, il faut redonner force et vitalité au jùdô technique, au jùdô loisir, au ju-jitsu. Le jùdô est une discipline multiforme qui peut se pratiquer de 7 à 77 ans dans la mesure où on trouve du bonheur à être sur un tapis. Pour donner ce bonheur lorsqu'on est dirigeant ou enseignant de club, il faut s'inspirer de nos illustres prédécesseurs.

Source : http://serge.conesa.free.fr/pionniers1.htm

L'histoire nous apprend une analogie certaine entre l'apparition du jd à Paris en 1935 et à Toulouse en 1945.
Toulouse va jouer un rôle important dans l'évolution du jùdô au sein du territoire.

1- De la découverte du jùdô à nos jours
    1-1 L'arrivée du jùdô à Toulouse
Juin 1945 Sous la direction de Gilles Maurel assisté de M. Pierre Landetcheberry s'ouvre à Toulouse le premier club de jùdô de la région. Il s'agit du club Omnisport ASPP (association Sportive de la préfecture de police).
MM. Gilles Maurel et Pierre Landetcheberry sont des élèves de M. Robert Sauveniere, professeur renommé, pionnier du jùdô en France avec l'arrivée de M. Kawaishi (dont il se détournera quelques années plus tard, préférant la technique préconisée par le Budokai de Londres). C'est M Kawaishi lui-même qui reconnaît officiellement le club Omnisport ASPP.

Gilles Maurel va obtenir sa ceinture noire, la première de la région et la 52e en France le 1er juin 1946.
C'est au travers de ses cours qu'un nombre important de jùdôka ont obtenu à leur tour la ceinture noie 1er dan. Parmi eux citons :
M. Angevin Raymond en 1949
M. Brousse Pierre en 1951
MM. René Dueguez et Roger Claverie en 1952
M. Maronnie Jacques qui donnera son nom à la Maison du jùdô en 1994.
M.Nectoux créateur en 1966 du Collège Régional des ceintures noires en collaboration avec André Zoveda).

Début 1946, M. Pierre Landetcheberry crée et préside son propre club de jùdô, le jùdô club de l'Olympe, toujours à Toulouse, et au sein duquel participent une dizaine d'étudiants. Parmi eux Jean Laur, Marc Costerousse, Louis et Georges Lasserre.

Ceux-ci s'interessent très vite par ailleurs et tout particulièrement à l'origine du jùdô et à sa technicité. Leur curiosité les conduit en Angleterre, précisément au Budokai de Londres où un japonais Gunji Koizumi pratique un jùdô très différent de celui enseigné en France par M. Kawaishi mais également en Argentine ou au États-Unis.

1947 Pierre Landetcheberry décide de quitter Toulouse pour l'Argentine. Il confie la direction du club à Georges Lasserre. Le dôjo déménage et s'installe 5 rue Matabiau, dans une salle de gymnastique d'avant garde. Le tapis est constitué de plaques de caoutchouc posées à même le planche ce qui représente un progrès relatif par rapport aux anciennes surfaces de combats constituées de sciure sur laquel est tendue une bâche. Le jùdô club de l'Olympe se développe très rapidement et nous y trouverons entre autres Robert Lasserre, Charles Alegre de la Sougole (premier président de centre culturel), Roger Camous, Jean Deredempt, Aintoine Osete (deuxième président), André Deforges...

En 1949, les membres du club de l'Olympe décident l'ouverture d'un nouveau club dont le nom sera Shudokan qui prend ses fonctions le 1er janvier 1950.
Ce club est créé afin de permette à ses adhérents d'être le plus proche possible de l'idée originelle du jùdô pensé par Jigoro Kano.

Le 28 novembre 1951, Ichiro Abe (6e dan) est accueilli au port de Marseille par Georges Lasserre. Plusieurs fois finaliste du championnat du Japon, il a été spécialement choisi par les dirigeants du Kodokan pour enseigner le jùdô avec sa technique et son esprit véritable. Son jùdô va constituer un véritable révélation : finesse, technique, rapidité, pureté des mouvements, style, élégance et efficacité.

Par la suite, le centre Culturel Shusokan poursuit son développement avec l'appui d'André Billert, Directeur de la jeunesse et des Sports et sous la présidence d'Antoine Osete. Il s'installe en 1959, rue Jacques Labatut dans des locaux spacieux et spécifiquement adaptés à la pratique du jùdô, et mis à la disposition par la Mairie de Toulouse.

C'est ainsi qu'à partir de 1950, 22 jùdôkas de très haut niveau - japonais et coréens - dont la première femme japonaise médecin - vont être boursiers au Centre, pour des séjours de 1 à 5 ans.
À noter qu'un jùdôka français, Jean-Pierre Giroux, a bénéficié d'une bourse au Centre pour effectuer un séjour d'une année au Kodokan à Tokyo et poursuivre ses études d'architecture à l'Université.

Cette orientation est soutenu par une pensée forte pour l'épanouissement de l'individu par le sport. Elle s'insrit dans la ligné tracée par Pierre de Coubertin pour le sport et Jigoro Kano pour le jùdô.
C'est aussi à cette époque (1952) que Guy Pelletier jùdôka renommé et membre de l'équipe de France participe à ces stages dirigés par Ichiro Abe. Son influence auprès des tendances toulousaines de l'époque va être déterminante pour la mise en place d'un jùdô préconisé par le Kodokan.

Le 07 janvier 1952, Gilles Maurel met en place le 1er gala de jùdô de la région. À cette époue, le jd est pratiqué par environ 200 licenciés. Ce gala, organisé à la Halle aux grains de Toulouse voit la venue et ce pour la première fois des japonais célèbres à savoir MM. Kuriara, Mashisuki, Kawaishi et Awazu.

Ce gala obtint un succès considérable puisqu'on y dénombre plus de 5 000 spectateurs.
Le lendemain, sous l'autorité de Gilles Maurel et avec l'assistance M. Kawaishi, le premier passage de grades de la Ligue est organisé et désigne une douzaine de professeurs. Parmi ceux-ci, nous relevons le nom de Lafont.

Vu le succès du gala et du nombre toujours croissant de nouveaux jùdôka, un nouveau club ouvre ses portes en 1952. Pacé soi le direction de Louis Subrin, ceinture maron, il s'intitule le jùdô Club de Toulouse.

En 1953, MM. Camille Guiral, Lafont et Louis Subrin vont au passage de grades à Paris (les 2 premiers en scooter), en vue d'obtenir leur ceinture noire.
À cette époque les épreuves se déroulaient au dôjo National Boulevard A. Blanqui) sans catégorie de poids et en 3 épreuves :
- kata
- interrogation technique (5 questions)
- compétition : 4 combats de1 minute avec 3 ippon obligatoires (les Waza-ari n'existant pas).

Le 06 ars 1954, Gilles Maurel organise le 1er Championnat de France de Police après un accord préalable de la FFJ.

Début 1952, M. Lasserre reçoit une délégation du Kodokan au Shudokan amené par Risei Kano (fils de Jigoro Kano). Elle comprenait M. Tashiro, Matsumoto (7e dan), Daigo (6e dan) champion du Japon. Ces derniers exécutèrent pour la première fois en Europe tous les Katas.

Durant la période 1957 à 1961, les jùdôka de la région bénéficient de l'enseignement d'un Haut Gradé japonais, Haku Michigami 7e dan au travers de stages suivis régulièrement par un trentaine de ceintures noires.

Ce dernier dirigeait le jd en Ligue sud-ouest et assumait la tâche de Directeur Technique de la Fédération Nationale de jùdô Sportif (à sa création).
Il va doncavoir une infuence certaine sur un grand nombre de jùdôka de la région.
La Ligue Midi-Pyrénées de jd Traditionnel organise également un certain nombre de challenges ou de démonstrations particulières.

Louis Subrin, 1er président de la Ligue suis l'égide de la F.F.J.D.A., met en place le premier passage de Ceintures Noires dirigé par Haku Michigami début 1956. Il est initiateur au Palais des Sports de Toulouse le 17 avril 1956 du 1er Gala organisé par la Ligue avec la participation de Haku Michigami, de Tadashi Abe.

En liaison avec la F.F.J.D.A., il œuvre pour la présence effective pendant un an (1959) au sein de la Ligue d'un japonais 4e dan Take Hiraoka (ingénieur chez Mitchubichi).

Au terme de son contrat avec le Shudokan, Ichiro Abe quitte Toulouse pour enseigner le jùdô en Belgique.
En 1956, Louis Subrin (2e dan) se rapproche de MM. Bonet Maury et Pimentel et donc de la F.F.J.D.A.
Louis Subrin provoque plusieurs réunions auxquelles assistent toutes les ceintures noires. Les débats placés sous l'autorité de Gilles Maurel consistent à choisir etre l'adhésion à la Fédération du Kôdôkan préconisée par Gilles Maurel et l'adhésion à la F.F.J.D.A. préconisée par Louis Subrin.
L'entente ne pouvant se réaliser (elle le deviendra 2 ans plus tard), Louis Subrin initie la création de la Ligue du Languedoc de la Fédération Françase de jùdô et ce le 12 avril 1956 à Toulouse. Le siège est fixé 15 rue Lafaille. Le comité Directeur élu est alors composé de :
Louis Subrin, président
Guiral Camille, vice-pésident
Duros Max, secrétaire général
Castan Serge, secrétaire adjoint
Brousse Pierre, trésorier

La gestion financière des premières années fut extrèmêment difficile, la Ligue ne survivant que grace aux dons, aux cotisations clubs et aux sacrifices financiers des ses dirigeants. Le budget était de l'ordre de 200 000 (anciens) francs.

La Ligue du Languedoc regroupe les 8 départements actuels.
Durant les années 56 et 57, les dirigeants de la Ligue et les ceintures noires membres vont se déplacer dans tous les départements à titre totalement bénévol, afin de faire évoluer le Jd.

Parmi les clubs les plus importants créés, nous pouvons citer :

le TEC
l'Avenir St Cypriens
le Jd Club de Toulouse
le TUC
le TAC
le Jd Club de Lavelanet
le Jd Club de Saverdun
Jd Club de Foix
le Jd Club d'Albi
le Jd Club de Carmaux
le Jd Club de Millau

Par ailleurs un certains nombre de ceintures noires vont effectuer un stage au sein même de l'INS :
MM Francino, Larudelli, Beaufort, Villeneuve, Guinard, Castan, Dirat, Pujol, Ragognetti, Barthelemy

Les résultats sportifs ne vont pas tarder.
En 1957, le Jd Club de Toulouse accède au quarts de finale du Championnat de France aréquioe de club ceintures marron).
L'équipe était composée de Campillo, Huguier, Pujol, Guinard et Étienne fils de Gaston Étienne futur Secrétaire Général de la F.F.J.D.A. et neveu de Aimé Étienne futur Directeur Administatif de la Ligue.
En 1959, M. Guinard (TUC) est en quart de finale du Championnat de France.
En 1961, M. Dufer est en demi-finale du Championnat de France.
En 1962, Jacques Loumagne, un des plus jeunes ceinture noire de France (à l'âge de 16 ans) est 3e de la Coupe de France Espoirs. Il sera présélectionné olympique (aux jeu de Tokyo).

En 1958, M. Subrin cède la place de Président à M. Laudet tout en assurant le poste de Secrétaire Général. Durant cette Olympiade, M. Claverie va être promu CTR (en 1962).

Juin 1960 va voir la consolidation de la Ligue du Laguedoc (par rapport à l'indépendance souhaité par l'organisation Shudokan) et ce à l'issue d'une entrevue à Paris entre :
les responsables du Shudokan MM. Osette et Lasserre
le Président de la Fédération M. Pimentel
le Ministre M. Subrin
le Secrétaire de la Ligue M. Subrin

M. Paupy succède à M. Laudet en 1962 avant de céder la présidenceà M. Debaissieux en 1969.
Ce dernier confie le poste de trésorier à M. Loubet auquel se substituera M. Deredempt en 1974. Le secrétariat est quant à lui assuré par M. ÉTIENNE qui cèdera sa place à Jean Carlet en 1979. M. Debaisieu va œuvrer pour la réunification F.F.J.D.A. et FNJS. Sur le plan régional, elle va intervenir en 1972. Il va consacrer son énergie à la consolidation et à la mise en place des Comités Départementaux, qui verront le jour respectivement :
en 1968 pour l'Aveyron, le Gers et le Tarn et Garonne
en 1969 pour les Hautes Pyrénées et le Tarn
en 1970 pour la Haute-Garonne
en 1972 pour le Lot
en 1973 pour l'Ariège

Il va par ailleurs mettre en place une École des Cadres confiée à Jacques Seguin ainsi que la CORG régionale confiée à A. Etinne (lequel cèdera sa place le 2 octobre 1982 à M. Barthélémy qui lui-même sera remplacé en 1991 par M. Égéa.

En parallèle, M. Peiffer, Président de la F.F.J.D.A., déigne Pierre Brousse comme Délégué régional du CNCN et lui confie la mission de structurer les collèges départementaux. Ce sera chose faite le 25 avril 1981.

C'est ainsi que les Départements seront présidés respectivement par :
En Ariège M. J. Deredempt, pui M. Fucho
En Aveyron M. Phoenix
Dans le Gers M. Lafont
En Haute-Garonne M. Seguin
En Hautes-Pyrénées M. Loncamps, M. Higuet puis M. Berte
Dans le Lot M. Signat puis M. Lafage
Dans le Tarn M. Barthe puis M. Lapeyre
Dans le Tarn et Garonne : M. Cabanne, M. Chaubard puis M. Égéa

L'évolution du jd est très importante et atteint les 7000 licenciés dès 1980, date à laquelle J. Carlet embauche une secrétyaire administrative : Madame Henna qui 15 années durant (1980/1995) va assister avec dévouement et compétence les différents élus de la Ligue.

Toujours sous la Présidence de M. Debaisieux, M. J.L. Juan en provenance de Montpellier va remplacer M. Claverie en 1970, en tant que CTR.

Le dynamisme de J.L. Juan va être déterminant dans l'évolution du Jd dans la région ainsi que sur sa structure. Il va être initiateur de la mise en place de la Commission Régionale d'Arbitrage, devenant lui-même arbitre international, être nommé Conseiller Technique Interrégional, puis Directeur Technique National de la Principauté d'Andorre et fin 96 Responsable de la Commission Nationale d'Arbitrage au sein même de la F.F.J.D.A..
C'est aussi sous la présidence de Mr Debaisieux qu'un Dôjo Régional va voir le jour à Toulouse, après un accord négocié avec la ville de Toulouse. L'inauguration aura lieu en 1980.

Le 23 septembre 1983, Jean Baute succède à M. Debaizieux, victime d'un accident en décembre 1982, (l'intérim ayant été assuré par Jean Carlet. Au cours de cet inrérim, un 2e CTR, M. Leleu Ménassier va rejoindre Jean-Louis Juan au cours de la saison 1983).

Le secrétaire de la Ligue est André Garrido et le trésorier est Louis Destouesse qui seront remplaçé lors de la future olympiade (en 1988) par M. Ortyl et Mlle Palomba.
Durant 2 Olympiades, J. Baute vapoursuivre l'action promotionnelle du Jd tout en structurant la Commission d'arbitrage et en mettant en place une formation continue (à Barbazan).
Un 3e CTR va rejoindre la Ligue en la personne de Pascal Moréno (lequel cessera ses fonctions en 1994).
Au cours de son mandat, J. Baute va transférer le siège de la Ligue situé à Léo Lagrange à la Maison du Jd. Le 24 juin 1987, M. Baute propoe et obtient de l'assemblée Générale une nouvelle appellation de la Ligue qui devient donc Ligue Midi-Pyrénées de Jd.

Jean Carlet succède à J. Baute en 1993 et confie le secrétariat de la Ligue à Jean Louis Diez et la trésorerie à André Barreau.
Dés le début de l'Olympide, ils vont organier une grande rencontre internationale pour la 1re fois à Toulouse regroupant plus de 30 internationaux, champions du Monde ou Olympiques issus de l'équipe du Japon, de Cuba et de France.
Jean Carlet va consacrer ses efforts à l'organisation qualitative et quantitative de la ligue tout en assurant une gestion rigoureuse et informatisée.
Axant se objectifs premiers sur l'Enseignement et tout en s'appuyant sur une Commission Technique Régionale animée par J. L. Juan, il va œuvrer pour la mise en place d'une formation Modulaire plus adaptée aux jùdôka enseignant dans les clubs de la région et non titulaires du Brevet d'État.
Il va développer le Centre de Perfectionnement et de Technique Régional dirigé par Jacques Seguin. Ce dernier va se voir officialiser Cadre Technique au travers d'un protocole conclu entre la Ligue, la Direction Régionale Jeunesse et Sport et la Fédération.
Toujours au CREPS de Toulouse, J. Carlet va créer un Centre Régional d'Entraînement du Jd officialisé par la Fédération en 1994. Ouvert à l'élite régionale Cadets, Espoirs, Juniors, il offre à ces derniers la possibilité de poursuivre des études secondaires au demeurant couronnées de succès.
Fin 1996, le centre recense 25 jùdôka régionaux. Il est placé sous la responsabilité du CTR Pierre Leleu Ménassier.
J. Carlet va multiplier les actions de communication nécessaires en regard des quelques 300 clubs que rassemble la Ligue en fin d'Olympiade. À l'issue de celle-ci la Ligure va recenser son 20 000e licencié.
la fin de l'Olympiade, il va être initiateur des cérémonies du cinquantenaire commémorant la naissance du Jd dans la Région.

Il va aussi accueillir le 1er septembre 1996 un autre CTR : Marc Delvingt (4e dan).

Structuration de la ligue au 30 juin 1996
(dont le compte d'exploitation est d'environ 1,3 MF)

Membres du Comité Diecteur :

Azalbert Joseph Haute-Garonne Higuet Henri Hautes-Pyrénées
Barreau André Haute-Garonne Lavigne Christian Gers
Barthe Michel Gers Morisset Bruno Ariège
Barthe Francis Tarn Navarro Octave Tarn
Carlet Jean Lot Palop Robert Hautes-Pyrénées
Condominès Hervé Tarn et Garonne Puginier Jacques Gers
Diez Jean-Louis Haute-Garonne Ramondenc Bernard Aveyron
Fieuzet Jean-Pierre Haute-Garonne Zoveda André Haute-Garonne
Gourdou Béatrice Tarn et Garonne Olivier Jean-Pierre Aveyron
Thirion Jean (Kendô) Haute-Garonne (Représentant du Kendô)  

Bureau :

Président Jean Carlet
Secrétaire Jean-Louis Diez
Trésorier André Barreau
Conseiller Juridique Maître Tudela
Commissaire aux Comptes M. Gimenez
Expert Comptable M. Pironet

Secrétariat Administratif :

Katia Foissac Virginie Slowik

Responsable Commission Nationale des Ceintures Noires : Pierre Brousse

Responsable Comité d'Organisation Régionale des Cadres : Ramon Egéa assisté de Jean-Pierre Mona secrétaire.

Correspondants départementaux :

Ariège M. Tisseyre Lot M. Husson
Aveyron M. Saque Hautes-Pyrénées M. Cazeaudebat
Haute-Garonne M. Cid Tarn Mme Delpoux
Gers M. Lafont Tarn et Garonne M. Gely

Responsables des Commissions :

Commission Technique :

CTI Jean-Louis Juan
CTR Marc Delvingt
Pierre Leleu Ménassier
Cadre Technique Jacques Seguin

Département Enseignement et Perfectionnement René Roques
Département Organisation Sportive Henri Frutos
Commission Régionale d'Arbitrage Ahmed Chabi
Commission des commissaires Sportifs Jean Deredempt
Commission Médicale Hervé Condominès
Commission des Handicapés Martine Desplans
Commission des Distinctions Alexis Mercier
Commission des Sages André Lafont
Commission des Présidents Départementaux Francis Barthe
Commission de Discipline Joseph Azalbert

Présidents départementtaux :

Ariège Bruno Morisset
Aveyron Jean-Pierre Olivier
Haute-Garonne André Zoveda
Gers Michel Barthe
Lot Luc Jubert
Hautes-Pyrénées Patrick Lascoumettes
Tarn Francis Barthe
Tarn et Garonne Hervé Condominés

Responsables des Collèges départementaux :

Ariège M. Fucho Lot M. Lafarge
Aveyron M. Phénix Hautes-Pyrénées M. Berte
Haute-Garonne M. Seguin Tarn M. Lapeyre
Gers M. Lafont Tarn et Garonne M. Gely

Les champions :

Liste des athlètes licenciés au sein de Midi-Pyrénées ou ayant été licenciés à leur début en Midi-Pyrénées, qui figurent au 30 juin 1996 sur la liste des athlètes de Haut Niveau arrêtée par la F.F.J.D.A..
(Source F.F.J.D.A."Info Officielles" n° 16 du 18 juin 1996)

Hommes :      
- 65 kg
Campargue Benoit ex. JC Rodez Aveyron
- 71 kg
Henric Jérôme ex. JC Fronton Haute-Garonne
Kheder Ferrid ex. Fujikaï Tarn
- 78 kg
Cassan Philippe ex. Millau Aveyron
- 95 kg
Fauroux Éric ex. Stade Toulousain Jd Haute-Garonne
Garbe Frédéric ex. SBJ Haute-Garonne
Femmes :      
- 48 kg
Meloux Sylvie Foix Ariège
- 52 kg
Tignola Laëticia Foix Ariège
- 61 kg
Dauriac Alexandra ex. Roquette Haute-Garonne
- 66 kg
Gourdou Béatrice JJJCM Tarn et Garonne
Sos Sandrine ex. Lagardelle Haute-Garonne
-72 kg
Taillandier Julie Saint-Exupéry Haute-Garonne

 

L'implantation du jd dans le grand sud-ouest

Le 25 octobre 1962 est publié au Journal Officiel un arrêté précisant les conditions d'attribution du grade de "ceinture noire" et des différents degrés, les dan. Dans l'article 2, on peut lire :

Les différents "dan" de la ceinture noire comportent deux parties :
- Une partie qui sanctionne la valeur en compétition et qui porte le nom de "don-compétition" ;
- Une partie qui sanctionne la valeur morale, les services rendus à la cause du jd et les connaissances techniques traditionnelles.

L'article 3 officialise les "dan-compétitions" attribués par la Fédération Française de Jd et Disciplines Assimilées, "à l'exclusion de tout autre groupement".

Ces décisions et la formulation dont elles font l'objet traduisent le malaise et la division du jd français. Au début des années soixante, deux tendances s'opposent. L'une est fédérale et défend une orientation sportive, l'autre, représentée par le Collège National des Ceintures Noires, souhaite privilégier le maintien des traditions. Mais les ambiguïtés, voire les contradictions, sont nombreuses. La définition de "dan-compétition" est un exemple. La création par les dirigeants du Collège National des Ceintures Noires d'une Fédération Nationale de Jd Sportif, le 23 mai 1960, en est un autre. A l'évidence, le conflit des approches n'exclut pas les antagonismes et les luttes d'intérêts, mais cette scission révèle une crise profonde. En réalité, l'opposition des conceptions pose un problème fondamental : celui de l'identité du jd français, L'unité initiale construite autour de la personnalité et de la méthode du professeur Kawaishi avait déjà cédé, une première fois, la place à la contestation lors de la venue à Toulouse, en 1951, d'un Japonais brillant qui, en transformant la pratique des jdka de l'époque, les guida vers de nouveaux horizons techniques. Succédant à la "guerre des méthodes", la "guerre des grades" fit de Bordeaux, en raison de la présence d'un autre Japonais charismatique, le centre du jd traditionnel. Ces deux événements, les plus marquants de l'histoire du jd français, ont trouvé leur origine dans le Languedoc et l'Aquitaine. Pour autant, le jd du grand Sud-Ouest est-il le jd de la dissidence ?

La question que nous posons ici est celle de sa spécificité, Notre hypothèse, dans l'étude de cette singularité, est que les caractéristiques du développement du jd dans cette région sont à l'origine... d'une alternative au modèle parisien. Pour cela nous analyserons l'implantation et la diffusion du jd en province sous l'angle des structures et de la culture du corps et de l'esprit. Nous verrons ensuite les raisons pour lesquelles les options offertes par Toulouse et Bordeaux se heurtèrent au modèle fédéral.

Le modèle parisien

La première structure officielle fondée pour organiser le jujutsu et le jd en France date de 1943. Rapidement cette section de la Fédération française de lutte prend son indépendance et devient, fin 1946, la "Fédération française de jd et jiu-jitsu". L'existence d'une organisation nationale ne doit pas masquer le caractère confidentiel et essentiellement parisien de cette discipline. L'estimation du nombre d'adeptes et des lieux de pratiques peut être faite à partir d'une exploitation secondaire de l'Annuaire Officiel du Jd International. Publié sous la direction d'Henri Plée, ce recueil donne une image précise et fiable du jd en 1947.1 Réalisé dans un esprit de communication et d'entraide, ce document rassemble notamment des informations diverses sur les clubs (bref historique, lieux, horaires, superficie du tapis,..,) et sur les pratiquants (nom, adresse, profession). À de rares exceptions dûment mentionnées, tous les professeurs de jd participèrent avec enthousiasme à cette entreprise. Près de 4 500 personnes sont enregistrées, mais la répartition géographique des pratiquants est très inégale et près de 75 % de l'ensemble se trouve concentré sur Paris et la région parisienne.

Répartition géographique de l'ensemble de la population des pratiquants de jd de l’annuaire de 1948

Source : Annuaire Officiel du Jd International, Paris, AMI, 1948.

En province, il n'existe que quatre associations rassemblant plus de 150 adhérents : le Jd Club de Provence à Marseille, le Jiu-Jitsu Club de Bordeaux la section jd de l'Association Sportive de la Police de Toulouse et l'École Militaire d'Escrime et des Sports de Combat d'Antibes.2 Le point commun entre la majorité des associations de province est la relation souvent étroite qu'elles entretiennent avec les structures sportives de la police ou de l’armée. Jean Zin à Marseille, Gilles Maurel et Pierre Landetcheberry à Toulouse, Roger Duchêne à Lille,... sont des fonctionnaires de police qui enseignent dans des structures mixtes ouvertes aux civils.3

Source : Annuaire Officiel du Jd International, Paris, AMI, 1948.

Bordeaux n'échappe pas à cette règle, En juin 1946, l'officier de paix Henri Laugénie, chef du service régional d'EPS auprès du Ministère de l'Intérieur, propose à André Nocquet, qui dirigeait alors un club de jd et de culture physique à Angoulême, de venir s'établir à Bordeaux afin de "développer le jd" en Aquitaine.4 Après le Jiu-Jitsu Club de Bordeaux, une section jd est créée à l'École de Santé Navale.5 En 1949, Jean Broquedis et René Destruhaut, tous deux fonctionnaires au Ministère de l'Intérieur, deviennent instructeurs dans la nouvelle section de jd-jiu-jitsu de l'Association Sportive Police Préfecture de Bordeaux.6 La dynamique de croissance peut être rendue par une estimation du taux de pénétration du jd dans la population urbaine. Le recensement national de 1946 nous permet, en effet, de mieux apprécier l'impact de cette nouvelle discipline.

Ce diagramme nuance les déséquilibres de la répartition géographique, A la différence du Sud-Est dont les effectifs rassemblent de nombreux militaires en formation, le développement dans le Sud-Ouest concerne une population essentiellement urbaine. Ce graphique montre l'immédiate réussite de l'implantation du jd dans le Sud-Ouest selon un taux comparable à celui de la capitale.

Pourcentage de jdkas par rapport à la population française de quelques grandes villes

Sources : Annuaire Officiel du Jd International, Paris, AMI, 1948.
Résultats Statistiques du Recensement Général de la Population 10 mars 1946.

Dans les départements limitrophes, la diffusion se poursuit sur un modèle identique. Après Angoulême et Bordeaux, Dax puis Mont-de-Marsan, Biarritz, Bayonne, Arcachon voient l'ouverture de nouvelles salles et servent de relais pour d'autres créations. La volonté des acteurs apparaît dans la lettre que Bernard d'Auzac de la Martinie, du Jd-Club de Dax, adresse à Paul Bonét-Maury, président de la Fédération7.

Étant entièrement acquis au jd et désirant passionnément développer ce sport magnifique dans les campagnes et les localités avoisinant Dax, j'ai contacté plusieurs jeunes gens et leur ai fait une chaude propagande, Je crois réussir, d'ici peu de temps, à mettre sur pied, dans trois localités des Landes des sections d'une dizaine d'élèves chacune…

Bien que l'ampleur soit nettement moindre, le Languedoc connaît une évolution similaire à partir de Toulouse, puis de Pau, Lavelanet,...

La chronologie du développement révèle la rapidité de diffusion et fait ressortir les zones d'influences respectives.

Les raisons que l'on peut avancer dans l'analyse de la rapidité et de la réussite de l'implantation jd dans le grand Sud-Ouest sont de deux ordres :
- le support structurel offert par le Ministère de l'Intérieur ;
- le mode de relation entre les divers "propagandistes".8

L'orientation sportive du jd actuel est très éloignée de la réalité proposée par les associations de l'époque. L'article 4 des statuts déposés en décembre 1946 permet de mesurer le décalage.

L'activité de toute société ou de toute personne pratiquant le jd, le jiu-jitsu, le close-combat ou la self-défense relève de la compétence et de l'autorité de la Fédération Française de Jd et de Jiu-Jitsu qui peut prendre à leur encontre, toutes mesures légales.

Légende : Noir : code 5 =,,,-41 ; code 4 = 42-43 ; code 3 = 44-45 ; code 2 = 46-47 ; code 1 = 5050-.:Blanc
Sources : Annuaire Officiel du Jd International, Paris, AMI, 1948.
Annuaire Officiel du Jd International, Paris, AMI, 1950.
Archives fédérales : classeurs clubs.

L'intérêt des forces de l'ordre pour les méthodes de combat japonaises date du début du siècle.9 Cependant, la reconnaissance par les pouvoirs publics de la Fédération Française de Jd et Jiu-Jitsu et l'octroi de telles prérogatives place cette dernière dans une position d'interlocuteur unique et lui donne la possibilité d'exercer un monopole avec un pouvoir inégalé dans le monde sportif. L'exigence de qualité qu'implique l'exercice et l'enseignement de techniques dangereuses va se confondre avec les modalités de leur mise en œuvre. La façon dont le geste est réalisé compte autant sinon plus que le geste lui-même. L'appréciation du comportement, le respect des traditions et de la hiérarchie ont valeur discriminante. L'accès à la ceinture noire ne comporte-t-il pas un examen "technique et mental".10

Les conditions d'ouverture d'un dojo sont révélatrices du rapport Maître élève. Toute demande de création doit être soumise au comité directeur, Outre le niveau requis (ceinture noire ou éventuellement ceinture marron), le candidat doit fournir l'autorisation de son professeur, Les archives fédérales montrent que sont également sollicités les avis du directeur technique, Kawaishi, du président de la FFJJJ, Paul Bonét-Maury ainsi que souvent celui du Collège National des Ceintures Noires, Jean Andrivet.11 À Paris, une condition supplémentaire est requise : "l'accord écrit du directeur technique de la salle la plus proche", Sans cooptation, l'accès à l'enseignement est impossible.12 Les implantations sauvages sont dénoncées et combattues. Seuls sont acceptés les initiés, ceux qui ont fait leurs preuves, qui acceptent et reproduisent la structure. L'objectif est de "favoriser les demandes qui sont de nature à accélérer la diffusion du jd et du jiu-jitsu par la création de centres dans des zones vierges, et en refusant au contraire celles qui paraissent répondre à des considérations commerciales.'"13

De façon implicite, la hiérarchie des grades organise l'espace et les rapports humains, Elle repose autant sur l'aptitude que sur l'ancienneté, Le doute n'est pas permis, les dan sont affichés par autant de barrettes qui ornent les Ceintures noires. Le jd, par ses origines orientales, par l'image de puissance que confèrent ses techniques excelle à faire respecter l'ordre établi, L'espace clos du dojo, son organisation spatiale, l'asservissement du corps et le primat de l'esprit définissent un système de relation et d'imposition de normes. “La discipline est une anatomie politique du détail" écrit Michel Foucault.14 Ici, elle dessine un mode d'exercice du pouvoir et vise l'efficacité et la docilité de tous les éléments du système.

Les éléments d'une alternative

Au début des années cinquante, l'organisation du sport en France avait grandement facilité sur le plan national la diffusion d'un modèle unique, celui du professeur Kawaishi auquel les institutions étatiques et l'absence de contacts internationaux conféraient une toute puissance, Quelques Français, que les hostilités avaient conduits en Angleterre, s'étaient exercés à Londres. Les contacts entre la France et l'Angleterre étaient peu nombreux et réduits à une simple confrontation traitée dans les revues sur le thème de la "rivalité franco-britannique". La froideur et le caractère épisodique de ces contacts officiels contrastent avec la frénésie nationale de développement, La méthode que le fondateur du jd, Kano Jigoro, enseignait au Kodokan de Tokyo était appliquée à Londres depuis 1924. Parmi d'autres raisons, cette divergence technique justifiait une relative et réciproque indifférence.

Cependant, à Toulouse, Georges Lasserre enseignait la méthode de Kano. Il alla même plus loin en affiliant son club, le Shudokan au Budokwai de Londres.15 Ce qui n'aurait pu être qu'un détail de l'histoire du jd français allait se transformer en conflit majeur et faire de Toulouse le centre de la première dissidence. Georges et Robert Lasserre étaient convaincus que le jd devait servir au progrès de l'homme bien au-delà de toute stratégie individuelle ou organisationnelle. Ce fut le point de discorde. La passion des dirigeants nationaux s'appuyait sur les institutions et sur les hommes en place. Elle suivait une logique de développement incompatible avec l'idéal qui veut laisser à chacun le choix de se réaliser indépendamment des structures, Les propos de Robert Lasserre définissent la position adoptée par le Shudokan.

Personne ne peut considérer un pays comme un fief, surtout en ce qui concerne le jd qui touche étroitement au domaine de l'enseignement et de la culture humaine. [...] Le jd ne saurait être emprisonné dans un quelconque uniforme qu'il soit national, racial, financier, sectaire ou personnel".16

La détermination des frères Lasserre est d'autant plus grande qu'ils ont les moyens de leurs ambitions. Sur la base du mécénat, ils créent des bourses d'études et font venir de nombreux étudiants japonais, Parmi ceux-ci, en novembre 1951, arriva à Toulouse Abe Ichiro, le premier envoyé officiel du Kodokan en Europe. Âgé de 21 ans, brillant technicien, il pratiquait un jd d'exception. Le changement allait être irréversible.17 Séduits par ce Japonais 6ème dan, plusieurs spécialistes parisiens qui avaient fait de l'enseignement du jd leur profession vinrent étudier sous sa direction, A l'expiration de sa bourse, Abe quitta Toulouse pour Bruxelles, plus proche de Paris, et un véritable conflit éclata entre les "Kodokan" et les "Kawaishi". Abe aurait pu devenir l'assistant d'un Kawaishi finalement influencé par les professeurs parisiens, mais le refus fédéral eut des conséquences importantes. Il aboutit à la création de l'Union Fédérale des Amateurs du Jd Kodokan, le 8 octobre 1954.

Le choix de la méthode du Kodokan ne se réduit pas au simple choix d'une nouvelle technique. Le dynamisme des formes, l'occupation de l'espace, la création et l'exploitation du déséquilibre de l'adversaire, la recherche de sensations rompaient définitivement avec le travail statique sollicitant les qualités physiques que seuls quelques combattants d'exception avaient su dépasser.18 Le jd du Kodokan ne se confond plus avec le jujutsu. Axe de développement du jd français, la self-défense, pour Abe, n'est qu'une conséquence de la pratique.19 A la classification numérotée de 147 techniques juxtaposées s'oppose une progression de 40 mouvements qui vivent de leurs interactions.20 La pratique du jd était un exercice physique et spirituel, elle devient un jeu intellectuel et corporel.

L'origine de la "guerre des méthodes" ne se trouve pas dans une "guerre des styles" opposant différents usages sociaux du corps, Ce changement de modèle peut être analysé comme la manifestation d'un changement de mentalité, une libéralisation des corps, une distanciation vis-à-vis des formes d'ordre et de discipline imposées par l'appareil fédéral ou ressenties comme telles. L'intérêt pour la self-défense diminue au moment où s'affirme celui d’un geste technique esthétique qui se réalise dans une situation privilégiant la coopération. Cette opposition est issue de divergences philosophiques. Plus qu'une rivalité d'écoles ou de générations, elle traduit un profond changement dans le rapport des individus à la pratique. La façon dont cette crise fut résolue au pian national est révélatrice de la prise de conscience des responsables fédéraux et de leur volonté de tirer parti de cette évolution. En avril 1956 un protocole d'accord est signé prévoyant l'"intégration" par des membres de l'ancienne Fédération française et des amateurs du jd Kodokan. Malgré l'énorme disparité des effectifs (environ 12 % des licenciés, près de 18 % du nombre des clubs affiliés), le nouveau comité directeur est composé à parité par les deux tendances (24 membres, 12 de chaque organisme).21

La seconde crise importante que connut le jd français entraîna une division complète entre le Collège des Ceintures Noires et la Fédération Française. Elle devait durer 17 ans. Dans une volonté de développement, la Fédération privilégia l'aspect sportif et modifia l'examen pour la ceinture noire en le réduisant a une simple épreuve de compétition.22 Le Collège des Ceintures Noires vit dans cette décision une évolution contraire à sa raison d'être. À la différence des problèmes antérieurs, rien dans la pratique ne différenciait les tendances. Cette fois-ci, les méthodes d'enseignement étaient identiques, tout comme les techniques et la façon de les réaliser. L'opposition des dirigeants se situait au niveau des principes et des orientations que devait prendre le jd. La question de la cohabitation de deux structures était clairement posée.

L'un des problèmes les plus importants sans doute et dont la solution conditionne l'avenir du jd est constitué par les rapports entre la Fédération et son Collège des Ceintures Noires.23

L'emploi du possessif, sous la plume du secrétaire général de la Fédération est très révélateur. Le partage des tâches est clairement défini. L'administration fédérale a pour but "de favoriser le développement quantitatif et qualitatif du jd". Reconnu comme le "gardien de la tradition et de l'esprit du Jd", accepté à des fins amicalistes, le rôle du mouvement collégial doit permettre à la Fédération, "soulagée par lui de toute cette partie de gestion du jd [de] se consacrer à l'administration sportive proprement dite",24 La rivalité est manifeste. Le conflit qui éclate au sujet des modalités d'obtention du grade de ceinture noire oppose deux conceptions de la discipline. Pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu, le champ que constitue le jd devient le "lieu de luttes qui ont pour enjeu le monopole de l'imposition de la définition et de la fonction légitime de la pratique".25 Au-delà de querelles individuelles parfois fortes, l'opposition Fédération-Collège pose la question du développement du jd : est-ce une école de vie réservée aux initiés ? est-ce un sport offert à tous ?

Une nouvelle fois les jdka du Sud-Ouest furent au cœur du conflit. L'engagement des Aquitains tient d'une part à la personnalité charismatique d'un expert japonais invité par la Fédération sur la demande d'André Nocquet et d'autre part aux caractéristiques sociales des jdka bordelais, Dès 1953, la présence à Bordeaux du professeur Michigami intensifia le développement du jd dans une région qui connaissait, grâce aux qualités d'organisateur d'André Nocquet, un essor important, Son enseignement sans concession aux diverses évolutions affiche encore de nos jours une fidélité très rigoureuse aux principes définis par Kano. Dans le débat concernant l'accès à la ceinture noire, Michigami se déclara contre le choix d'un simple critère de performance (seika) sportive. Il s'engagea en faveur du Collège des Ceintures Noires en acceptant la direction technique nationale du mouvement collégial. Au début des années soixante, 90 % des clubs de l'Aquitaine appartenaient au "clan" du Collège. Malgré la position d'autorité et l'influence qu'exerçait ce professeur japonais, persiste une interrogation. Comment analyser l'importance que prit la tendance "traditionaliste" dans la région bordelaise ?

Dès son introduction en France au début du siècle, la méthode japonaise est apparue comme une pratique distinctive. Déjà en 1911, le docteur Pagès affirmait :

En somme, il faut connaître le jiujitsu, et d'autant plus que l'on est moins grand, moins lourd et plus distingué.26

De la même façon, en janvier 1948, le premier numéro de la revue Jd Jiu-Jitsu déclarait la volonté fédérale de voir le jd"devenir un art pratiqué par une élite".27 Pour analyser cette dimension sélective nous étudierons les données de l'Annuaire de 1948 et celles du recensement de la population française de 1946.28

Comparaison de la situation dans la profession

Alors que l'échantillon national fait apparaître une différence statistiquement significative (chi deux = 146,85), un examen par région nous permettra de mettre en évidence la spécificité bordelaise.29

Répartition en province et situation dans la profession Comparaison en pourcentage

L'inégalité des répartitions tient à différents facteurs. Le Sud-Est et le Nord ont une forte proportion de militaires et policiers en formation. Le recrutement en Aquitaine et en Midi-Pyrénées se distingue dans chacune des catégories :

Patrons 37 % et 29 % (Paris : 27 %)
Employés 30 %et47 % (Paris : 20 %)
Étudiants 29 % et 23 % (Paris : 30 %)

Bordeaux est donc la ville où le nombre de jdka classé dans la catégorie "Patrons,,.." est proportionnellement le plus important. Une étude de l'implantation géographique des différents dojo ajouterait à cette spécificité.

L'analyse quantitative accrédite la thèse d'une pratique distinctive, En effet, le jd par l'utilisation d'une force juste, "intelligente" auréole le combat d'un aspect intellectuel, scientifique, éducatif et justifie sa contribution à l'élévation de soi, à l'éducation de l'homme, École de volonté et de courage, le jd "forge les caractères" et "offre une culture du corps et de l'esprit, un art de vivre et une philosophie".30 L'idée que le mode de vie et le mode de pensée japonais pourraient être bénéfiques dans une société occidentale a trouvé un écho différent dans la région parisienne et dans le grand Sud-Ouest, Pour leur idéal d'excellence, Bordeaux et Toulouse ont été les centres d'une contreculture où s'est exprimée une culture du corps mêlant, mais sous conditions, traditions et modernité. La conjonction d'un expert transmettant ces valeurs et d'une région dont les caractéristiques culturelles et sociales montrent l'attachement aux traditions explique la spécificité d'une école bordelaise et ses réticences à la sportification du jd.

Conclusion

Le jd du grand Sud-Ouest n'est pas un jd de dissidence. C'est un jd de conviction et de traditions. Cependant, le refus d'être inféodé à une institution, la résistance à la massification et au phénomène sportif n'ont pu endiguer l'évolution d'une pratique qui puise sa vitalité dans la force de ses structures et son adaptabilité aux attentes et aux besoins de la société.

Dans l'histoire du jd français, le Languedoc et l'Aquitaine furent au centre de problèmes majeurs, de problèmes d'identité. Chacune de ces évolutions marque une étape vers l'avènement d'une discipline originale dans le monde sportif. Associé au combat duquel il puise ses techniques, le jd est le fruit d'une transmission essentiellement orale dans un cadre confidentiel volontairement réservé à des initiés. L'évolution vers des standards imposés par le spectacle de la compétition ne doit pas faire oublier qu'à la différence de l'ensemble des pratiques sportives, le jd, ne fut jamais un "jeu traditionnel" et le phénomène de sportification dont il fait l'objet garde une certaine spécificité. À la polysémie du terme correspond la multiplicité des tendances, La finalité première de ses techniques et l'empreinte culturelle ont joué une part déterminante dans la réussite de l'importation du jd en France, Cependant, la rencontre des cultures orientale et occidentale n'est-elle pas à l'origine de la lancinante question que se posaient les jdka des années soixante : "le jd est-il un sport ?" Le système parisien a privilégié un modèle sportif de masse éloigné de l'harmonie originelle du développement du corps et de l'esprit, Mais dans une région où la gastronomie confine au rite, où le rugby est presque une religion, était-il possible que le jd ne soit qu'un sport ?

Notes

1 Henri Plée (Entretiens, Mars 1987.) Ceci est confirmé par les nombreux professeurs que nous avons rencontrés.
Une deuxième édition de cet annuaire fut réalisée en 1950. Cependant, si la liste des clubs a été dressée avec une grande attention, on ne retrouve pas dans la liste des pratiquants l'application, la rigueur et le souci d'exactitude qui fait la qualité de l’édition de 1948.
Annuaire Officiel du Jd International, Paris : AMI, 1948, 273 p.
Annuaire Officiel du Jd International, Paris : AMI, 1950, 399 p.

2 Compte rendu de la première assemblée générale de la FFJJJ, mai 1948,

3 Gilles Maurel et Pierre Landetcheberry effectuèrent leur stage au Centre National d'Exercices de Combat pour la Police à Plombières-les-Dijon du 12 octobre 1943 ou 15 janvier 1944. Ministère de l’Intérieur, Service de l'EPS, no 21-01/3 EPS.

4 André Nocquet (Entretien du 18 septembre 1993).
Correspondance du 20 juin 1946, Service régional de l'EPS, no 1639 EP/Ad.
Quittant Angoulême et le club qu'il avait fondé (1er club de jd du Sud-Ouest), André Nocquet vint enseigner à l'Institut Moderne d'Education Physique, 28 rue Vitol-Carles, Bordeaux.
Cet institut, est, en fait, à l'origine de l'introduction du jd à Bordeaux. Son directeur, Camille Raffy, avait tenté, à la fin des années trente, d'ouvrir une section de jujutsu. Il nous écrit Avant de créer un club, j'ai eu plusieurs moniteurs qui n'étaient pas qualifiés. Ils n'entendaient rien à la question. Je voulais que ma salle de culture physique soit agrémentée d'un sport de salle que tous pouvaient pratiquer, femmes comprises. [...] Je suis entré en contact avec l'Association Sportive de la Police et j'ai eu un moniteur qualifié La salle était fréquentée par des jeunes gens et quelques jeunes filles de bonne tenue, Camille Raffy (†), correspondance du 20 août 1988.

5 Un courrier du secrétaire de cette association, A. Audibert, fait état, le 11 décembre 1950 de 51 élèves : 1 ceinture bleue ; 9 c. verte ; 7 c, orange ; 4 c. jaune et 30 c. blanche. (Archives fédérales : classeurs clubs : Bordeaux : Jiu-Jitsu club de Bordeaux).

6 Ces deux élèves d'André Nocquet ont suivi les stages à Plombières-les-Dijon.
René Destruhaut du 9 juillet au 30 septembre 1943.
Jean Broquedis du 17 octobre ou 30 décembre 1943 et du 2 mars au 30 mai 1945
La section jd jiu-jitsu de l'ASPP de Bordeaux comprenait 57 membres en 1951.

7 Bernard d'Auzac de la Martinie, correspondance du 31 mars 1950 (Archives fédérales : classeurs clubs : Dax : Jd-club de Dax).

8 La FFJJJ, en la personne de son président, décerna à André Nocquet un diplôme de "propagandiste du jd français". Une reconnaissance publique de ses actions fut également faite par Kawaishi lorsque celui-ci déclara : "le Sud-Ouest, avec ses multiples centres est, après Paris, le premier agglomérat de jd français", Sud-Ouest, 29 novembre 1953.

9 Michel Brousse, "Les Racines du Jd François", Actes du 117e Congrès des Sociétés Savantes, Clermont-Ferrand, 1992, (à paraître).

10 Jusqu'au début des années cinquante, les passages de grades ou shodan shiken font l'objet d'articles détaillés dans la revue fédérale.

11 A partir de 1950, le nombre de clubs devenant de plus en plus important, seuls les cas litigieux continuent à mobiliser toute l'attention fédérale, Cependant, avec le découpage en régions, en 1953 pour la Guyenne-Gascogne, en 1956 pour le Languedoc, seront demandés l'avis du professeur et du président régional.

12 Dans les faits, les conflits dûs à la concurrence et à la volonté d'autonomie des nouveaux promus sont, dans la mesure du possible, évités, Toujours très vigilant, l'arbitrage fédéral s'efforce d'intervenir vite et de prescrire des solutions négociées en suggérant, par exemple, des présidences honoraires qui préservent l'honneur de chacun.

13 Règlement intérieur de la Fédération française de Jd-Jiu-Jitsu, article 41, § Contrôle préalable à la création de nouveaux centres d'enseignement, 12 décembre 1946.

14 Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris : Gallimard, 1975, p. 163.

15 L'affiliation au Budokwai date de 1947 quand Pierre Landetcheberry assurait la direction technique de l'Olympo-Jd-Club. Pierre Landetcheberry obtint le 3e dan du professeur Koizumi. Pierre Landetcheberry (f). (Entretiens, Juin 1987)
C'est au départ de Landetcheberry que Georges Lasserre assura la direction technique et renomma le club en Shudokan. Georges Lasserre, (Entretien, mars 1989)

16 Robert Lasserre (entretien du 7 décembre 1989).
[...]L'enseignement qui est le plus proche de la source sera aussi le plus pur. [...] Le jd est une grande chose parce qu'il franchit les barrières et nous touche tous, il est universel et c'est ce sentiment d'universalité qui doit arriver à nous pénétrer. Il n'y a pas de races différentes, de couleur différentes, de classes différentes, il y a des hommes, des frères, des pèlerins sur la route du progrès humain. Nous devons tendre la main en toute franchise et simplicité. C'est ainsi que nous deviendrons meilleurs. Courrier adressé par Robert Lasserre à la FFJJJ, juin 1950.

17 Les prémisses d'un changement se firent sentir au retour de Jean Beaujean et de Roger Duchêne qui, en 1949, avaient fait le voyage de Tokyo, La visite de Mochizuki Minoru, en 1951, permit à un certain nombre de jdka de juger du décalage. Dans son ouvrage, Claude Thibault fait allusion à la façon dont fut traitée cette divergence technique : "[...] des différents avec M. Kawaishi l'obligent vite à enseigner la seule méthode de ce dernier",
Claude Thibault, Un Million de Jùdôkas, Paris : Albin Michel, 1966, p. 95.

18 Il ne s'agit pas ici de caricaturer le jd enseigné par Kawaishi. Mais seuls quelques rares champions parmi lesquels Roussel, Levannier, Belaud, Courtine..., pratiquaient l'"art de la souplesse”. La plus grande majorité se rapprochaient davantage des mots du Maître définissant O Soto Gari : "Mettez la jambe et poussez fort".
Un autre point est à considérer. Kawaishi quitta le Japon en 1926, Formé au collège d'Himeji puis à l'université de Waseda, il fut certainement un très bon jdka mais son niveau ne semble pas comparable avec celui d'Abe. D'autre part, à l'arrivée d'Abe, Kawaishi était âgé de 53 ans et souffrait de problèmes vertébraux.

19 "On peut croire à la présomption et à la vanité de ceux qui travaillent uniquement pour devenir invincibles". Abe Ichiro, Jd, Paris : Chiron, 1964, p. 201.

20 La différence caractéristique des deux approches réside d’une part dans la notion de progression absente du système français et, d'autre part, dans la notion d'enchaînement technique très peu présente dans le jd montré par Kawaishi.

21 "L'Unité du Jd Français est Reconstituée", assemblée générale extraordinaire du 22 avril 1956, Jd, Bulletin Officiel de la Fédération Française de Jd Jiu-Jitsu et du Collège des Ceintures Noires de France, mai 1956, no 55, p. 3-10.

22 Le nom même de ces épreuves fut changé : les shodan shiken devinrent des "pré-sélections".

23 Jean Gailhat, "Les rapports Fédération-Collège, Condition Essentielle de Progrès pour le Jd Français", Jd, novembre 1954, no 44, p. 1.

24 Les propos du président Pimentel furent très directs : "Le Collège s'est cru investi d'une mission qui revient de droit à la Fédération et que celle-ci ne peut lui transmettre".
Compte rendu de l'Assemblée Générale de la FFJDA, 17 novembre 1957, p. 2.

25 Pierre Bourdieu, "Comment Peut-on Être Sportif ?", dans Questions de Sociologie, Paris : Éditions de Minuit, 1980, p. 181.

26 C. Pagès, Manuel de Culture Physique, Paris : Vigot, 1911, p. 161.

27 "Avant-Propos”, Revue Jd Jiu-Jitsu, janvier 1948, no 1, p. 1.

28 Le recensement de 1946, différencie la situation dans la profession selon deux catégories : patrons et cadres supérieurs et employés, ouvriers et cadres inférieurs.

29 L'assimilation de Bordeaux à sa région est volontaire. Nous avons montré que jusqu'à la fin des années quarante, le jd est une activité qui ne touche que les grands centres urbains.

30 Jean-Lucien Jazarin, Bulletin Confidentiel du Collège des Ceintures Noires, 6 novembre 1954, no 4, p. 5.

Auteur

Michel Brousse
Professeur d'EPS agrégé Faculté des Sciences du Sport et de l'Éducation Physique Université de Bordeaux II

https://books.openedition.org/msha/16427?lang=fr