Les hauts gradés du Kôdôkan

 

Mifune, Kyuzo (1883-1965)
Il a 13 ans lorsqu'il commence le jùdô. Il rejoint le Jùdô Kdkan en 1903. En 1912, il était déjà un Rokudan (6e dan) et un instructeur du Jùdô Kdkan. Il était incroyablement énergique et fini par parvenir à la tête des instructeurs du Jùdô Kdkan. La vitesse avec laquelle il a maîtrisé les techniques du jd peut seulement être comparé à la rapidité de sa promotion. En recevant le 10e Dan le 25 mai 1945, il devint le 2e plus jeune homme à obtenir le 10e dan, grade qu'il gardera pendant presque 20 ans c'est à dire plus longtemps de n'importe quel 10e dan. Il était humble et permanent du groupe consultatif de dôjo de Jùdô Kdkan. Il est l'auteur du "Canon du jd". En 1964 le gouvernement Japonais lui a attribué l'honneur de l'ordre du soleil levant. Il fut la première personne à être honorer de cette manière pendant sa vie. Avant sa mort le 27 janvier 1965, il était le seul 10e Dan vivant dan dans le monde.

Iizuka, Kunisaburo (1875-1958)
Il a présenté le Jùdô Kdkan en 1891 et fut 10e Dan le 05 avril 1946. Jeune homme très vif, il était très motivé pour partir à l'étranger mais en 1906, il fut invité à devenir instructeur de jd chez Keio (l'Université privée la plus ancienne au Japon) et il est resté là pendant plus de cinquante années, consacrant son vie entière au travail. Il était un des membres du Conseil de Jùdô Kdkan et du groupe consultatif de dôjo.

Samura, Kaichiro (1880-1964) : originaire de Takeuchi santo ryu
Une des deux plus longue vie le 10e Dan, il a joint le Jùdô Kdkan en 1898 et a reçu le grade de 10e Dan le 05 avril 1948. En 1899 il est devenu le chef de la section de jd du Butokukai et plus tard a beaucoup voyagé, enseignant aux écoles et aux établissements de police. En 1931 il a commencé l'enseignement au Jùdô Kdkan et était un des membres du groupe consultatif de dôjo.

Nagaoka, Shuichi (ou Hidekazu) (1876-1952) : originaire de Noda-ha-Kito-ryu
Venu de Tokyo son lieu de naissance, Okayama à 16 ans lorsqu'il rencontre Jigorô Kanô Shihan. Il entre au Jùdô Kdkan en 1893 et pratique tellement dur qu'il était dit de lui, "la technique est Sutemi, l'homme est Nagaoka." Plusieurs de ses concours sont toujours le sujet des réminiscences innombrables. Tous ses efforts ont été versés dans la formation de jeunes professeurs et il était de la plus grande aide au président du Jùdô Kdkan. Il a fait beaucoup pour le Jùdô Kdkan pour occuper la position qu'il occupe aujourd'hui; il fut 10e Dan promut le 27 décembre 1937 par Jigorô Kanô, juste quelques mois avant que Jigorô Kanô soit mort. Il est l'un des rares des trois 10e Dan promut à ce rang par le fondateur du jd. Lui et Isogai étaient les premiers étudiants de Kano à être promut au 10e Dan tandis que vivants, et il était le plus jeune homme jamais promut au 10e dan. Il est mort le 22 novembre 1952.

Yamashita, Yoshitsugu (ou Yoshiaki) (1865-1935) : originaire de Kito-ryu

Assistant du Shihan à la fondation du Jùdô Kdkan, il est l'un des grands noms dans le jd. Il a présenté le Jùdô Kdkan en 1884 et a gagné une réputation formidable de ses concours avec les hommes forts d'autres écoles de jùjutsu pendant la période de eiji. Il est allé plus tard aux États-Unis où il a enseigné le jd au Président Theodore Roosevelt et a tout à fait apprécié une vie colorée. Jigorô Kanô lui a attribué le premier 10e Dan après sa mort le 26 octobre 1935, bien qu'il ait daté le certificat deux jours avant sa mort.

Isogai, Hajime (1871-1947) : originaire de Sekiguchi ryu
A présenté le Jùdô Kdkan en 1891 et a pratiqué assidûment sous Jigorô Kanô. En 1899 il a été choisi pour aller au Butokukai à Kyoto où il a travaillé durant de nombreuses années le jd et formé de nouveaux professeurs. Le 22 décembre 1937 il a été promut 10e Dan directement par Jigorô Kanô (seulement quelques mois avant la mort de Jigorô Kanô). À l'âge de 66 ans, il était le 4e plus jeune à atteindre le 10e Dan. Il est considéré comme l'une des grandes figures dans le jd de Kansai (Kansai est la partie du Mid-West de Honshu, l'île principale des îles japonaise) Isogai est mort 19 avril 1947.

Kotani, Sumiyuki (1903-1991)
Il a reçu le grade de 10e Dan en avril 1984, devenant l'homme le plus âgé à obtenir ce grade vivant. Il reçu un diplôme d'éducateur à l'Université de Tokyo. Il était l'un des étudiants directs de Jigorô Kanô et seulement le 7e homme à recevoir le grade de 10e dan tandis qu'il était encore vivant. Il était très actif en favorisant le judo tout autour du monde et était l'instructeur principal de la division internationale du Jùdô Kdkan durant de nombreuses d'années et professeur d'Université de Tokai. Haut fonctionnaire, il fut le vice-président du Jùdô Kdkan de la toute la fédération de jd du Japon. Durant ses années d'étudiant, il pratiqua avec chaque jùdôka puissant et habile avec qui il pouvait étendre ses mains dessus. Être jeté, immobilisé, ou étranglé, n'était rien d'autre que du plaisir pour lui. La chose que vraiment comptée était la pratique. Il est mort le 19 octobre 1991.

Tabata, Shotaro (1884-1950)
A présenté le Jùdô Kdkan en 1900 et a été élevé au grade de 10e dan le 05 avril 1948. Il était le 3e homme à obtenir le 10e dan. En 1905, il a enseigné au Butokukai à Kyoto où il a formé beaucoup de nouveaux instructeurs et a contribué considérablement au développement et à la diffusion du jd. En même temps qu'Isogai, il occupe la place d'honneur dans le jd de Kansai. Il est mort 25 mai 1950.

Okano, Kotaro (1885-1967)
Okano naquit en avril 1885. Il est devenu le 9e homme à obtenir le grade de 10e dan après sa mort le 02 juin 1967. Il était le premier étudiant gradé du Budo Senmon-Gakko (école d'art martiale) et il est devenu "shihan" (maître d'art martial) dans la 6e police de lycée d'Okayama. Sa technique était une des meilleures du monde à ce moment-là.

Nakano, Shozo (1888-1977)
Nakano est né en janvier 1888. Il a été promut 10e dan après sa mort le 22 décembre 1977. Il est devenu l'instructeur principal à l'université de Tokyo Ikashika (école médicale). Il a énergétiquement favorisé le jd du Jùdô Kdkan dans le monde. Son jet d'uchi-mata était très célèbre. Il a dit que "ma stratégie est de laissé mon adversaire obtenir sa saisie préférée et de m'adapter pour projeter mon adversaire."

Shoriki, Matsutaro (1885-1969)
Né le 11 avril 1885 à la préfecture de Toyama, il fit ses études au collège de Takaoka, quatrième au lycée national et à l'Université Impériale de Tokyo. Directeur de la section d'affaires de police métropolitaine, président du Yomiuri Shimbunsha (journal japonais) dont il devient plus tard le propriétaire. Membre désigné de la Chambre des pairs en septembre, élu à la chambre des représentants. Il fut ministre d'état. Il crée la première station commerciale du Japon : Nippon Television Network Corporation. Les débuts du Base-ball professionnel ayant commencé au Japon et il contribua à son développement. Président de l'association Franco-Japonaise de jd d'université, Président du Nippon Budokan et président de la fédération du jd de Dietman national. Il est le seul non-professionnel dans l'histoire du Jùdô Kdkan a obtenir le 10e Dan. Il a été promu après sa mort 9 octobre 1969.


Kurihara, Tamio (1896-1979)

Kurihara est née en mai 1896. Il est devenu la 11e personne a obtenir le 10e dan après sa mort 08 octobre 1979. Il a reçu un diplôme de Kyoto Budo Senmon-Gako (université d'art martiale) et est devenu "shihan" (l'instructeur principal du jd) au 3e lycée de Kyoto. Un de ses combats impressionnants fut la finale de la coupe de l'empereur de mai 1926 faisant face à un grand combattant, Ushijima Tatsukuma, âgé de 26 ans et 5e Dan. Il gagna par décision après un diffcile combat qui lui permit de remporter le titre.

Équipe de Jigoro Kano qui s'est imposé aux autres écoles de Ju-Jutsu :
Yamashita Yoshitsugu : 10 dan (Kito-ryu)
Nagaoka Hideichi : 10 dan (Noda-ha-Kito-ryu)
Isogai Hajime 10 dan Sekiguchi ryu
Samura Kaichiro 10 dan Takeuchi santo ryu
Yokoyama Sakujiro (le démon) 8e dan Daito ryu Aiki jutsu et tenjin shin yo ryu
Saigo Shiro (le chat) 6e dan Tenjin shin'yo ryu
Inoue Kaitaro 8e dan Tenjin shin'yo ryu
Tobari Takisaburo 8e dan Tenjin shin'yo ryu
Hirose Takeo 6e dan Yoshin-ryu
Noritomi Masako (femme) 7e dan Kyushin ichi ryu

1860
1870
1880
1890
1900
1910
1920
1930
1940
1950
1960
1970
1980
1990
2000
2010
2020
Yamashita, Yoshitsugu (1865-1935)
          
         1935
(titre posthume) promu par Jigorô Kanô
Isogai, Hajime (1871-1947)
              
            1937
 
promu par Jigorô Kanô
Nagaoka, Hidekazu (1876-1952)
              
            1937
 
promu par Jigorô Kanô
 
Mifune, Kyuzo (1883-1965)
          
       1945
   
Iizuka, Kunisaburo (1875-1958)
            
         1946
   
 
Tabata, Shotaro (1884-1950)
                
             1948
   
 
Samura, Kaichiro (1880-1964)
                
              1948
   
 
Okano, Kotaro (1885-1967)
              
           1967
(titre posthume)
 
Shoriki, Matsutaro (1885-1969)
                  
               1969
(titre posthume)
 
Nakano, Shozo (1888-1977)
              
           1977
(titre posthume)
   
Kurihara, Tamio (1896-1979)
                  
               1979
(titre posthume)
     
Kotani, Sumiyuki (1903-1991)
        
      1984
15 ans se sont écoulées entre sa mort et la promotion des nouveaux 10e dan en 2006.
            Daigo, Toshiro (1926-2021)             
         2006
 
            Abe, Ichiro (1922-2022)             
         2006
 
            Osawa, Yoshimi (1927-2022)             
         2006
 

Le 8 janvier 2006, le Jùdô Kdkan a promut trois nouveau 10e dan. Les promotions ont été présentées par le petit-fils de Jigorô Kanô au Kagami Biraki (la nouvelle année riz-durcissent la cérémonie de découpage) au Jùdô Kdkan.
Ils constituent la plus grande promotion au 10e Dan jamais fait en même temps et la première en 22 ans.

Toshiro Daigo (1926-2021)

Auteur de jd du Jùdô Kdkan : Techniques de projection et plusieurs autres manuels de jd. Il a été l'instructeur en chef au Jùdô Kdkan pendant beaucoup d'années, directeur de l'équipe japonaise de jd de 1976 à 1984 aux Jeux Olympiques, un arbitre international et il a gagné tous les tournois de jd du Japon de 1951 à 1954. Il avait été promut neuvième Dan en 1992.

Toshiro Daigo promu au Jùdô Kdkan 10e dan le 8 Janvier 2006, à 80 ans Daigo est une deux fois vainqueur de la Nippon Judo Tournoi All (1951 et 1954), et un ancien manager de l'équipe nationale japonaise et jusqu'à sa retraite était le chef-instructeur au Jùdô Kdkan. Daigo est connu sous le surnom de M. Jùdô Kdkan.
Toshiro Daigo né le 2 janvier 1926 et est décédé le 10 octobre 2021 à 95 ans.


Ichirô Abe (1922-2022)

M. Abe a été président international de la fédération de jd du Japon. M. Abe est responsable en chef de promotions au Jùdô Kdkan et également chef de la Division internationale. Il a voyagé intensivement en Europe et est un ancien entraîneur national de la Belgique.

Né le 12 novembre 1922, est l'un des plus célèbres enseignant de Judo (10e Dan) du Jùdô Kdkan.

Abe s'établit d'abord, au cours d'une campagne visant la promotion du Jùdô Kdkan en Europe, principalement en France, en 1951 à Toulouse puis en 1954 à Paris. Il est l'un des pères des écoles du jd en France. En 1956 il devient la référence de l'Union Fédérale Française d'Amateurs de Jùdô Kdkan. Le premier championnat dans ce sport dans la même année a également été introduit par lui.

Sa citation la plus célèbre est : « Si tu es jeté six fois, relève-toi sept fois ! »
"Sept fois à terre, huit fois debout" (nana korobi yaoki)
Proverbe japonais

Ichiro Abe promu au Jùdô Kdkan 10e dan le 8 Janvier 2006, à 83 ans Abe était président international de l'All Nippon Fédération de Judo et a des liens étroits à l'échelle internationale grâce à l'encadrement qu'il a fait en Europe.
Il décède le 27 février 2022 à 99 ans.


Yoshimi Osawa (1927-2022)

Arbitre international durant de nombreuse années, M. Osawa a gagné le tournoi de Fukuoka en 1948. Osawa était un technicien fabuleux et aux yeux de certains, le meilleur jamais qui est existé. En dépit d'être un poids léger, on l'a considéré comme un réel prétendant aux championnats du Japon.

Yoshimi Osawa promu au Jùdô Kdkan 10e dan le 8 Janvier 2006, à 79. Osawa est également toujours entraîneur âge au Jùdô Kdkan, et est reconnu pour son soutien de judo féminin. Osawa a été connu sous le surnom Ushiwakamaru actuel (Ushiwakamaru était le nom de la petite enfance d'un légendaire du XIIe siècle samouraïs qui était petit mais rapide.)
Yoshimi Osawa né le 6 mars 2026 et est décédé le 21 octobre 2022 à 96 ans.

10e Dan Kôdôkan par ordre de leur date de promotion :

Yamashita, Yoshitugu (1865-1935) a été promut 10e Dan en 1935 à 70 ans (titre posthume) promu par Jigorô Kanô
Isogai, Hajime (1871-1947) a été promut 10e Dan en 1937 à 66 ans promu par Jigorô Kanô
Nagaoka, Hidekazu (1876-1952) a été promut 10e Dan en 1937 à 61 ans promu par Jigorô Kanô
Mifune, Kyuzo (1883-1965) a été promut 10e Dan en 1945 à 62 ans
Iizuka, Kunisaburo (1875-1958) a été promut 10e Dan en 1946 à 71 ans
Samura, Kaichiro (1880-1964) a été promut 10e Dan en 1948 à 68 ans
Tabata, Shotaro (1884-1950) a été promut 10e Dan en 1948 à 64 ans
Okano, Kotaro (1885-1967) a été promut 10e Dan en 1967 à 82 ans (titre posthume)
Shoriki, Matsutaro (1885-1969) a été promut 10e Dan en 1969 à 84 ans (titre posthume)
Nakano, Shozo (1888-1977) a été promut 10e Dan en 1977 à 89 ans (titre posthume)
Kurihara, Tamio (1896-1979) a été promut 10e Dan en 1979 à 83 ans (titre posthume)
Kotani, Sumiyuki (1903-1991) a été promut 10e Dan en 1984 à 81 ans
Daigo, Toshiro (1926-2021), a été promut 10e Dan en 2006 à 80 ans
Abe, Ichiro (1922-2022), a été promut 10e Dan en 2006 à 83 ans
Osawa, Yoshimi (1927-2022), a été promut 10e Dan en 2006 à 79 ans

Grades décerné par Maître Jigoro Kano :
Yoshitugu Yamashita (1865-1935) promu en 1935
Hajime Isogai (1871-1947) promu en 1937
Hidekazu Nagaoka (1876-1952) promu en 1937

Grades décernés par le fils de Jigorô Kanô (Risei Kano) :
Kyuzo Mifune (1883-1965) promu en 1945
Kunisaburo Iizuka (1875-1958) promu en 1946
Kaichiro Samura (1880-1964) promu en 1948
Shotaro Tabata (1884-1950) promu en 1948
Kotaro Okano (1885-1967) promu en 1967
Matsutaro Shoriki (1885-1969) promu en 1969
Shozo Nakano (1888-1977) promu en 1977
Tamio Kurihara (1896-1979) promu en 1979
Sumiyuki Kotani (1903-1991) promu en 1984

Grades décernés par le petit-fils de Jigorô Kanô Yukimitsu Kanô, précédent président du Jùdô Kdkan :
Toshiro Daigo (1926-2021) promu en 2006
Ichiro Abe (1923-2022) promu en 2006
Yoshimi Osawa (1927-2022) promu en 2006

Présidents du Kodokan
1er Président : Jigorô Kanô, de 1882 à 1938
2e Président : Jiro Nango, de 1938 à 1946, neveu de Jigorô Kanô
3e Président : Risei Kano, de 1946 à 1980, fils de Jigorô Kanô
4e Président : Yukimitsu Kano, de 1980 à 2009, petit-fils de Jigorô Kanô
5e Président : Haruki Uemura, depuis 2009, 9e dan, Champion du Monde, Champion Olympique et Champion du Japon Toutes Catégories

La ceinture blanche large ou épaisse pour marquer le grade de 10e dan en jd n'est pas avérée selon bon nombre d'écrit. Il n'existe d'ailleurs aucune photographie d'un détenteur du 10e dans avec cette ceinture blanche large ou épaisse autour de la taille.

Grades jamais attribués

Jdka

Ceinture rouge (aka-obi), 11e dan (juichidan)

Jdka

Ceinture rouge (aka-obi), 12e dan (junidan)

Causes de la non attribution des 11e et 12e dan :
- bien que Jigorô Kanô ait bien spécifié que l'échelle des dan était une échelle ouverte, le grade le plus haut attribué par Jigorô Kanô à ses élèves de son vivant fut le 10 dan. Depuis la mort de Jigorô Kanô, personne n'a oser attribuer un grade supérieur.
- S'il est vrai qu'au jùdô il existe un douzième dan, la plus haute distinction que l'on puisse décerner est le titre de Hanshi, 10e dan (Judan). Le titre de 12e dan (junidan), à Jigorô Kanô, fondateur du Jùdô Kdkan par un collège d'administrateurs et hauts gradés du Jùdô Kdkan sur l'initiative de son neveu et directeur du Jùdô Kdkan de l'époque Nango Jiro entre avril 1939 (date de son investiture) et septembre 1941 (en 1940 selon certaines sources, date à laquelle aurait dû avoir lieu les Jeux Olympique à Tokyo), pour bien montrer qu'il existererait toujours un dan d'écart entre le plus haut gradé 10e dan (Judan) et lui. Selon Kozo Tsumura du Jùdô Kdkan cela n'a jmais existé attendu que Shihan est celui qui donne les grades et non celui qui les reçoit. De plus, il aurait été étiquement impensable que celui qui créât les grades de jùdô puisse en bénéficier.

Au départ, toutes les ceintures noires du 1er au 10e dan étaient noires.

La ceinture blanche et rouge date de 1931 (Yves Cadot)

En avril 1940, il fut décidé que :
- les ceintures noires du 1er à 5e dan resteraient noires
- les ceintures noires du 6e à 9e dan porteraient une ceinture blanche et rouge à la place de leur ceinture noire mais uniquement lors les cérémonies officielles
- les ceintures noires 10e dan porteraient une ceinture rouges à la place de leur ceinture noire mais uniquement lors les cérémonies officielles

En janvier 1943, il fut décidé que :
- les ceintures noires 9e dan porteraient également une ceinture rouge à la place de leur ceinture noire mais uniquement lors les cérémonies officielles

Selon "L'annuaire Officiel du judo International", page 33, Jigorô Kanô aurait eu le 8e dan de son vivant et le 9e dan à titre posthume.

Le dixième dan est en général réservé au fondateur de l’art martial, et ne peut être décerné qu'à lui (l'explication venant de l'ancien système de grades chinois, ou le neuvième "niveau" représentait par définition l'approche du divin, ou de la perfection, et ne pouvait donc être humainement dépassé). Cette situation a entraîné la disparition de ce grade dans certains arts martiaux.

La ceinture blanche large ou épaisse ou ceinture maîtresse pour marquer le grade de 10e dan ou au-dessus en jd n'est pas avérée selon bon nombre d'écrit. Il n'existe d'ailleurs aucune photographie d'un détenteur du 10e dan ou au-dessus avec cette ceinture blanche large ou épaisse autour de la taille. Il existe une légende selon laquelle Jigorô Kanô, aurait dit qu'une personne dépassant le niveau de 10e dan transcenderait le concept de grade et retournerait donc à la ceinture blanche, refermant le cercle de la progression en jd, et symboliquement, celui de la vie n'est jamais sourcée. Le retour à la ceinture blanche serait aussi interprété comme représentant la prise de conscience que la somme des connaissances accessibles en jd est infinie. Celui qui dépasse le 10e dan se rendrait compte qu'il n'arriverait jamais à tout savoir et maîtriser en jd, il prendrait conscience de son ignorance quasi-totale et revêtrait en conséquence une ceinture blanche, à l'image du débutant qui ignore tout. Afin de ne pas confondre les porteurs de 11e dan (juichidan) et 12e dan (junidan) et les débutants 6e kyu, le Kdkan aurait décidé ultérieurement que la ceinture blanche des premiers serait deux fois plus large que celle des seconds. Cette légende n'est attesté par aucune source officielle.

Le titre de 12e dan (junidan), à Jigorô Kanô, fondateur du Jùdô Kdkan par un collège d'administrateurs et hauts gradés du Jùdô Kdkan sur l'initiative de son neveu et directeur du Jùdô Kdkan de l'époque Nango Jiro entre avril 1939 et septembre 1941 (date de son investiture) et septembre 1941 (en 1940 selon certaines sources, date à laquelle aurait dû avoir lieu les Jeux Olympique à Tokyo), pour bien montrer qu'il existererait toujours un dan d'écart entre le plus haut gradé 10e dan (Judan) et lui. Selon Kozo Tsumura du Jùdô Kdkan cela n'a jmais existé attendu que Shihan est celui qui donne les grades et non celui qui les reçoit. De plus, il aurait été étiquement impensable que celui qui créât les grades de jùdô puisse en bénéficier

Le 13e Dan (shinan) n'est que très rarement évoqué (livre Guiness des records 1990) et n'est que le mot shihan (celui qu'il faut imité, c'est à dire l'exemple) mal recopier car en effet 13e Dan se dit Jusandan. Il n'existe pas de 13e Dan. L'appellation Jushodan pour signifier le 11e Dan est égalalement une erreur.