Arbitrage :
Le but

Le jd se définit dans sa forme sportive comme une activité d'affrontement direct entre deux combattants qui luttent pour la victoire. Il s'agit selon un code défini, accepté et arbitré, d'imposer des contraintes physiques sur le corps de l'adversaire, tout en préservant l'intégrité physique des deux combattants.

L'affrontement se fait dans un temps limité, dans une surface définie, avec une tenue particulière : le jùdôgi.

Il s'agit de projeter le corps de l'adversaire selon des formes de corps libres (à l'exception de quelques actions interdites parce qu'elles nuisent à l'intégrité physique) et / ou continuer au sol pour immobiliser le corps de l'adversaire selon des formes de corps libres, avec les mêmes restrictions que celles citées plus haut. Pour gagner un combat, il faut qu'à la fin du temps de combat (qui varie en fonction de l'âge et du sexe) vous ayez marqué plus d'avantage que l'adversaire ou que vous parveniez à marquer ippon. À partir de cadet et en cas d'égalité à la fin du temps de combat, on recommence le combat sans période de récupération et le premier qui marque gagne. En cas de nouvelle égalité lors de la fin de ce deuxième temps de combat, la victoire sera attribuée par décision cumulée de l'arbitre et des juges motivée par la comptabilisation des Kinsas (technique entrainant une chute mais ne permettant pas d'annoncer un avantage).

Pour des raisons de sécurité, les techniques d'abandon, telles que les étranglements et les clefs de bras sont autorisés qu'à partir de la catégorie cadet.

Retour