Le respect

Sentiment et comportement dont on fait preuve envers quelqu'un ou quelque chose que l'on traite avec considération, égard ou importance.

Le respect peut s'établir sur six bases classées ci-dessous de la moins bonne à la meilleure :
- la peur (basée sur la punition elle-même basée sur le pouvoir de l'individu ou de l'objet) : je te respecte car je te crains, exemple mon persécuteur
- l'admiration (basé sur le prestige, autorité de réputation) : je te respecte car je t'admire, exemple une star à la télévision
- la réciprocité (basé sur le respect mutuel) : je te respecte car tu me respectes, exemple mon copain
- la convention (basé sur l'autorité moral) : je te respecte car c'est la règle, exemple mon professeur
- le pouvoir (basé sur l'autorité primitive) : je te respecte car c'est ma culture, exemple mes parents
- l'éducation (basé sur l'honneur, l'autorité et l'éthique) : je te respecte car je respecte tout le monde

Certains pensent que le respect basé sur la peur est à opposer au vrai respect alors que c'est encore malheusement la forme la plus répendue.

Le respect est la base d'une relation humaine. Si ce respect est lui-même basé sur un pouvoir éphémère :
- la peur (basée sur la punition elle-même basée sur le pouvoir de l'individu ou de l'objet)
- l'admiration (basé sur le prestige, autorité de réputation)
... alors ce respect sera éphémère.
Le pouvoir de l'individu ou de l'objet disparaissant, le respect disparaîtra instantanément et le retour de bâton se fera d'autant plus violemment sentir que le pouvoir aura été exercé de manière écrasante.

Traiter les autres comme des objets est le contraire du respect.

Respect, liberté et sécurité :
Faut-il respecter le choix de quelqu'un qui va à la mort sans le savoir, le vouloir (hors sacrifice) et sans connaitre toutes les possibilités qui s'offre à lui ?
La liberté est le fait de faire un choix éclairé (qui en connait toutes les conséquences, qui le veut (hors sacrifice) et qui connait toutes les possibilités qui s'offre à lui). Exercer sa liberté sans être éclairée est antinomique. Ce n'est pas exercer sa liberté. C'est une illusion de liberté.
Le respect de la liberté est le fait de donner de la considération, de égard ou de l'importance à la liberté d'autrui or l'illusion de liberté n'est pas la liberté. L'illusion de liberté est donc à dissocier de la liberté de la personne. C'est un objet qui doit être dispersé. Respecter cet objet ce n'est pas respecter la liberté de la personne. Par contre, respecter la liberté éclairée de quelqu'un qui entraine sa mort est primordial, c'est respecter sa vrai liberté.

Par exemple :
Prendre les clés de quelqu'un qui est ivré afin de l'empêcher de conduire c'est aller contre son illusion de liberté mais pas contre sa liberté éclairée.

Peut-on tout respecté ?
Les respects sont hierarchisés. Par exemple :
Un animal est à respecter. Un humain est a respecter. En France, lors d'une confrontation entre un animal et un humain, le respect d'un humain est prioritaire sur le respect d'un animal. Le respect de la satire humouristique est à respecter. La sensibilité religieuse est à respecter. En France, lors d'un conflit entre la satire humouristique et la sensibilité religieuse, le respect de la satire humouristique est prioritaire sur la sensibilité religieuse. Enfin, la liberté d'expression est à respecter. La dignité humaine est à respecter. En France, lors d'un conflit entre la liberté d'expression et la dignité humaine, la dignité est prioritaire. Cette hiérarchie est établi de manière légale ou culturelle.

Voir aussi :
- la peur
- la confiance
- le courage
- l'estime de soi
- le manque d'assurance
- la maturité
- la liberté ou la sécurité
- la dignité humaine
- l'humour