Maître Kyuzo Mifune
Mifune, Kyuzo (1883-1965)
Il a 13 ans lorsqu'il commence le jùdô. Il rejoint le Kdkan en 1903. En 1912, il était déjà un Rokudan (6e dan) et un instructeur du Kdkan. Il était incroyablement énergique et fini par parvenir à la tête des instructeurs du Kdkan. La vitesse avec laquelle il a maîtrisé les techniques du Jd peut seulement être comparé à la rapidité de sa promotion. En recevant le 10e Dan le 25 mai 1945, il devint le 2e plus jeune homme à obtenir le 10e dan, grade qu'il gardera pendant presque 20 ans c'est à dire plus longtemps de n'importe quel 10e dan. Il était humble et permanent du groupe consultatif de dôjo de Kdkan. Il est l'auteur du "Canon du Jd". En 1964 le gouvernement Japonais lui a attribué l'honneur de l'ordre du soleil levant. Il fut la première personne à être honorer de cette manière pendant sa vie. Avant sa mort le 27 janvier 1965, il était le seul 10e Dan vivant dan dans le monde.

Les principes du Jùdô de Kyuzo Mifune (1883-1965)

Les 5 principaux points
1 - Le doux contrôle le dur
2 - Frapper pour tuer (solutionner un problème par une seule frappe décisive)
3 - Ne jamais retenir (ne même pas tenter)
4 - Enter dans un état sans ego, sans esprit
5 - Ne pas se concentrer sur la recherche d'une technique secrète. Polissez votre esprit par un entraînement sans fin ; c'est la clé des techniques efficaces

Les 7 règles de pratique
1 - Ne sous-estimez pas un adversaire
2 - Ne perdez pas confiance en vous
3 - Maintenez une bonne posture
4 - Développez la vitesse
5 - Projetez la puissance dans toutes les directions
6 - Ne jamais cesser l'entraînement
7 - Développez votre contrôle de soi

Salut

Taiso

Happo No Kuzushi

Te Waza :
Uki Otoshi
Tai Otoshi (V1)
Tai Otoshi (V2)
Yama Arashi
Seoi Nage (V1) (Morote Seoi Nage)
Seoi Nage (V2 ) (Ippon Seoi Nage)
Seoi Nage (V3) (Hidari Kakate Seoi Nage)
Seoi Otoshi
Ganseki Otoshi
Sukui Nage
Obi Otoshi
Morote Gari
Te Guruma (V1) (par devant)
Te Guruma (V2) (par derrière)
Kibisu Gaishi
Kata Guruma (V1)
Kata Guruma (V2) (jambe derrière)
Kata Guruma (V3) (jambe derrière + saisie autre jambe)
Sumi Otoshi
Tama Guruma (Kata Guruma avec barrage de bras)

Koshi Waza :
Uki Goshi
Koshi Guruma
Harai Goshi (V1)
Harai Goshi (V2) (Hidari Harai Goshi)
Tsuri komi Goshi (V1)
Tsuri Komi Goshi (V2) (Sode Tsuri Komi Goshi)
O Goshi
Hane Goshi
Hane Makikomi
Soto Makikomi
Uchi Makikomi
Ushiro Goshi
Utsushi Goshi
Tobi Goshi
Ushiro Guruma

Ma Sutemi Waza :
Tomoe Nage
Sumi Gaeshi
Hikikomi Gaeshi
Tawara Gaeshi
Ura Nage (V1)
Ura Nage (V2) (Forme Ushiro Goshi)

Nage No Kata
Que à droite

Nage Ura No Kata :
Uki Otoshi - Tai Otoshi
Seoi Nage - Yoko Guruma
Kata Guruma - Sumi Gaeshi
Tai Otoshi - Ko Tsuri Goshi
Obi Otoshi - Guruma (Ashi guruma)
Okuri Ashi Barai - Tsubame Gaeshi
Ko Uchi Gari - Hiza Guruma
O Uchi Gari - Tomoe Nage
Sasae Tsuri Komi Ashi - Sumi Otoshi
Uchi Mata - Tai Otoshi
Hane Koshi - Kari Kaesu (Nidan Ko Soto Gari)
Harai Goshi - Ushiro Goshi
Hane Goshi - Utsushi Goshi
Uki Goshi - Yoko Wakare
O Goshi - Ippon Seoi

Osae Komi Waza :
Gesa Gatame
Kuzure Gesa Gatame
Ura Gesa (Makura Gesa Gatame)
Ushiro Gesa (Ushiro Gesa Gatame)
Kata Gatame
Kami Shiho Gatame
Kuzure Kami Shiho Gatame
Yoko Shiho Gatame (V1)
Yoko Shiho Gatame (V2) (bras sous les jambes et saisie bras)
Ura Gatame (saisie un bras par les jambes et un bras par les bras en étant sur le ventre sous Uke qui est sur le dos)
Tate Shiho Gatame (V1) (Les deux bras sous les deux bras)
Tate Shiho Gatame (V2) (Les deux bras sous un bras bras)
Tate Shiho Gatame (V3) (Saisie d'un bras puis de la tête en passant son propre ba dans le dos)

Itsutsu No Kata

Kokoro No Judo

Ashi Waza :
De Ashi Harai
Ko Soto Gake
Ko Soto Gari
Ko Uchi Gari (Forme Makikomi)
O Uchi Gari (Forme Makikomi)
O Soto Gari (V1)
O Soto Gari (V2) (en cercle)
O Soto Otoshi
O Soto Guruma (Ni dan O Soto Gari)
Hiza Guruma (V1) (Genou avancé)
Hiza Guruma (V2) (Hidari Hiza Guruma)
Ashi Guruma (V1)
Ashi Guruma (V2) (Hidari Ashi Guruma)
Sasae Tsurikomi Ashi (V1)
Sasae Tsurikomi Ashi (V2) (Hidari Sasae Tsurikomi Ashi)
Harai Tsurikomi Ashi
Okuri Ashi Harai
Tsubame Gaeshi
Uchi Mata (Koshi Uchi Mata)
O Guruma

Yoko Sutemi Waza :
Yoko Gake (V1)
Yoko Gake (V2) (Hidari Yoko Gake)
Yoko Wakare (V1)
Yoko Wakare (V2) (version ippon seoi)
Ude Gaeshi (Yoko Wakare en avançant)
Uki Waza (V1)
Uki Waza (V2) (Version Jigotai)
Tani Otoshi
Yoko Otoshi
Yoko Guruma
Wakare (feinte de Ko Uchi Gari puis Yoko Wakare)

Shime Waza :
Kata Juji Shime
Gyaku Juji Jime
Nami Juji Jime
Ura Juji Jime (Juji Jime en Kami Shiho Gatame)
Hadaka Jime (V1) (Au sol)
Hadaka Jime (V2) (Debout)
Kata Ha Jime
Ryote Jime
Sode Guruma
Tsukomi Jime (saisie revers debout puis tourner en se couchant sur le dos puis saisie cou avec jambe)
Tawara Jime (Okuri Eri Jime de face en passant par dessus la tête baissée)
Hasami Jime (V1) (en dessous de Kami Shiho Gatame)
Hasami Jime (V2) (avec la jambe derrière)
Okuri Eri Jime
Kata Te Jime (en Ushiro Gesa Gatame)

Kansetsu Waza :
Ude Garami V1)
Ude Garami V2) (en dessous de Yoko Shiho Gatame sur bras saisissant la tête)
Ude Garami V3) (en dessous de Yoko Shiho Gatame sur bras saisissant la tête, bras dans son dos)
Ude Garami V4) (Debout)
Jumonji Gatame Ude Kujiki (Ude Ushigi Juji Gatame en se couchant en arrère)
Ude Gatame Ude Kujiki (V1) (Katame No Kata)
Ude Gatame Ude Kujiki (V2) (version Ude Garami)
Ude Gatame Ude Kujiki (V3) (version sans Sankaku Jime derrière la tête couché sur le dos puis Ude Garami)
Ude Gatame Ude Kujiki (V4) (version Ude Garami à gauche)
Hiza Gatame Ude Kujiki
Tachi Ai Ude Kujiki (Hiza Gatame sur le côté Uke sur le ventre)
Tai Gatame Ude Kujiki (V1) (Waki Gatame en forme Gesa)
Tai Gatame Ude Kujiki (V2) (saisie poignet Uke à quatre pattes puis retournement de Tori en Ushiro Gesa Gatame)
Kata Osae Tai Gatame Ude Kujiki (retournement de coté de Uke, Tori revient dessus en se glissant pour faire Kami Shiho Gatame)
Aomukegata Ude Kujiki (Sankalu Gatame Uke entre les jambes puis Jambe en Ude Ushigi Juji Gatame)
Sankaku Gatame Ude Kujiki (V1) (Sankaku Gatame Uke entre les jambes bras dessandant)
Sankaku Gatame Ude Kujiki (V2) (Sankaku Gatame Uke entre les jambes bras montant)
Sankaku Gatame Ude Kujiki (V3) (Sankaku Gatame Uke entre les jambes bras montant puis Jambe en Ude Ushigi Juji Gatame)
Ashi Garami
Ashi Kujiki Kannuki Gatame (clé de mollet avec Uke sur le ventre, Tori à cheval sur le dos face aux pieds)
Gesa Gatame no Nige
Kata Gatame no Nige
Okuri Eri Jime no Nige (V1)
Okuri Eri Jime no Nige (V2)
Jumonji Gatame no Nige (V1)
Jumonji Gatame no Nige (V2)
Sankaku Gatame no Nige
Ashi Garami no Fusegi (pousser cheville sur le torse)

Goshin Jutsu

https://www.youtube.com/watch?v=46veLgINFjU

TAI SABAKI
de Kyuzo Mifune (10e dan)

Conseils pour apprendre le Jùdô et l’art du « Taisabaki ».

Ceux qui apprennent le jùdô, ne doivent pas seulement entraîner leur corps, mais aussi cultiver leur esprit, à travers la pratique de cet art de self-défense.
En bref ils doivent comprendre par leur propre expérience que le jùdô est à la fois un principe moral et technique.

Je vais maintenant vous donner quelques vues qui peuvent vous être utiles pour apprendre le Jùdô. Vous ne devez pas être paresseux, fier, avide, préoccupé ou distrait ; en d’autres termes, vous devez être sincère. Ceci est le « Kokoro » ou l’essence du Jùdô.

Le mot japonais « Kokoro » signifie littéralement « obtenir l’esprit », c'est-à-dire, cultiver et conserver l’esprit qui n’est jamais troublé même dans un cas d’urgence.
Ceci peut paraître personnel, mais cette vertu peut à la longue affecter le pays d’un homme qui la possède ou ne la possède pas.

« Kokoro » qui, en japonais, signifie l’esprit ou le centre, est le plus important dans tous les cas. Il existe naturellement et n’est pas « fabriqué » par l’homme. Il repose au centre, la place la plus importante. Le centre est l’endroit où le « Kokoro » demeure.

« Kokoro » par conséquent est le centre. Chaque chose a son centre. Sans « Kokoro » les choses n’existent pas.

Les choses sont « Utsuwa » ou vaisseaux, réceptacle dans lequel « Kokoro » est déposé.
Quelquefois, l’humain est appelé « Utsuwa » parce qu’il a un esprit en lui.
« Kokoro » ne se voit pas, mais apparaît sous la forme de réceptacles. « Kokoro » ou le centre des choses est « Michi » qui signifie « route, chemin » ou « méthode ».
« Michi » apparaît sous la forme de « Jutsu », l’art ou la technique.
Si vous suivez « Michi » et si vous raffinez, polissez votre « Jutsu », le processus est tout à fait naturel et de grands résultats sont obtenus.
« Jutsu » et « Michi » marchent ensemble, c’est la loi de la nature.

Pour être sincère dans la vie humaine, l’on doit remplir les conditions dans tous les cas. Si l’art du Jùdô est pratiqué en tenant compte de ces principes de sincérité, le Jùdô ne pourra jamais être galvaudé.

Au contraire, si vous êtes esclaves de votre émotion, et faites un mauvais usage du Jùdô, vous serez accusé par le public et conséquemment vous disgracierez le Jùdô.
C’est pourquoi les « conducteurs » du Jùdô disent toujours « Être fort dans la technique du Jùdô n’est pas suffisant ». Si la force est valable en Jùdô, c’est parce que la force est basée sur la sincérité.

Les principales connaissances que nous pouvons acquérir par l’emploi de nos yeux et de nos oreilles, ne descendent pas profond dans notre caractère.
La véritable compréhension est acquise seulement par la pratique.
Les mots qui parlent à travers l’expérience ont de la valeur. C’est pourquoi les paroles de MYAMOTO MUSASHI sont encore vivantes dans notre génération.
« Par la pratique du Jùdô, l’homme peut trouver sa vérité propre ».

Je vais maintenant dire quelques mots sur les techniques du Jùdô en insistant plus particulièrement sur « Tai sabaki » qui est le fondamental pour toutes les techniques.
Les gens pensent généralement que « Tai sabaki » signifie simplement « conduire le corps », mais à mon avis, je pense que « Tai sabaki » est un art consommé en lui-même.

« Tai sabaki » est le mouvement fondamental pour marcher en avant, en arrière, etc, et qui conserve notre corps tout entier en état d’équilibre.
Vous devez devenir maître de cet équilibre par une pratique constante, et en faire usage si nécessaire.
« Tai sabaki » est tout ce qu’il y a de plus naturel, par conséquent, un mouvement tout à fait ordinaire, mais en lui repose le secret du Jùdô.
Si vous travaillez dur pour mouvoir votre corps avec rapidité, vous serez capable de détourner les dangers et capable aussi de prendre l’initiative à la fois dans l’attaque et dans la défense.
« Tai sabaki » ne doit jamais être ignoré.

Du point de vue de l’application scientifique des principes du Jùdô, le Jùdô peut être appelé l’art du « HEN-O » ou du bon mouvement à chaque instant.
Il est important de posséder ceci à l’esprit « HEN-O » est l’état mobile de l’esprit lorsque l’ennemi est près. Si vous manquez d’attention vous serez sûrement battu. « Faites toujours face à votre ennemi, mais ne faites jamais face à son attaque ». Ceci est le « HEN ».
Si vous n’êtes pas très vigilant, votre technique ne pourra être exécutée avec succès.

Attaquez sans faiblir lorsque vous avez noté le moment pendant lequel l’ennemi n’est plus sur ses gardes. Ceci est le « O ».
Dans le cas où des ennemis vous environnent de toutes parts, observez celui qui est le plus près, et exécutez sur lui aussitôt l’art qui vous est propre.
Ce « HEN » et ce « O », cependant, ne sont pas des techniques séparées. La position de « HEN » en un instant en celle de « O ». Les deux mouvements sont inséparables et se répètent sans intervalle.

L’on doit dire que cet art du « HEN-O » est une variation ou une application du « Tai sabaki » mentionné plus haut. De façon à obtenir victoire, toute personne doit choisir la meilleure méthode.
Jùdô signifie employer la force de la pensée et du corps de la façon la plus efficace. Il faut l’intention d’avoir le maximum d’effet par le minimum de force. En d’autres termes nous pouvons dire : Jùdô, c’est avoir une grande réserve de force.

Quand notre force est fixée à un point elle doit être aussi ferme que le roc et quand le mouvement est porté, il doit être aussi rapide que le vent. Si l’attaque de votre adversaire est rude, vous la recevez mollement, et si un autre se déplace légèrement, vous le traitez avec la même légèreté. Ainsi vous vous adaptez à l’adversaire mais en le contrôlant, en réalité.
L’art du « Tai sabaki » est toujours nécessaire, non seulement en apprenant le Jùdô mais aussi dans notre vie. C’est la première et la dernière marche du Jùdô.

TAI SABAKI a été publié en décembre 1950 dans la revue officielle du KDN
Publié sur stage jùdô le 7 septembre 2007

L’ART DU Jùdô
de Kyuzo Mifune (10e dan)

Sans aucun doute « l’art du Jùdô » compose la base du Jùdô. Le but de la pratique du Jùdô est le développement complet de trois éléments relatifs :

-la méthode de l’éducation physique,
-la méthode de faire un combat,
-et la méthode de purifier l’esprit.

Mais cette éducation physique, où a-t-elle trouvé son origine et par quel moyen s’est-elle développée ? C’est par l’art.


Parce que l’exercice de la technique devient par lui-même l’éducation physique ; l’art occupe la position la plus importante en pratique du Jùdô.
C’est pourquoi le maître doit rechercher l’art avec une ardeur extrême et le transmettre.

En enseignant le Jùdô sans interruption, j’ai été beaucoup intéressé par « l’art » et je l’ai recherché de toutes les manières, en imaginant l’aspect de cet art. Je suis arrivé à la conclusion que l’art n’est pas du tout mystérieux, mais qu’il est le plus ordinaire.
Quand un homme avance merveilleusement dans une technique, le monde l’appelle « expert » et il applaudit son art comme extraordinaire.

Mais l’art est très ordinaire et ce sont les hommes qui ne le comprennent pas qui sont extraordinaires. Je pense que toute chose extraordinaire existe dans cet ordinaire.
Alors ici une question surgit : qu’est ce que l’ordinaire ?

Par ordinaire j’entends le plus légal, c'est-à-dire respecter, se soumettre précisément à la loi en connaissant la cause et l’effet.
Aussi on pourra dire que l’ordinaire signifie la légalité et la rationalité.

L’art est acquis par l’exercice technique de la théorie, recherchée rationnellement et scientifiquement.

On pourrait dire aussi que l’art est recherche de la vérité la plus directe exprimée dans le mouvement de l’homme. Ici le caractère psychologique le marque fortement. En tout cas, l’art doit être recherché scientifiquement et théoriquement jusqu’au bout et exercé avec le corps lui-même. En répétant cet exercice, on peut obtenir quelque chose de vénérable dans les deux domaines de l’esprit et du corps. Ce quelque chose de vénérable signifie au fond « se parfaire soi même ». Autrement dit, la recherche et l’exercice de l’art mènent directement au perfectionnement de soi même. On peut rendre service à la société ou à l’état comme un membre de cette société.De plus on peut contribuer beaucoup aux rapports internationaux.

C’est ainsi que l’art est extrêmêment important et sans lui le Jùdô n’a aucun sens. Chacun doit y songer en pratiquant.

L’art du Jùdô a été publié en mai 1957 dans la revue officielle du KDN.
Publié sur stage jùdô le 15 septembre 2007

Biographie

Kyuzo Mifune est né le 21 Avril 1883 et mort le 27 janvier 1965. Il est considéré par beaucoup comme le plus grand technicien de jd. Il était 10e dan.

Sa jeunesse
Kyuzo Mifune est né un an après la fondation du Kodokan, dans la préfecture d'Iwate sur l’île d’Honshu au Japon le 21 avril 1883. Enfant, il est incorrigible. Toujours en train de préparer une bêtise, il entraîne même ses amis dans ses espiègleries. Il est aussi brillant qu’insolent. Son père, très strict en matière d’éducation, perd tout espoir de remettre le plus jeune de ses sept enfants dans le droit chemin. À l’âge de 13 ans, il décide de l’envoyer en pension au lycée de Sendai dans le nord du Japon. C’est là que Mifune découvre le jd et décide de s’y consacrer. À 14 ans, lors d’un tournoi contre un autre lycée, il remporte neuf victoires consécutives.

Après l’obtention de son diplôme, il part à Tokyo et rentre en école préparatoire pour être accepté à l’université de Waseda. Mais il n’a qu’une idée en tête, rentrer au Kodokan. À cette époque, il n’y a qu’un seul moyen de rentrer dans cette école prestigieuse : obtenir un entretien avec son fondateur Jigoro Kano sur recommandation d’un jùdôka haut gradé et signer le serment de sang. Mifune ne connaît personne au Kodokan. Pour le présenter, il choisit alors Sakujiro Yokoyama, un jùdôka qui a une redoutable réputation. Surnommé « le démon de Yokoyama », sa technique rapide et puissante contribue à la renommée du Kodokan. Pour faire entendre sa requête, Mifune campe littéralement sur le seuil de Yokoyama. Celui-ci finit par accepter et parle de cet élève obstiné à Jigoro Kano.

Mifune rejoint le Kodokan en juin 1903, il est alors âgé de vingt ans. Deux ans plus tard, son père s’aperçoit qu’il passe plus de temps à faire du jd qu’à étudier et lui coupe les vivres. Mifune se met donc à la recherche d’un travail. Il décide de créer son journal et sa petite entreprise prospère grâce à la vente d’espace publicitaire. Après avoir fait d’importants profits, il rentre à l’université de Keio pour suivre des cours d’économie.

Le technicien
Mifune devient ceinture noire 1er dan (shodan) en quinze mois et il ne lui faut que quatre mois pour devenir 2e dan (nidan). Très rapidement, Mifune se forge une solide réputation. Il n’a jamais été vaincu au tournoi annuel du Kodokan appelé « le tournoi rouge et blanc ». Un peu avant 1912, il est 6e dan et professeur de jd. Il est déjà surnommé « le dieu du jd ». À trente ans, son père lui trouve une épouse comme le veut la tradition japonaise. Mifune qui n’est revenu qu’une seule fois dans sa région natale depuis qu’il l’a quittée, y revient pour s’y marier. Durant les vingt années qui suivent, sa réputation du jùdôka ne cesse de grandir. À quarante ans Mifune relève un défi, celui de battre un lutteur de sumo de 1,83 m et 108 kg alors que lui ne fait que 1,58 m et 45 kg. Il terrasse son adversaire en le plaquant au sol avec son spécial uki-otochi.

En 1937, Jigoro Kano l’élève au 9e dan (kudan).

À la mort de ce dernier en 1938, Mifune devient le professeur le plus influent du Kodokan. Les étudiants se plaignent qu’il s’emporte facilement pendant les cours, il est plus craint qu’aimé.

Il atteint le 10e dan (judan) le 25 mai 1945, c’est le quatrième jùdôka à en être honoré.

Mifune est un homme qui ne fait pas d’excès, il mange avec modération, dort sur un lit de style occidental et ne fume pas.

En 1956, il écrit un livre, devenu un classique en matière de jd : The Canon of Jd qui étudie ce sport aux niveaux historique, philosophique et technique. Dans la préface du livre, écrit par E. J. Harisson on peut lire que la base de la philosophie de Mifune est : « la liberté dans le changement continu ».

L'influence de Mifune sur le jd d’après-guerre ne doit pas être sous-estimée. Son habileté était peut-être la plus élégante jamais vue au Kodokan. Son jd dynamique et limpide était une base naturelle pour le développement explosif du jd sportif dans le monde entier. Trevor Leggett qui fréquenta le Kodokan pendant de nombreuses années remarqua que le jd était « beaucoup plus lourd » au Kodokan avant la deuxième guerre mondiale qu'après. C'était, sûrement, l'influence de Mifune…

En 1964, Mifune participe aux jeux olympiques de Tokyo en tant qu’organisateur, malgré le fait qu’on lui ait diagnostiqué un cancer de la gorge. En décembre de cette année, il entre à l’hôpital et y meurt le 27 janvier 1965 à quatre-vingt-un ans. Au moment de sa mort, il était le dernier Judan (10e dan) du Kodokan.

Développement du jd
La Seconde Guerre mondiale fut un grand tournant pour le Kodokan Jd. La mort de Jigoro Kano avant la guerre, la capitulation japonaise, l'occupation après-guerre et l'interdiction des arts martiaux ont contribué à une période d'incertitude dans le jd au Japon. La réapparition du Kodokan après la guerre a été due principalement à deux personnes : Kyuzo Mifune et le Général Curtis LeMay de l'US Air Force.

Curtis LeMay, plus tard directeur du "Strategic Air Command", et adjoint au général MacArthur pendant l'occupation américaine du Japon, fait pratiquer au Kodokan a routine part of Air Force tours of duty in Japan, et beaucoup d'Américains rapportent chez eux des histoires de ce petit vieil homme, projetant des jeunes hommes sans effort apparent.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Kyuzo_Mifune

Mifune Kyûzô, l’esprit et… le corps !

(photo : Claude Thibault, Vérités sur le judo japonais, Judo International, Paris, 1963)

Mifune Kyûzô (1883-1965), « L’homme que l’on appelait la divinité du judo » (pour reprendre le titre du livre de Shimazu Yoshitada, cf. sources ci-dessous), 10e dan du Kôdôkan, est, pour beaucoup de judokas de par le monde, ce vieil homme chétif, ballotté par ses partenaires de randori et qui, sur une reprise d’opportunité, projette les 8e dan aussi facilement que des benjamins (ici ou ici). Un corps si diaphane qu’il en paraît absent : une technique pure… Si pure que l’on parle volontiers, pour définir son judo, de shingi (technique divine) [cf, par exemple, ??????], et que son « spécial » (enfin… un de ses « spéciaux » !) est kûki nage ??? (projection aérienne*) :

(Timbre commémoratif des Championnats du monde 1956 représentant Mifune Kyûzô exécutant kûki nage)

Prodige du judo, dont Wikipedia Japon ou le site du Musée Mifune nous apprennent (sans malheureusement proposer de sources) que l’on disait « Kanô pour la théorie, Mifune pour son application », il commence le judo au Kôdôkan à 20 ans, en juillet 1903, pour connaître une progression fulgurante : 1er dan en octobre de l’année suivante, 2e en février 1905, 3e en 1906, 4e dan en 1907, 5e en 1909… Puis 6e en 1917, 7e en 1923, 8e en 1931. Il sera 9e dan en décembre 1937, du vivant de Kanô donc, puis 10e dan en mai 1945.

Alors, Mifune Kyûzô, pur esprit ?

Mifune Kyûzô nous a légué cette image d’une forme idéale du judo. Il a également laissé des témoignages écrits, dont les plus célèbres sont sans conteste :

Jûdô kaikoroku ????? (Recueil de souvenirs sur le jûdô), 1953 :

Dô to jutsu jûdô kyôten, 1954, mieux connu en Occident sous son titre anglais, Canon of judo, 1956 :


Jûdô no shinzui (La substantifique moelle du jûdô), 1965 :

Mais, on le sait moins, il a également laissé traces d’un physique très éloigné de l’image que l’on a de lui. Ainsi :

En juillet 1907, à 24 ans :

(Mifune à gauche, source image)

Ou encore, à 37 ans, en août 1920 :

(Mifune est le n°5 – Source : Revue Yûkô no katsudô, « près du puits après l’entraînement [d’été, shochû keiko] »)

Ou comme en témoigne encore le buste qui orne le hall d’entrée du Musée Mifune 10e dan (???????), oeuvre d’Itsutsuji Tsutomu ??? représentant Mifune jeune :

(source photo)

Comme quoi, la dissolution du corps dans la technique, ça se travaille en amont !

Notes – ? :

* Kûki nage dont le Jûdô daijiten (Grand dictionnaire du jûdô, Atene shobô, Tôkyô 1999, p. 128) nous rappelle qu’il ne s’agit pas d’un nom de technique officiel mais du surnom du spécial de Mifune, technique située entre sumi otoshi et uki otoshi.

Sources – ???? :

Shimazu Yoshitada, : ????????????? (L’homme que l’on appelait la divinité du judo : Mifune Kyûzô, 10e dan, qui a créé Kûki nage) . Tôkyô, PHP kenkyûsho, sept 2013, 347 p.

http://histoire-judo.fr/