Tsukuri : les (dé)placements

La garde en jùdô / jùjutsu :
Elle doit être souple, naturelle. Les pieds sont écartés afin d'assurer un bon équilibre (Shizentai), pied gauche en avant (Hidari Shizentai) ou pied droit en avant (Migi Shizentai). Le corps est ainsi placé légèrement de biais par rapport à l'adversaire afin d'offrir le moins de points possible à ses attaques. Les mains sont placées à hauteur de la poitrine prêtes à parer, bloquer, saisir ou frapper. Elles sont donc ouvertes et souples ().

Les trois phases de la technique permettant une projection :
Le kuzushi (la destabilisation), le tsukuri (le (dé)placement et la mise en déséquilibre), et le kake (l'engrenage) :

Le kuzushi (la destabilisation) d'Uke permet le tsukuri (le (dé)placement et la mise en déséquilibre) de Tori amenant le kake (l'engrenage).

Toutes les techniques de jùdô peuvent s'effectuer à droite ou à gauche.

La conduite est à l'origine du déplacement du véhicule. Cependant, la conduite et le déplacement du véhicule ne font qu'un. De même, le (dé)placement de Tori est à l'origine de la mise en déséquilibre du corps d'Uke. Cependant, le (dé)placement de Tori et la mise en déséquilibre du corps d'Uke ne font qu'un. Ces deux processus sont donc simultanés.
Deux écueils sont donc à éviter :
- déséquilibrer avant de se placer :
         - sur les mouvements avant cela provoque la fixation des appuis de son propre corps rendant impossible le déplacement
         - sur les mouvements arrière cela provoque le déséquilibre de son propre corps rendant impossible tout contrôle
- se placer avant de déséquilibrer
         - sur les mouvements avant et arrière cela provoque l'extention des bras rendant impossible la poussée ou la traction

Toutes les techniques s'effectuent en deux pas :
En Tachi-Waza :
- le premier où le plus gros du déséquilibre (tration/poussée) est effectué
- le deuxième où le déséquilibre (tration/poussée) s'achève et où le corps se place
En Sutemi-Waza :
- le premier où le déséquilibre (tration/poussée) débute et où le corps se place
- le deuxième où le plus gros du déséquilibre (tration/poussée) est effectué

Se déplacer signifie changer de place durant un temps "T".

- Shintai : Manière de mouvoir le centre de gravité du corps par déplacement des pieds.
- Shishi-undo : Mouvement (undo) des membres (shishi)
      - Ashi-sabaki : Mouvement des pieds
      - Te-sabaki : Mouvemnt des mains
- Tai-sabaki : Mouvement du corps
- Koshi-sabaki : Mouvement des hanches
- Shitai-undo : Mouvement (undo) à la fois du corps (tai) et des membres (shi)

Tout acte moteur se déroule en trois stades :
- La perception : pendant ce stade, le jùdôka recueille un maximum d’information sur son adversaire et lui-même.
- La décision qui consiste à sélectionner une réponse au problème posé précédemment, en fonction du registre technique acquis à l’entraînement.
- L’exécution : c’est le stade visible de l’extérieur : c’est la réponse qui comporte trois étapes :
     - étape du lancement du geste.
     - étape d’ajustement.
     - étape de transition vers le geste suivant.

- L'enseignement évolue entre la syncrétisation (approche du sens globale) et la désyncrétisation (approche du déchiffrage élémentaire)

Tori se déplacer pour déplacer Uke afin de le déséquilibrer.

Pour déplacer un appui il faut d'abord placer le poids du corps sur un autre appui.

Déplacements pouvant s'effectuer au sol et debout :

En position debout il existe 3 types de déplacement :

Tai sabaki : Pas glissés en cercle. Il peut s'effectuer en avançant (Mae-Sabaki) ou en reculant (Ushiro-Sabaki), à droite (Migi) ou à gauche (Hidari)
- Mae-Sabaki : Quart de tour avant le plus souvent de 90°

Migi-Mae-Sabaki
Hidari-Mae-Sabaki

- Ushiro-Sabaki : Quart de tour arrière le plus souvent de 90°

Migi-Ushiro-Sabaki
Hidari-Ushiro-Sabaki

Les tai-sabakis sont souvent utilisés pour effectuer des esquives soit :
- pour surpasser le sens de rotation de la technique (rotation dans le même sens)
- pour accenter le sens de rotation de la technique (rotation dans le sens opposé)

Tsugi ashi : Pas glissés. En marche avant (pas suivis), l'un des pieds (droite ou gauche) avance puis l'autre le rejoint. En reculant (pas suivis), l'un des pieds recule puis l'autre le rejoint. Dans un axe latéral (pas chassés), l'un des pieds se déplace (latéralement) puis l'autre le rejoint. Les pieds ne se croisent pas.
Il existe les Tsugi-Ashis :
- en propulsion où le pied qui se déplace en second donne l'impulsion pour avancer le premier
- en traction où le premier pied tire le second
À noter qu'il est préférable d'effectuer un Tsugi-Ashi en propulsion plutôt qu'en traction.

Migi/Hidari-Mae/Ushiro-Tsugi-Ashi
Naname-Migi/Hidari-Mae/Ushiro-Tsugi-Ashi
Yoko-Migi/Hidari-Tsugi-Ashi

- en rond :

Le petit rond :
- pour les droitiers : l'épaule et le pied fixe droit de Uke pivotent et l'épaule et le pied gauche de Uke tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre
- pour les gauchers : l'épaule et le pied fixe gauche de Uke pivotent et l'épaule et le pied droit de Uke tournent dans le sens des aiguilles d'une montre
Le grand rond :
- pour les droitiers : en tsugi ashi latérale gauche
- pour les gauchers : en tsugi ashi latérale droit
Ayumi ashi :
Pas glissés (orteil qui pointe) en marche normale, alternativement un pied dépasse l'autre, vers l'avant ou vers l'arrière.

On notera que ces 3 types de déplacement peuvent également s'effectuer au sol.

Le déplacement et le placement étant le plus important, le kake peut être mis de côté dans un premier temps dans l'apprenttissage des techniques de base :
Par exemple :
- dans O soto otoshi : je pousse avec une épaule en passant à côté
- dans Uki Goshi : je fais tourner l'autre autour de moi en tournant d'abord sur moi même
- dans O uchi gari : je pousse l'autre de face avec mon ventre et mes épaules
- dans Ko uchi Gari : je pousse l'autre de côté avec une épaule

Déplacements s'effectuant seulement debout :
En pivot : demi-tour réalisé en tournant le corps et en faisant tourner les deux pieds en même temps dans le même sens sans déplacement.
Ken Ken
: Progresser en sautant sur un pied.

Il existe également 8 déplacements possibles sur chaque technique correspondant aux Happo-no-kuzushi (les 8 directions du déstabilisation) :
- en reculant
- en reculant en décalé sur le côté droit de Uke
- en latéral droit par rapport à Uke
- en avançant en décalé sur le côté droit de Uke
- en avançant droit sur Uke
- en avançant en décalé sur le côté gauche de Uke
- en latéral gauche par rapport à Uke
- en reculant en décalé sur le côté gauche de Uke

Les déplacements en cercle à 90° :

Puis
Déplacement en cercle en tournant sur l'appui droit en avant Déplacement en cercle en tournant sur l'appui gauche en avant Déplacement en cercle en tournant sur l'appui droit en arrière Déplacement en cercle en tournant sur l'appui gauche en arrière
Déplacement en cercle en tournant sur l'appui droit en avant Déplacement en cercle en tournant sur l'appui droit en avant Avancer en quinconce Retour au départ Mae mawari gauche
Déplacement en cercle en tournant sur l'appui gauche en avant Avancer en quinconce Déplacement en cercle en tournant sur l'appui gauche en avant Mae mawari droit Retour au départ
Déplacement en cercle en tournant sur l'appui droit en arrière Retour au départ Ushiro mawari droit Déplacement en cercle en tournant sur l'appui droit en arrière Reculer en quinconce
Déplacement en cercle en tournant sur l'appui gauche en arrière Ushiro mawari gauche Retour au départ Reculer en quinconce Déplacement en cercle en tournant sur l'appui gauche en arrière

Les entrées peuvent s'effectuer en déplacement verticale, horizontale ou en cercle.

Le déplacement de l'autre en cerf-volant :
Un cerf-volant ne peut pas s'enlover par la simple force des bras mais en combinant cette dernière à un déplacement avec les jambes.

Entrée en déplacement verticale et horizontale
Les entrées en déplacement verticale (en avançant ou en reculant) :

Mawari :

- Mae Mawari : demi-tour en avançant (Mae-Sabaki de 90° d'un côté puis Ushiro-Sabaki de 90° de l'autre côté) sur partenaire qui recule (le plus souvent) ou qui avance (en percussion et rotation ou en passant largement sous le centre de gravité). Le haut du corps tire pendant que le bas du corps se rapproche. Cette technique demande une bonne dissociation entre le haut et le bas du corps. C'est la manière classique de présenter une technique avant où l'on tourne le dos en France.


En Mae-Mawari :
C'est la jambe qui avance qui détermine le déplacement.
Ainsi deux facteurs sont à prendre en compte sur cette jambe qui avance :
- le degré de rotation
- l'amplitude de l'écart des jambes

Ce déplacement convient lorsque la distance entre tori et uke correspond à celle du bras tendu. Il met l'accent sur le déséquilibre horizontal (la rotation)

- Ushiro Mawari : demi-tour en reculant (Ushiro-Sabaki de 90° d'un côté puis Mae-Sabaki de 90° de l'autre côté) sur partenaire qui avance. Le haut du corps tire pendant que le bas du corps s'éloigne. C'est la manière classique de présenter une technique avant où l'on tourne le dos au Japon (et celle que je préconise pour bien mettre en évidence que pour tirer il faut s'éloigner).

En Ushiro-Mawari :
C'est la jambe de recule qui détermine le déplacement.
Ainsi deux facteurs sont à prendre en compte sur cette jambe de recule :
- le degré de rotation
- l'amplitude de l'écart des jambes

Ce déplacement convient lorsque la distance entre tori et uke correspond à celle du bras plié. Il met l'accent sur le déséquilibre vertical (la traction)

Que ce soit en Mae-Mawari ou Ushiro-Mawari le haut du corps de Tori est éloigné et tire celui d'Uke pour créer le déséquilibre.

la traction du haut du corps

Ces deux mouvements peuvent se combiner :
- 1re combinaison : Mae-Sabaki de 90° d'un côté puis Mae-Sabaki de 270° de l'autre côté
- 1re combinaison bis : placer son pied d'appui A directement en effectuant une vrille de 90° en externe, les orteils directement tournés vers la chute puis lancer le mouvement après avoir tourner le reste du corps du côté A. (Mae-Mawari en avançant proche de la 1re combinaison)


- 2de combinaison : Ushiro-Sabaki de 90° d'un coté puis Ushiro-Sabaki de 270° de l'autre côté
- 2de combinaison bis : infaisable en raison d'une incapacité bio-mécanique (un vrille de la cheville de 90° en interne)

Attention ! :
Effectuer directement un Ushiro-Sabaki ou un Mae-Sabaki de 180° en déplacement avant ou arrière est quasiment toujours voué à l'échec à cause du manque de déséquilibre. Les seules façons de pallier le problème sont soit de :
- se servir d'un déséquilibre initiale (attaque à la volée, action/réaction)
- effectuer un saut afin de placer les appuis directement derrières ou sous le centre de gravité d'Uke*
- baser tout le déséquilibre sur la rotation du corps

NB : * À noter que les mouvements avant (où on tourne le dos), même s'ils sont le plus souvent effectués en plaçant les appuis devant ceux d'Uke, peuvent se faire en plaçant les appuis derrières ceux d'Uke

Entrées en déplacement horizontale (latéral) (Yoko Tsugi-Ashi) :
Dans tous ces placements on accentuera le déséquilibre par une forte rotation.

- Manche dans le sens du déplacement :
En déplacement côté manche (hikite) en garde classique, effectuer un pas plus grand de placement en vrillant la cheville de 90° en externe, les orteils directement tournés vers la chute puis Mae-Sabaki de 180° du côté de la manche.

Migi-Mae-Sabaki à 180°
Hidari-Mae-Sabaki à 180°

- Manche dans le sens contraire du déplacement :
En déplacement côté manche (hikite) en garde classique, Mae-Sabaki de 180° du côté revers (Tori laisse passer Uke dans son dos en attaquant à contre sens en forme de technique à un bras comme une forme d'Ippon Seoi Nage ou Soto Makikomi)

Migi-Ushiro-Sabaki à 180°
Hidari-Ushiro-Sabaki à 180°

- Revers dans le sens du déplacement :
En déplacement côté revers (tsurite) en garde classique, effectuer un pas plus grand de placement en vrillant la cheville de 90° en externe, les orteils directement tournés vers la chute puis Mae-Sabaki de 180° du côté manche (Tori attaque en forme de technique à un bras comme une forme d'Ippon Seoi Nage ou Soto Makikomi)

Migi-Mae-Sabaki à 180°
Hidari-Mae-Sabaki à 180°

- Revers dans le sens contraire du déplacement :
En déplacement côté revers (tsurite) en garde classique, Ushiro-Sabaki de 180° du côté du revers

Migi-Ushiro-Sabaki à 180°
Hidari-Ushiro-Sabaki à 180°

Entrée en déplacement en cercle/L'amenée dans le dos :
Le déplacement en spirale :
C'est le déplacement qui consiste à approcher ou rapprocher le partenaire en tournant.

Tori fait pivoter Uke autour d'une jambe d'appui en plaçant sa jambe de pivot et en pivotant du même côté.
Tori lance ensuite une technique dans le sens opposé au déplacement.
- Déplacement du pied côté manche vers l'extérieur pour permettre la traction du pied côté revers (pivot sur le pied d'Uke côté manche) en tirant le revers. (déplacement du Nage no Kata dans Uchi-mata dit côté revers)

À partir de ce déplacement Tori se retrouve avec une jambe devant et une jambe derrière avec un kumikata installé (manche et revers). La jambe devant peut permettre d'effectuer un Mae Mawari en position éloignée et la jambe derrière peut permettre d'effectuer un Ushiro Mawari en position proche.
Il est également possible d'utiliser le sens du déplacement en effectuant un blocage tel que Sasae Tsuri komi Ashi ou un balayage tel Okuri Ashi Harai.

- Déplacement du pied côté revers vers l'extérieur pour permettre la poussée du pied côté manche (pivot sur le pied d'Uke côté revers) en poussant le revers. (déplacement inverse du Nage no Kata dit côté manche)


À partir de ce déplacement Tori se retrouve avec une jambe devant et une jambe derrière avec la main du revers posée. Il est préférable dans ce cas lancer une technique en Mae-Sabaki de 270° de l'autre côté. Ko Uchi barai est le seul balayage qui s'attaque en déplacement en cercle en tournant côté manche.
Il est également possible d'utiliser le sens du déplacement en effectuant un blocage tel que Sasae Tsuri komi Ashi ou un balayage tel Okuri Ashi Harai.

L'entrée en déplacement en cercle est plus efficace que le pousser/tirer dans la mesure où tori se place dans le milieu d'un cercle que uke parcours, celui-ci a moins de distance à parcourir et peut donc plus facilement de prendre de vitesse contrairement au pousser/tirer.

Il y a enfin tous les déplacement de base au sol :
la langouste (ebi) :

Elle peut s'effectuer en se déplaçant vers la tête ou en se déplaçant vers les pieds.
En se déplaçant vers la tête :
Se mettre sur le flanc A, placer les mains au sol au-delà de la tête du côté A, bras plier à 90°, coude du bras A appuié au sol, paume vers le sol et prendre appui au sol avec les pieds du côté A, jambes pliées.
Pousser sur les pieds et tirer sur les bras pour déplacer le bassin vers l'arrière et remonter le corps pour progresser vers le tête.
En se déplaçant vers les pieds :
Se mettre sur le flanc A, placer les mains au sol côté A, bras plier à 90°, coude du bras A appuié au sol, paume vers le sol, avec les pieds du côté A, jambes presque tendues.
Tirer sur les pieds et pousser sur les bras pour déplacer le bassin vers les pieds et redescendre le corps pour progresser vers les pieds.

Ce déplacement est surtout utilisé pour effectuer les dégagements.

- à quatre pattes sur les genous et les avant bras (le chiot, la tortue, l'escargot)
- à quatre pattes sur les genous et les mains (le poisson, le lionceau)
- à quatre pattes sur les pieds ventre vers le bas (le lion, l'éléphant)
- à quatre pattes sur les pieds ventre vers le haut (l'araignée)
- assis en avant (la pieuvre avant)
- assis en arrière (la pieuvre arrière)
- sur le dos en cercle ou en arrière (la pieuvre couché)
- en rampant sur le ventre (le serpent)
- en roulade avant (le pangolin avant) (pensez à énoncer qu'il faut faire passer la tête sous les fesses)
- en roulade arrière (le pangolin arrière)(pensez à énoncer qu'il faut faire passer les fesses au dessus de la tête)
- en roulade sur le côté droit (le pangolin à droite) (pensez à énoncer qu'il faut lever le bras gauche)
- en roulade sur le côté gauche (le pangolin à gauche) (pensez à énoncer qu'il faut lever le bras droit)
- à genoux (le singe)
- sur le côté en avant (la langouste en avant)
en position montagne-rivière, jambe dégroupée et bras groupé, pousser sur le coude et tirer par la montagne du côté opposé pour terminé en jambe groupée et bras dégroupé
- sur le côté en arrière (la langouste en arrière)
en position montagne-rivière, jambe groupée et bras dégroupé, tirer sur le coude et pousser par la montagne du côté opposé pour terminé en jambe dégroupée et bras groupé
- en se tortillant sur le dos sans toucher les bras et les jambes par terre
Tout comme la marche debout, il faut non seulement aterner le gauche-droite mais aussi haut-bas :
- le poids en bas permet de déplacer le haut
- le poids en haut permet de déplacer le bas
- pierre, feuille, ciseau, roulade arrière (en boucle)
- feuille et ciseaux en tournant (en boucle)
montagne rivière à droite - feuille - montagne rivière à gauche - montagne rivière à droite, - feuille - etc.
- la serpiere : sur le dos en poussant avec les pieds
Roulade avant
Roulade arrière

... et les plus spécifiques :
- les passages de la posture Shiho Gatame à la posture Gesa Gatame
éducatif : le lion –› l'araignée
- les passages de la posture Gesa Gatame à la posture Shiho Gatame
éducatif : l'araignée –› le lion
- déplassement spécifique des Shiho Gatame
- déplassement spécifique des Gesa Gatame

Le passage Shiho Gatame ‹—› Gesa Gatame :
Shiho Gatame —› Gesa Gatame :
éducatif : le lion –› l'araignée
- a1) Par au-dessus : passer une jambe pliée en arrière en faisant demi-tour (déplacement du "chien qui urine")
Pour les petits : éloigner les deux pieds en s'assayant
- b1) Par en-dessous : passer une jambe pliée devant en la tendant en la passant sous les fesses, en prenant appui sur une main et sur le pied de l'autre jambe pliée (déplacement du "changement d'appuie"), cette technique peut également permettre de passer en position assise (la "pieuvre").
Pour les petits : éloigner les deux pieds en s'assayant en arrière

Le passage Gesa Gatame —› Shiho Gatame :
éducatif : l'araignée –› le lion
- a2) Par au-dessus : passer la jambe pliée par dessus la jambe tendu en faisant demi-tour (déplacement du "chien qui urine" à l'envers)
Pour les petits : idem
- b2) Par en-dessous : passer la jambe tendue sous les fesses en prenant appui sur le pied de la jambe pliée et sur la main opposée (déplacement du "changement d'appuie" à l'envers).
Pour les petits : plier la jambe tendue sous les fesses puis avancer les mains et le corps pour se placer en lion

Shiho Gatame —› Shiho Gatame :
S) déplassement spécifique des Shiho Gatame
C'est le passage de Shiho Gatame en Shiho Gatame.
Il s'effectue toujours dans cette ordre : Kami Shiho Gatame, Yoko Shiho Gatame, Tate Shiho Gatame, Yoko Shiho Gatame quelque soit la position initiale
Gesa Gatame —› Gesa Gatame :
G) déplassement spécifique des Gesa Gatame
Il s'effectue toujours dans cette ordre : Hon Gesa Gatame, Makura Gesa Gatame, Ushiro Gesa Gatame en commençant toujours par Hon Gesa Gatame et en finissant par Ushiro Gesa Gatame
Pédagogie :
L'horloge : il est midi (Hon Gesa Gatame), il est 15h (Makura Gesa Gatame), il est 18h00 (Ushiro Gesa Gatame).
L'histoire : le papa raconte une histoire à son fils (Hon Gesa Gatame) puis le mets dans le lit (Makura Gesa Gatame) et enfin sort de la chambre (Ushiro Gesa Gatame).
Le tour du lac : les enfants font le tour d'un lac (tatami) en posant le coude dans ce lac (tatami) et les chevaux (la jambe pliée) poussent sur la berge.
Ensuite les enfants remplacent le tatami par un enfant.
À chaque fois, Uke lève la tête et écarte les bras pour laisser passer Tori et simplifier le repérage des bras.

L'ajustement de la distance (maaï) :
Trop loin, le déséquilibre est impossible à effectuer et il en résulte une fausse attaque. Trop près, le déséquilibre est sans amplitude et il y a danger de se faire contrer. Pour pouvoir s’attraper et ainsi mieux se contrôler mutuellement il est nécessaire de réduire la distance à moins d'utiliser l’attaque à la volée au moment de la prise de garde. Il est donc important de prendre en considération la distance comme élément technique ou tactique. En fait, l’intervalle à prendre en compte est celui qui sépare les centre de gravité. La distance dépend du kumi-kata et de la position des pieds, déterminée par l’attitude. Ces deux paramètres évoluent rapidement pendant le combat, et particulièrement au moment de l’attaque. À noter que les kumi-katas “musclés” ont une influence négative sur la variation de distance dans la pratique et ne font que diminuer l’incertitude du combat. Mae-mawari s'effectue lorsque l'adversaire est à distance de bras tendu et Ushiro mawari lorque l'adversaire est à distance de bras plié.

La rythme (hyoshi) :
On peut considérer deux sortes de vitesse en fonction de la technique et de l'aversaire :
- La rythme par rapport à sa propre technique et tactique d'attaque :
     - La vitesse :
                     - En dessous d'une vitesse-plancher, elle sera trop décomposée et entraînera des problèmes de contrôle, d’équilibre et de distance et sera trop facilement perceptible par l’adversaire
                     - Au dessus d'une vitesse-plafond, elle sera mal faite, entraînera une saisie mal assurée, un mauvais désquilibre et arrivera à contre-temps.
     - Le rythme :
                     - La phase de déséquillibre doit être est assez rapide pour fixer les appuies d'Uke et empêcher l'esquive.
                     - La phase de préparation doit être particulièrement rapide pour que Tori ne soit pas contré par un blocage.
                     - La phase de l’exécution doit être la vitesse maximale. Tori “explose” d’énergie.
- Le rythme par rapport à la technique et tactique d'attaque de l’adversaire :
Il y a trois rythmes... :
- le rythme dans le déplacement
- le rythme dans la respiration (nogare, inspiration ventrale ; ibuki expirer)
- le rythme des contractions et des relâchements
... et deux cas de figure :
     - Le rythme concordant :
Le deux adversaires ont un rythme qui s’accordent bien, ils se déplacent en harmonie et leurs mouvements se complètent et s’évitent. On peut observer la même chose lorsqu’ils sont immobiles.
Le rythme concordant rend difficile voir impossible la réussite d'une technique ou d'un tactique d'attaque.
     - Le rythme discordant :
L'un des adversaire prend l’ascendant sur l'utre en prenant l’initiative du déplacement et du contrôle et désaccorde le rythme de l'interaction. Il en résulte une domination d'un des combattants sur son adversaire qui devient plus passif et subit le combat.
Le rythme discordant est une des conditions indispensable pour réussir une technique ou une tactique d'attaque.

En fait, le rythme du combat est la composante de chacune des deux rythmes des adversaires.
- Si les partenaires sont de niveau égal, il y a deux solutions :
     - soit leurs rythmes s’opposent et s’annulent et le rythme est concordant.
     - soit chacun impose son rythme à tour de rôle et le rythme est discordant.
- Si les adversaire sont de niveau différents le plus fort impose son rythme et le rythme est discordant.

La perception de l'adversaire :
- zanshin : esprit en éveil du monde environnant
- kufu : esprit en éveil de l'adversaire
- yomi : esprit à l'écoute du corps de l'adversaire
- genshin : esprit à l'écoute des intentions de l'adversaire
- sen no sakki : esprit à l'écoute de l'esprit de l'adversaire

Distance et ryhtme :
Si la distance est bonne et le rythme mauvais alors l’adversaire a le temps de réagir.
Solution : par exemple redoubler l‘attaque ou enchaîner.
Si le rythme est bon et la distance mauvaise alors la technique risque d’être ratée.
Solution : modifier ou changer de techniques.
Pour y arriver, dans les deux cas, il faut une bonne mobilité et une disponibilité permanente.