Kuzushi : la (dé)stabilisation

Les trois phases de la technique permettant une projection :
Le kuzushi (la déstabilisation), le tsukuri (le (dé)placement et la mise en déséquilibre)
, et le kake (l'engrenage) :

"Déséquilibrer c'est manipuler la gravité à son avantage."
Inconnu

Le kuzushi (la déstabilisation) d'Uke permet le tsukuri (le (dé)placement et la mise en déséquilibre) de Tori amenant le kake (l'engrenage).

Toutes les techniques de jùdô peuvent s'effectuer à droite ou à gauche.

La conduite est à l'origine du déplacement du véhicule. Cependant, la conduite et le déplacement du véhicule ne font qu'un. De même, le (dé)placement de Tori est à l'origine de la mise en déséquilibre du corps d'Uke. Cependant, le (dé)placement de Tori et la mise en déséquilibre du corps d'Uke ne font qu'un. Ces deux processus sont donc simultanés.
Deux écueils sont donc à éviter :
- déséquilibrer avant de se placer :
         - sur les mouvements avant cela provoque la fixation des appuis de son propre corps rendant impossible le déplacement
         - sur les mouvements arrière cela provoque le déséquilibre de son propre corps rendant impossible tout contrôle
- se placer avant de déséquilibrer
         - sur les mouvements avant et arrière cela provoque l'extention des bras rendant impossible la poussée ou la traction

Toutes les techniques s'effectuent en deux pas :
En Tachi-Waza :
- le premier où le plus gros du déséquilibre (tration/poussée) est effectué
- le deuxième où le déséquilibre (tration/poussée) s'achève et où le corps se place
En Sutemi-Waza :
- le premier où le déséquilibre (tration/poussée) débute et où le corps se place
- le deuxième où le plus gros du déséquilibre (tration/poussée) est effectué

Le déséquilibre :
Déséquilibrer c'est décaler le centre de gravité hors de la base de sustentation.
Plus la base de sustentation d'uke est faible par rapport à sa hauteur et plus le déséquilibre est facile.
On ne soulève jamais le partenaire/adversaire en techniques basées sur le jùdô, on le soutient.

Il y a deux dimensions de l'équilibre :
- la verticale (écartement des pieds : avant-arrière)
- l'horizontale (écartement des pieds : gauche-droite)
La dimension horizontale, à savoir, l'écartement des pieds : gauche-droite, doit être plus marqué pour pallier le point faible du pied (voir ci-dessous).

Le déséquilibre est fonction de l'écart avant ou arrière entre les épaules, le bassin et les genoux et la verticale passant par les pieds et pondéré par le poids et la tonicité de chaque partie du corps.
Si a+b+c=0 alors il y a équilibre
Si a+b+c0 alors il y a déséquilibre avant
Si a+b+c0 alors il y a déséquilibre arrière.
L'exemple 1 est typique des techniques de projection avant.
L'exemple 2 est typique du déséquilibre arrière.

 

Il y a deux dimensions du déséquilibre du pied :
- la verticale large : orteils‹—› talon
Le pied est plus long en avant qu'en arrière de la cheville (67% du poids du corps : 27% sur les orteils et les bords et 40% sur la plante des pieds).
Le pied est plus court en arrière qu'en avant de la cheville (33% du poids du corps s'appuie sur les talons).
- l'horizontale étroite : intéreur ‹—› extérieur
Le pied est plus long que large.
Le pied est moins large que long.

Le pied attaqué est toujurs le pied avant (l'autre étant inaccessible)
talon —› orteils : Le déséquilibre est difficile car le pied est plus long en avant qu'en arrière de la cheville.
orteils —› talon : Le déséquilibre est difficile car l'autre pied est là pour palier.
extérieur —› intéreur : Le déséquilibre est difficile car l'autre pied est là pour palier.
intéreur —› extérieur : Le déséquilibre est facile car le pied est moins large que long.

Le point faible du pied est le côté extérieur.

Il y a deux dimensions du déséquilibre :
- verticale : avant ‹—› arrière
- horizontale : gauche ‹—› droite

 
noms
Position des pieds
Déséquilibre
Dimensions
Table à 4 pieds
1
musubi-dachi
Déséquilibre possible dans tous les sens. la verticale
l'horizontale
2
shizentai ou jigotai
Déséquilibre possible en avant ou en arière. la verticale
l'horizontale
3
migi-shizentai ou migi-jigotai
Déséquilibre possible en diagonale avant gauche ou arrière droit. la verticale
4
hidari-shizentai ou hidari-jigotai
Déséquilibre possible en diagonale avant droit ou arrière gauche. la verticale

Dans tous les cas, imaginez que vous avez affaire à une table à quatre pieds. Le déséquilibre peut se faire seulement aux endroits où il manque un pied.

Les positions migi-shizentai et hidari-shizentai, pied avancé sous le genou, sont préférables dans un combat.

Déséquilibre :
- avant gauche
—› Ashi Uchi Mata à droite
—› Harai Goshi à gauche
- arrière droit
—› O Soto Gari à droite
—› Ko Uchi Gari à droite
- gauche (selon l'écart horizontal)
- droit (selon l'écart horizontal)
exemple :
               Harai Goshi à droite
               sur le côté droite
Déséquilibre :
- avant droit :
—› Ashi Uchi Mata à gauche
—› Harai Goshi à droite
- arrière gauche
—› O Soto Gari à gauche
—› Ko Uchi Gari à gauche
- gauche (selon l'écart horizontal)
- droit (selon l'écart horizontal)
exemple :
               Harai Goshi à gauche
               sur le côté gauche

Il existe 8 formes de base du Kuzushi (déstabilisation) :

Happo-no-kuzushi : les 8 directions de la déstabilisation.
1-
avant (man mae) : poids porté sur les orteils des deux pieds (position Shizentai)
—› Hikite 50% + Tsurite 50%
2- avant droit (migi mae sumi) : poids porté sur les orteils du pied droit (position Hidari Shizentai)
—› Hikite 75% + Tsurite 25%
3- latéral droit (migi yoko) : poids amené sur l'extérieur du pied droit (position Shizentai)
—› Hikite 100% + Tsurite 00%
4- arrière droit (migi ato sumi) : poids amené sur le talon droit (position Migi Shizentai)
—› Hikite 25% + Tsurite 75%
5- arrière (ma ushiro) : poids amené sur les deux talons (position Shizentai)
—› Hikite 00% + Tsurite 100%
6- arrière gauche (hidari ato sumi) : poids amené sur la talon gauche (position Hidari Shizentai)
—› Hikite 00% + Tsurite 75%
7- latéral gauche (hidari yoko) : poids amené sur l'extérieur du pied gauche (position Shizentai)
—› Hikite 00% + Tsurite 50%
8- avant gauche (hidari mae sumi) : poids sur les orteils du pied gauche (position Migi Shizentai)
—› Hikite 00% + Tsurite 100%

En positions migi-shizentai ou hidari-shizentai, pour déséqulibrer il faut soit :
- utiliser le Happo-no-kuzushi (très facile)
- décaler le centre de gravité sur le coté extérieur du pied avancé (facile)
- décaler le centre de gravité au-delà du pied avancé (difficile)
- décaler le centre de gravité au-delà du pied reculé (difficile)

Le jd debout se pratique sur quatre appuis (les deux pieds et les deux mains saisissant le jùdôgi adverse).

Il y a deux dimensions de la projection :
- la verticale (la traction et/ou la poussée essentiellement effectuée par le tsurite)
- l'horizontale (la rotation essentiellement effectué par l'hikité)

Le traction précède toujours la rotation.
La traction des techniques avant est systématique.
La rotation se termine uniquement par la manche.

Le jeu du combat iceberg/rail est un bon jeu pour apprendre ces deux dimensions.

Le déséquilibre dépend de :
- la posture d'uke : hauteur, placement des ceintures scapulaires et pelviennes, largeur de la base de sustentation
- niveau de la saisie : verticale et horizontale visant la rotation, la traction, la poussée ou le "pêchage" (tsurikomi : tirer et soulever simultanément)
- l'amplitude du déplacement avant, arrière ou latérale (Tai-no-shintai)
- l'amplitude de la traction et/ou la poussée par la saisie du revers : tsurite (avant, arrière ou latérale)
- le placement du corps par rapport au centre de gravité
- l'amplitude de la rotation (mawari verticale ou horizontale) de tout le corps par la traction de la manche : hikite (Tai-kai-ten)
- du placement des poids de corps de tori et d'uke

L'erreur fondamentale est de lever le coude du tsurite et de baisser l'hikite lors du kuzushi.
Il faut au contraire baisser le coude du tsurite et lever le coude de l'hikite (c'est à dire "ouvrir" voir ci-dessous) lors du kuzushi.
Comparer tsurite à un gifle portée sur la joue est un bon moyen de palier cette erreur.
Expliquer également que la rotation finale est uniquement dûe à la manche.

La rotation s'effectue toujours en ouvrant du côté de la manche sauf dans deux cas :
- O Uchi Gari où le déséquilibre s'effectue du côté du revers.
- Okuri Ashi Harai et Yoko Gake où le déséquilibre s'effectue en fermant du côté de la manche.

La rotation dépend de l'orientation des épaules, du bassin, des genoux et des pieds.

- Le déplacement est nécessaire pour esquiver les bascules de complément, éviter les fixations de ses appuis par le poids du corps, se placer et permettre la dynamique et l'amplitude nécessaire au déplacement de l'autre.

La traction de la manche (hikite : souvent appelé la traction de grande amplitude) représente 75% du déséquilibre sur les mouvements avants.
La poussée du revers (tsurite : souvent appelé la poussée de petit amplitude) représente 25% du déséquilibre sur les mouvements avants.

La traction de la manche (hikite : souvent appelé la traction de grande amplitude) représente 25% du déséquilibre sur les mouvements arrières.
La poussée du revers (tsurite : souvent appelé la poussée de petit amplitude) représente 75% du déséquilibre sur les mouvements arrières.

La traction de la manche (hikite : souvent appelé la traction de grande amplitude) est toujours plus importante en début de mouvement.
La poussée du revers (tsurite : souvent appelé la poussée de petit amplitude) est toujours plus importante en fin de mouvement.

La traction de la manche (hikite : souvent appelé la traction de grande amplitude) est toujours dirigée vers le ciel
La poussée du revers (tsurite : souvent appelé la poussée de petit amplitude) est toujours dirigée vers la terre

Plus le mouvement est vertical et plus la traction de la manche (hikite : souvent appelé la traction de grande amplitude) est importante.
Plus le mouvement est horizontal et plus la traction du revers (tsurite : souvent appelé la traction de petit amplitude) est importante.

Une douleur à l'épaule ou un déséquilibre contraire au sens de la technique peut subvenir lors de la réalisation d'une technique avant. Ces problèmes sont dûs au fait que l'épaule dépasse la main qui pousse le revers à cause d'une trop faible traction de la manche.

La traction du revers représente essentiellement "la barre de direction" de la technique. Elle initie et termine le mouvement.

la traction
la rotation

La traction en hikite doit s'effectuer coude à la même hauteur que la saisie pour ouvrir l'angle formé entre l'humérus et le buste d'uke et de tori.
C'est ce que certains appelle "ouvrir".

Si l'ouverture est bien effectué Uke est en position "avion qui décole" sinon Uke est en position "avion qui s'écrase"
En fait, l'ouverture du bras empêche à l'adversaire de contrebalancer son bassin dans le sens opposé au déséquilibre.

NB : Les mouvements avant (où on tourne le dos), même s'ils sont le plus souvent effectués en plaçant les appuis devant ceux d'Uke, peuvent se faire en plaçant les appuis derrières ceux d'Uke

On notera que ces principes sont également vérifiables au sol.
Pour pallier ces déséquilibres au sol voici la bonne position à adopter.

Position à genous la plus stable :
Kyoshi
Le pied B orteil crocheté est placé à 45° à l'intérieur des jambes, genou B au sol, la main A posé (pour se stabiliser) doigts serrés sur le genou A plié à 90°. Le talon de la jambe A doit-être placé juste au-dessous du genou A.

- Shintai : Manière de mouvoir le centre de gravité du corps par déplacement des pieds.
- Shishi-undo : Mouvement (undo) des membres (shishi)
      - Ashi-sabaki : Mouvement des pieds
      - Te-sabaki : Mouvemnt des mains
- Tai-sabaki : Mouvement du corps
- Koshi-sabaki : Mouvement des hanches
- Shitai-undo : Mouvement (undo) à la fois du corps (tai) et des membres (shi)

Le déséquilibre s"effectue sans culbute

Le déséquilibre s'effectue avec une culbute.
Le placement du point fixe : doit être le plus bas  possible
Le haut de la vague          : doit être le plus haut possible pour permettre la culbute.

Les mouvements arrières
(principe du levier interrésistant)

Les mouvements avants
(en culbute en vague (nami), principe du levier interappui)

Comme me l'a brillament fait remarqué une de mes meilleures élèves, la culbute ne s'effectue pas nécessairement verticalement mais aussi horizontalement et souvent en combinant les deux dimensions.

Merci Juliette (mars 2006)

Déséquilibrer c'est décaler le centre de gravité hors de la base de sustentation en déportant le haut du corps et/ou en fixant, bloquant, balayant, fauchant, les pieds.

Lors de l'exécution d'un Tachi-Waza, il faut donc garder le haut du corps au-dessus des pieds pour rester en équilibre.
D'où l'importance de la simultanéité du placement de qualité des pieds (Tsukuri) de Tori et du déséquilibre (Kuzushi) de Uke précédant l'engrenage (Kake).

Les fixation-blocages et balayages-fauchages-crochetages :
Les bascules de jambe avant-arrière sont le plus souvent appelées des fauchages (O Soto Gari, O Uchi Gari)
Les bascules de jambe gauche-droite sont le plus souvent appelées des balayages en percution avec le pied (De Ashi Harai, Okuri Ashi Harai, Harai Tsuri Komi Ashi, Ko Uchi Barai) et crochetage sans percusion et s'enroulant autour de la jambe (Ko Soto Gake).

Une fixation-blocage est une traction ou une poussée effectué au dessus d'un point fixe.

Un balayage-fauchage-crochetage est une poussée exercé sur le bas du corps et une traction exercé sur le haut du corps.
ou
C'est le haut du corps qui part vers la chute et le bas du corps qui s'arrête. C'est le bas du corps qui part vers la chute et le haut du corps qui s'arrête.
O Soto Otoshi O Soto Gari
Sasae Tsurikomi Ashi Okuri Ashi Harai / Harai Tsurikomi Ashi
Ashi Guruma / Tai Otoshi Harai Goshi
Ko Uchi Makikomi Ko Uchi Gari

Les fixation-blocages (Otoshi/Sasae/Guruma/Goshi) : traction/poussée (100%) et bascule de complément (0%)
Traction/poussée (100%) et bascule de complément (0%)
Il n'y a pas de bascule de complément mais seulement un point fixe au dessus duquel est transferé le poids (principe du "croche-patte")
La différence entre Otoshi/Sasae/Guruma/Goshi réside dans le niveau de la fixation-blocage (pied/au-dessus du pied/hanche)

Otoshi (fixation d'un appui)
Sasae (blocage d'un appui)
Guruma (enroulement autour d'un membre fixe)
Makikomi (enroulement en contact)
Nage (projeter par dessus la tête)
Kata (épaule)
Te (bras)
Ashi (jambe)
Goshi (hanche)
Uki Otoshi Kata Guruma Te guruma Hiza Guruma O Goshi Soto MakiKomi Ippon Seoi Nage
O Soto Otoshi       Ashi Guruma Uki Goshi Hane Makikomi Morote Seoi Nage
Tai Otoshi       O Soto Guruma Utsuri Goshi Uchi MakiKomi Eri Seoi Nage
Seoi Otoshi       O Guruma TsuriKomi Goshi Uchi Mata Makikomi  
Eri Seoi Otoshi         Ushiro Goshi Ko Uchi Makikomi  
Sumi Otoshi           O Uchi Makikomi  

À noter que Kata Guruma est un Guruma c'est à dire une fixation-blocages et non un balayage-fauchage-crochetage. En effet, c'est la traction de la manche (Hikite) qui créé le déséquilibre pour permettre un enroulement autour des épaules.

Le principe de Guruma (enroulement autour d'un membre fixe) est de grande amplitude (produite par l'Hikite) et n'est possible que par l'éloignement d'Uke.
Le principe de TsuriKomi (pêcher) est de faible amplitude (produite par le Tsurite) et n'est possible que par la proximité de Uke.

Soulever : (Barai/Gari/Gake) :
La bascule de complément s'effectue dans le sens opposé à la chute d'Uke.
Barai :  traction/poussée (70%) et bascule de complément (30%), poids du corps en début ou fin de transfert sur l'appui : balayer
Balayer dans ce cas se rapproche du mot "accompangner".
Merci Paul (Juin 2010)
Gari :   traction/poussée (50%) et bascule de complément (50%), poids du corps en millieu de transfert sur l'appui : faucher
Gake : traction/poussée (30%) et bascule de complément (70%), poids du corps sur l'appui : crocheter

KO : la petite cuillère
  O  : la grande cuillère

Les mouvements avants :

Traction du haut : 70%
Hikite
Tsurite
75%
25%
Bascule du bas : 30%

Dans les mouvements avants, hikite représente donc à lui seul plus de 50% de l'énergie de déséquilibre.
Les adversaires ayant une même préférence de latéralité tourne dans le même.
Les adversaires ayant une différente préférence de latéralité tourne dans le sens inverse.
Les droitiers tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.
Les gauchers tournent dans le sens des aiguilles d'une montre.
Le combat consiste donc soit à :
- devenir le centre de rotation (le petit rond) et mettre en mouvement l'autre autour de soit (le grand rond)
—› dans le cas d'une même préférence de latéralité
- amener l'adversaire à tourner dans son sens
—› dans le cas d'une préférence inverse de latéralité

Les mouvements arrières :

Poussée du haut : 70%
Hikite
Tsurite
25%
75%
Bascule du bas : 30%

Dans les mouvements arrières, tsurite représente donc à lui seul plus de 50% de l'énergie de déséquilibre.

Le déséquilibre s'effectue donc essentiellement par une poussée ou une traction de tori de la ceinture scapulaire d'uke. Concrètement, il s'agit de placer la ceinture scapulaire d'uke hors de la base de sustentation que l'on peut repérer par la position des pieds, les hanches, la ceinture pelvienne ou du ventre. Pour cela (du moins en tachi-waza) il faut que tori ait sa propre colonne vertébrale (rachis) légèrement courbée vers l'avant et qu'il courbe légèrement la colonne vertébrale (rachis) d'uke vers le sens de la chute. Le déséquilibre peut être amplifié dans une moindre mesure par une bascule de complément du bas du corps. Une traction s'effectue toujours bras tendus et donc de loin. Une poussée s'effectue toujours bras pliés et donc de près.

Le déséquilibre avant est plus difficile à effectuer que le déséquilibre arrière à cause des pieds qui s'étendent beaucoup plus à l'avant qu'à l'arrière. Inversement il est plus facile de faire face à un déséquilibre avant qu'à un déséquilibre arrière.

Rachis normal
Rachis d'uke sur une technique arrière
Rachis d'uke sur une technique avant
Rachis de tori sur tous les tachi-waza

 

Tirer (kukin)
Pousser (shinkin)
Bras tendu (loigné)
Bras plié proche)
Bras plié (proche)
Bras tendu (éloigné)

- Uke essaie souvent de replacer son centre de gravité sous ces jambes en contre-balançant sa ceinture pelvienne dans le sens inverse pour faire contre poids. C'est une grave erreur. En adoptant cette posture, uke renforce l'inclinaison de son corps et donc son déséquilibre; de plus, sur une technique avant il permet à tori de rattaquer sur l'arrière.
- Uke doit plutôt replacer ces appuis (sa base de sustentation) sous le centre de gravité.
Dans les mouvements avant, le point de bascule doit se placer en-dessous du centre de gravité grâce à une traction verticale et/ou un bon placement de tori.
Les techniques s'effectuent soit de face soit en tournant le dos.

Technique avant
Technique arrière
de face
en tournant le dos

Les techniques en tournant le dos commence par une traction et se termine en poussée.
L'erreur du débutant est d'oublier la traction de départ.

Poids du corps sur une technique à droite :

Poids
Pied droit
Pied gauche
Pied droit
Pied gauche
Pied droit
Mae mawari
X
X
X
-
-
Ushiro mawari
-
X
X
-
-
Tsugi ashi
-
X
X
X
X

Sur le déplacement du poids du corps, remarques peuvent être faites :
- on peut se déplacer soit :
         - en traction de l'appui fixe
         - en poussée de l'appui fixe
En situation d'équilibre, le poids du corps s'exerce toujours sur l'appui fixe

Kake :
C'est l'engrenage. Le poids du corps doit être positionné dans le sens de la rotation. Pédagogiquement, on peut expliquer que le pied doit être lourd. Si Uke se solidarise à Uke en l'agrippant, Tori est obligé pour déséquilibrer Uke de se mettre lui-même en déséquilibre et effectuer un makikomi. Lors de cette dernière phase, le poids du corps doit être placé sur la bascule de complément par une poussée sur l'appui fixe.

Le sol :

Il faut transformer une poussée vers le haut en poussée vers le bas
- sur les deux coudes en poussant sur les orteils dans les shiho gatame permettant un écrassement du buste avant de l'adversaire par placage de son propre buste avant. - sur un coude en poussant sur le pieds de la jambe arrière dans les gesa gatame permettant un écrassement du buste avant de l'adversaire par placage des côtes de son propre buste.