Kuatsu : les premiers secours

I. : le sauvetage
1. Analyser
Dangers :
     - électrique
     - mécanique
     - thermique
     - toxique
2. Protéger
     - supprimer le danger
     - écarter le danger
     - s'éloigner du danger

II. : le secourisme
1. l'examiner : retourner sur le dos
     - l'écoulement du sang
     - l'obstruction des voix respiratoires
     - l'état de conscience
     - la respiration
2. Alerter
3. Se protéger
4. Agir
     - placer en position conformatable, rassurer
     - placer en position latérale de sécurité
     - arrêter le saignement : compresser
     - désobstruer les voix respiratoires : taper dans le dos, presser le plexus solaire
     - redonner la respiration :
          - + de 8 ans : (30 compressions torassiques + 2 insufflations) en boucle
          - 8 ans et moins : 05 insufflations + 30 compressions torassiques puis (30 compressions torassiques + 2 insufflations) en boucle
III. Signalement

Astuce martiale pour porter secours à judoka victime d'une technique trop appuyée : Kuatsu en budo

HISTORIQUE
Les Kuatsu sont des techniques ancestrales de thérapie manuelle. Nées en Asie, ces techniques sont étroitement liées aux arts de la guerre et par conséquent elles ont longtemps été gardées secrètes. Il est donc difficile d'en connaître précisément les origines. En codifiant le Judo, Jigoro Kano y a inclus l'enseignement des Kuatsu. Ces techniques, actuellement enseignées dans le Judo moderne du KODOKAN, restent peu connues en France. Ces techniques pourtant éprouvées depuis des siècles en Asie ont reçu un accueil très réservé de la part des médecins et secouristes occidentaux. De ce fait elles restent encore très méconnues des pratiquants d'Arts Martiaux.


RESPONSABILITES
Un Kuatsu peut être considérée par la Justice comme exercice illégale de la Médecine. Bien que nécessitant un apprentissage rigoureux et un entraînement spécifique, les Kuatsu sont relativement simples et ne nécessitent pas d'appareillage. Après une syncope, les chances de réanimation passent de 90% si le délai est d'une minute, à 2% si le délai est de cinq minutes. L'utilisation d'un Kuatsu s'avère être une alternative de choix, compte tenu du fait que les secours (pompiers, services ambulanciers…) arrivent en général sur les lieux dans un délai supérieur à dix minutes. Devant un cas d'urgence, il appartient donc à chacun de prendre ses responsabilités et de choisir d'appliquer ou de ne pas appliquer une de ces techniques.


Epitaxis, saignement de nez :

- Une main masse ou tempon en shuto la 1re et 2e vertèbres cervicales (Atlas et Axis) (creux à la base du crâne) pendant que l'autre soutient la tête sous le menton.
- masssage vibratoir de la fosse temporal (entre coin de l'oil et l'oreil)
- garrot aux doigts
- pince les deux narines l'une contre l'autre

Accélérateur cardiaque (pression artériel, stimulateur général) système orthosympatique :
- Uke assis, Tori se placle de trois quart arrière avec une main retenant le buste placé en avant et l'autre percutant le talon de la main la 7e vertèbre cervivale (vertèbre saillante sur dos courbé) en remontant

Relaxation générale système parasympatique :
- Uke à plat ventre, Tori percute le talon de la main de la 5e vertèbre dorsal (dit aussi 5e thoracique) en remontant au niveau du plis des aisselles

Coup reçu au de foie, rate, estomac, plexus solaire, pancréas
- Uke à plat ventre, Tori percute le talon de la main de la 7e vertèbre dorsale (dit aussi 7e thoracique) en remontant au niveau de la base des omoplates (attention, risque d'envie d'aller au toillettes ensuite)

Stimulation générale (adrénaline, glande surrénales)
- Uke à plat ventre, Tori percute le talon de la main de la 1re vertèbre lombaire (au niveau de la taille) en remontant

Douleur au testicules :
- 3e vertèbre lombaire (percution avec dessous de l'orteil comme pour replacer les tatamis, Uke asssis)
- Shuto sous le pied au niveau du milieu jambe tendu
- massage au niveau de l'aine vers les testicules

Les étranglements :
Etranglement Uke sur le dos :
- Comme un massage cardiaque au niveau de la 5e vertèbre dorsale (dit aussi 5e thoracique) X 3 doit tourné vers la tête
- Comme un massage cardiaque au niveau de la 1re vertèbre lombert X 3 doigts tourné vers le côté et qui tourne vers la tête et appui
Etranglement Uke sur le dos :
- Comme un massage cardiaque au niveau du nombrile en remontant vers le diafragme et le coeur

Diafragme bloqué :
- Uke assis, main sur le côté des cuisses. Tori est debout penché en avant et bloque avec le genou comme au Goshin Jutsu. Tori passe ses mains au niveau des pactoreaux et va masser Uke dans mouvement très ample d'avant-arrière en insistance deux fois en avant à chaque fois et en respectant son rythme cardio-respiratoir. Tori demande à Uke d'inspirer lorsque son corps est penché en arrière et d'expirer lorsque son corps est penché en avant.

1/ Les modes préparatoies
L'abord latéral du sujet
Les deux mains du sujet sont réunies à la ceinture, l'une sur l'autre. Une des mains contrôle celles du sujet tandis que l'autre se place derrière la tête.
2/ Retournement sur le dos
L'une des mains est à la hanche, l'autre est à l'épaule pour le retournement du sujet. C'est un passage de décubitus ventral en décubitus dorsal.
3/ Passage en position assise
Certaines techniques nécessitent que le sujet soit en position assise (ZAREI). Les deux mains viennent maintenir le cou et soulèvent le sujet. Un genou se lève pour maintenir le dos.
4/ Phase N°2
Le sujet est maintenu assis. Il est en position adéquate pour recevoir un TSUKI-KUATSU.
LES PERCUSSIONS REFLEXOGENES (TSUKI-KUATSU)
Pression dorsale : TE-KUATSU
C'est une technique préparatoire de décontraction. Cette technique est utilisée dans le cas d'un sujet contracté avec (ou sans) sauts convulsifs. Le sujet est en décubitus ventral, on exerce entre ses omoplates une seule pression lente et puissante.
Percussion dorsale : SEOIE-KUATSU
Cette technique s'effectue sur la zone médio-thoracique. C'est la technique de choix des judokas pour la réanimation d'un sujet en syncope après un étranglement (syncope légère, états sub-syncopaux). La manœuvre consiste en une ou plusieurs percussions réflexogènes (2 à 5 coups en 10 secondes).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (première forme) Le sujet est sur le ventre (décubitus ventral). La technique consiste en une percussion en rebond avec la main ouverte (Le plat de la main frappe).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (deuxième forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion en rebond avec le poing fermé (le dessus du poing frappe).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (troisième forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion en rebond avec le main ouverte (le plat de la main frappe).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (quatrième forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion en rebond avec le genou.
Percussion lombaire : URA-KUATSU
O-KUATSU : zone thoraso-lombaire. La technique O-KUATSU est recommandée spécifiquement pour les cas d'hydrocution, noyade ou " syncope blanche "
Percussion lombaire : URA-KUATSU
JINKO-KUATSU : zone médio-lombaire. La technique JINKO-KUATSU est conseillée pour les cas de commotions nerveuses.
URA-KUATSU (première forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion avec le bol du pied.
URA-KUATSU (deuxième forme) Cette technique est réservée aux seuls cas graves. On lui préférera, dans les autres cas, la première forme. Elle consiste en une seule percussion avec le genou sur un sujet décollé du sol
Percussion épigastrique : KAMI-KUATSU
Cette technique consiste en une percussion s'effectuant en glissant le long de la ligne médiane abdominale. Il est important pour réussir cette technique qu'un vêtement ne vienne pas gêner le mouvement. Dans le cas d'une syncope faire 3 ou 4 percussions énergiques. Dans le cas d'un dégagement des voies respiratoires (obstruction par un corps étranger) faire 1 percussion vigoureuse (réitérable).
La zone épigastrique (médiane abdominale)
Le sujet est allongé (décubitus dorsal). On se positionne le genou du côté de la tête levé tandis que l'autre reste au sol. Avant la percussion, la paume de la main glisse le long de la médiane abdominale en exerçant une pression croissante.
LES TECHNIQUES RESPIRATOIRES (HAÏ-KUATSU)
Bouche à bouche : AÏKI-KUATSU

C'est la technique utilisée par les pompiers et secouristes dans le cas d'un sujet qui ne ventile plus. Une main pince le nez tandis que l'autre maintient le menton du sujet sans s'appuyer sur sa poitrine. Faire 5 insufflations (fermes et progressives de 2 secondes chacune), contrôler si le sujet ventile, sinon refaire la manœuvre.
LES TECHNIQUES RESPIRATOIRES (HAÏ-KUATSU)
Refoulement abdominal : SASOÏ-KUATSU
Cette technique s'applique sur la zone abdominale. Elle consiste en une percussion ferme de la fourche de la main. Si l'on répète cette manœuvre, on la synchronisera à sa propre respiration (10 à 12 respirations par minute).
LES TECHNIQUES RESPIRATOIRES (HAÏ-KUATSU)
SASOÏ-KUATSU : zone abdominale

 

https://selfdefense59.jimdo.com/medecine-secourisme/kuatsu/

Le Seifuku : remise en place des articulations :
Cette pratique est désormais interdite en raison :
- d'une possible mauvaise manipulation
- d'un déplacement articulaire doublé d'une lésions impossible à déceler avant mais qui risque d'agraver l'état de la victime en cas de manipulation

https://www.youtube.com/watch?v=T0qYRaUyW1k

Syndactylie : technique consistant à relier deux doigts ou deux orteils à l'aide de bande adhésive élastique, afin de permettre la consolidation d'une fracture ou la récupération lors de luxations ou entorses, tout en maintenant une mobilité afin d'éviter un enraidissement séquellaire des articulations. Cette technique peut aussi être utilisée préventivement.

Comment remettre une épaule démise

Une articulation luxée est une blessure douloureuse qui entraine un handicap immédiat à court terme, particulièrement lorsqu'il s'agit de l'épaule : il est impossible de bouger l'articulation tant qu'elle n'est pas remise. L'épaule est particulièrement vulnérable à ce genre de blessure, car il s'agit de l'articulation du corps la plus mobile. De plus, les gens ont tendance à tomber en tendant le bras, plaçant ainsi l'articulation dans une position pénible [1]. Il est préférable de faire remettre son épaule blessée par un professionnel de la santé, bien qu'il existe des circonstances spéciales (d'urgence) dans lesquelles vous pourriez envisager de le faire vous-même. Si l'épaule blessée n'est pas remise dans un court délai, il faudra peut-être recourir à une intervention chirurgicale en vue de la soigner correctement.

S'occuper d'une épaule démise

1
Soyez capable de reconnaitre les symptômes. Cette blessure survient généralement lorsqu'on tombe sur un bras tendu ou lorsque l'on reçoit un choc venant de l'arrière sur l'épaule. Elle entraine une douleur vive et importante, précédée d'un bruit ou d'une sensation de claquage. La déformation de l'épaule devrait être visible et par ailleurs, un gonflement et des contusions apparaitront rapidement. Il ne vous sera pas possible de bouger l'épaule tant qu'elle ne sera pas remise.
L'épaule démise est plus basse que l'épaule en bonne santé et on peut généralement observer une dépression ou une cavité sur le muscle latéral (deltoïde) de l'épaule.
L'épaule démise est susceptible d'entrainer un engourdissement, ainsi que des picotements/une sensation de faiblesse dans le bras et dans la main. Si les vaisseaux sanguins sont touchés, l'avant-bras et la main du côté affecté seront froids, avec une couleur bleutée.
Environ 25 % des luxations de l'épaule qui surviennent pour la première fois impliquent la présence d'une fracture dans le haut du bras (l'humérus) ou dans la ceinture scapulaire.

2
Immobilisez votre bras. Pendant que vous patientez pour obtenir des soins, il est primordial que vous ne bougiez pas votre épaule, car cela risque d'aggraver la blessure. Vous pourriez aussi avoir une fracture osseuse, un nerf abimé ou une veine déchirée et tout mouvement est susceptible d'avoir des conséquences tragiques. Pliez le coude, enveloppez votre avant-bras contre votre ventre et maintenez cette position grâce à une écharpe.
Si vous n'avez pas d'écharpe sous la main, fabriquez-en une à partir d'une taie d'oreiller ou d'un vêtement. Placez l'écharpe autour de votre coude/avant-bras et attachez les extrémités autour de votre cou. L'écharpe permet d'immobiliser la blessure et d'éviter son aggravation. Souvent, elle réduit considérablement la douleur.
Environ 95 % des luxations de l'épaule sont dans la direction antérieure, ce qui signifie que l'os du haut du bras (l'humérus) est poussé hors de son orbite.

3
Appliquez de la glace sur votre épaule. Il est important d'appliquer rapidement de la glace ou quelque chose de froid sur l'articulation démise afin de réduire l'inflammation. Cela se traduit généralement par une réduction de la douleur. La glace permet de contracter les vaisseaux sanguins, limitant ainsi la quantité de sang qui arrive sur la blessure, ainsi que l'étendue de l'inflammation. Appliquez de la glace pilée sur l'épaule par sessions de 15-20 minutes (ou jusqu'à ce que vous ressentiez un engourdissement), à peu près toutes les heures.
Enveloppez toujours la glace dans une serviette, un linge ou un sac plastique avant de l'appliquer sur la peau nue. Cela permet d'éviter les engelures et les irritations de la peau.
Si vous n'avez pas accès à de la glace pilée ou à des glaçons, utilisez des légumes congelés provenant du congélateur ou bien une pochette réfrigérante.

4
Prenez des médicaments contre la douleur. Une fois que votre épaule démise est immobilisée et recouverte de glace, envisagez de prendre un antalgique en vente libre afin de combattre un peu plus l'inflammation et la douleur. On dit souvent que la douleur d'une épaule démise est insupportable à cause de tous ces ligaments, tendons et muscles tordus ou étirés, sans oublier les fractures osseuses et les fissures de cartilage potentielles. L'ibuprofène (Advil, Motrin) et le naproxène (Aleve, Naprosyn) sont probablement les meilleurs choix d'antalgiques, car ils ont de fortes propriétés antiinflammatoires. Le paracétamol (Tylénol) pourrait également être utile pour contrôler la douleur.
Dans le cas d'une épaule démise accompagnée d'une hémorragie interne importante (cela se voit avec les contusions), évitez de prendre de l'ibuprofène ou du naproxène, car ces médicaments ont tendance à fluidifier le sang et à réduire sa capacité à coaguler.
Si vous avez des spasmes musculaires autour de l'articulation démise, la prise de relaxants musculaires pourrait être indiquée. Toutefois, vous ne devriez jamais mélanger plusieurs types de médicaments en même temps. Choisissez-en un seul.

Remettre l'épaule en urgence

1
Ne remettez votre épaule vous-même que dans une situation d'urgence. Dans la plupart des cas, il vaut mieux attendre de recevoir une aide médicale professionnelle. C'est l'option la plus sure, toutefois elle n'est pas toujours possible. Si vous êtes isolé, loin de toute possibilité de secours médical (au camping, en sortie d'escalade, à l'étranger), les risques potentiels liés à votre acte de remettre vous-même votre épaule (ou qu'un proche le fasse) pourraient ne pas faire le poids par rapport aux avantages de réduire immédiatement la douleur et de retrouver la mobilité du bras et de l'épaule.
La règle d'or est que si vous pouvez obtenir une assistance médicale dans les 12 heures, vous devriez attendre patiemment et essayer de réduire la gêne grâce à la glace, aux antalgiques et à une écharpe. Si vous ne pouvez pas obtenir d'assistance dans ce délai et que vous avez particulièrement besoin de retrouver la mobilité de votre épaule pour pouvoir vous rendre à l'hôpital, alors vous pourriez envisager de remettre vous-même votre épaule.
Les principales complications reliées à ce geste sont l'aggravation de la déchirure des muscles, ligaments et tendons, l'endommagement des nerfs et vaisseaux sanguins, le déclenchement d'une hémorragie fatale ou d'une douleur tellement forte qu'elle entraine une perte de conscience.

2
Demandez de l'aide dans une situation d'urgence. Si vous êtes obligé d'envisager de vous remettre l'épaule vous-même en urgence, sachez qu'il est quasiment impossible de procéder seul. Si la situation est urgente, demandez à quelqu'un de vous aider ou proposez votre aide à la personne blessée. Les gens seront peut-être réticents à l'idée de vous aider, car ils n'auront pas envie d'aggraver votre douleur ou votre blessure. Essayez de les rassurer et dégagez-les de toute responsabilité en cas de problème.
Si vous êtes la personne qui doit remettre l'épaule de quelqu'un d'autre, assurez-vous que cette personne est bien consentante et informez-la clairement que vous n'avez pas de compétence médicale (si c'est le cas). Vous essayez simplement de porter assistance à une personne en danger et il vous faut éviter d'éventuels problèmes juridiques si cela se passait mal.
Si vous avez un téléphone et que vous pouvez passer un appel, essayez d'appeler les urgences afin d'avoir des conseils et du soutien. Même s'ils ne peuvent pas vous envoyer tout de suite les secours, ils vous donneront probablement des instructions utiles.

3
Allongez-vous sur le dos et dégagez votre bras. La méthode la plus facile pour remettre son épaule lorsqu'on n'est pas professionnel consiste probablement à s'allonger sur le dos, le bras blessé dégagé du corps à un angle de 90°. Demandez ensuite à votre ami ou à la personne qui vous aide de tenir fermement votre main / votre poignet et de tirer lentement (mais fermement) sur votre bras, afin de créer un mouvement de traction. Cette personne devra peut-être placer ses pieds contre votre torse afin de créer un effet de levier supplémentaire. Le fait de tirer le bras avec cet ange permet de faire glisser la tête de l'humérus sous l'os de l'omoplate et de le remettre dans sa cavité assez facilement.
Continuez à tirer le bras vers l'extérieur du corps lentement et sans à-coups, jusqu'à ce que l'articulation de l'épaule se remette.
L'intensité de la douleur diminue de façon significative dès que l'épaule est remise. L'épaule restera toutefois instable, donc vous devriez si possible immobiliser le bras dans une écharpe.

Obtenir des soins médicaux

1
Consultez un médecin dès que possible. Dans le cas d'une épaule démise, il est important de se rendre rapidement chez le docteur (ou chez un professionnel formé), car lorsque les muscles, tendons et ligaments autour de la blessure se resserrent, la tête de l'humérus devient très difficile à remettre sans intervention chirurgicale. La plupart des médecins souhaiteront faire un examen de la blessure aux rayons X avant de tenter quoi que ce soit, au cas où il y aurait une fracture.
Si rien n'est cassé ou tordu, votre médecin réalisera probablement une manœuvre de réduction fermée sur l'articulation de l'épaule. Vous aurez besoin d'un sédatif, d'un puissant relaxant musculaire ou d'une anesthésie générale avant cette manipulation qui entraine une douleur importante.
L'une des méthodes couramment utilisées pour remettre l'articulation de l'épaule est la manœuvre de Hennepin, qui consiste en une rotation externe de l'épaule. Vous êtes allongé sur le dos, le médecin plie votre coude à un angle de 90° et tourne progressivement votre épaule vers l'extérieur (rotation externe). En général, plusieurs petits coups sur l'épaule dans cette position suffisent à remettre l'articulation.
Il existe de nombreuses autres techniques de réduction. L'utilisation de l'une ou l'autre dépend de la préférence des praticiens.

2
Préparez-vous à l'éventualité de subir une chirurgie. Si votre épaule se démet régulièrement (à cause d'une difformité osseuse ou d'une laxité du ligament), si vous avez une fracture ou si un nerf/vaisseau sanguin est déchiré, vous aurez besoin d'une intervention chirurgicale pour réparer les dégâts et réduire l'articulation de l'épaule de façon ouverte. La chirurgie s'impose parfois comme la meilleure option, car elle permet de réparer tous les dommages internes et de stabiliser l'articulation, diminuant ainsi le risque de luxation dans le futur.
Plusieurs types de procédures chirurgicales peuvent être réalisés. La technique utilisée dépend des dégâts et du mode de vie / niveau d'activité physique du patient.
Certaines études suggèrent que la réduction « ouverte » est la meilleure méthode pour soigner les adultes actifs de moins de 30 ans, car cela permet d'éviter les luxations à répétitions et une meilleure qualité de vie dans le futur.

3
Rééduquez votre épaule. Que vous ayez subi une réduction fermée manuelle ou une réduction chirurgicale ouverte, vous devrez suivre une kinésithérapie et renforcer l'articulation de votre épaule. Les kinésithérapeutes, chiropraticiens et/ou médecins du sport pourront vous montrer des étirements spécifiques en vue de retrouver la mobilité totale de votre épaule, ainsi que des exercices permettant de renforcer et de resserrer l'articulation de façon à éviter qu'elle ne se démette à nouveau dans le futur.
Il faut généralement attendre entre 2 et 4 semaines avant de suivre une kinésithérapie. Le port de l'écharpe, l'application de glace et la prise d'antalgiques en vente libre font partie intégrante du processus de guérison.
Il faut entre 3 et 6 mois pour rééduquer et guérir totalement son épaule démise. Cela dépend de la gravité de la blessure et du niveau sportif du patient.


Conseils
Lorsque la douleur et l'inflammation ont diminué après quelques jours, l'application de chaleur humide sur l'épaule pourrait permettre de détendre les muscles douloureux et contractés. Les sachets de tisane que l'on peut mettre au four à microonde peuvent faire l'affaire. Limitez cependant leurs applications à des sessions de 15-20 minutes.
Essayez de remettre votre épaule rapidement après l'accident, car plus le temps passe, plus la manœuvre est difficile.
Une épaule démise est différente d'une luxation acromioclaviculaire. Cette dernière est une entorse du ligament dans l'articulation qui relie la clavicule à la ceinture scapulaire. L'articulation gléno-humérale n'est pas démise.
Lorsque vous vous êtes démis l'épaule une fois, vous devenez plus vulnérable à des luxations ultérieures, particulièrement si vous pratiquez un sport de contact.

Avertissements
Après avoir remis une épaule démise, vous devez toujours contrôler le pouls dans le membre qui se trouve en dessous de la zone blessée. Il doit être similaire à celui de l'autre bras (le bras qui n'est pas affecté). Si le pouls est plus lent ou que vous ne le sentez pas, il s'agit d'une urgence qui nécessite une attention médicale immédiate. La mort des cellules survient très rapidement et vous risquez de perdre votre bras.

https://fr.wikihow.com/remettre-une-épaule-démise

Attention :

Lors d'un combat en compétition basé sur le jùdô, n'indiquez au secouriste que vous avez mal au dos que si vous pensez avoir une blessure grave.

En cas de blessure au dos, les secouristes sont obligés de vous mettre une armature sur tout le corps qui vous empêchera de faire le moindre geste et que vous ne pourrez enlever que sur consigne d'un médecin :

Il en résultera :
- un départ sur civière
- des mesures de votre saturation en oxygène avec si problème la pose d'un masque à oxygène
- un questionnaire sur votre états physique et psychologique
- un questionnaire sur vos antécédent médicaux
- une mesure de votre tension
- une douleur à l'arrière du crâne de plus en plus grande dû à l'armature (durant 4 heures)
- une douleur au lombaire dû à la position allongée des jambes (durant 4 heures)
- un départ dans le camion des pompiers (mal des transports garantis durant 25 minutes)
- une arrivé à l'hôpital sur civière
- une radio du dessus + une radio de côté
- un électrocardiogramme
- d'autres mesures de la saturation en oxygène
- d'autres mesures de la tension
- teste d'urine
Durée de l'opération 7 heures