Kuatsu : les premiers secours

I. : le sauvetage
1. Analyser
Dangers :
     - électrique
     - mécanique
     - thermique
     - toxique
2. Protéger
     - supprimer le danger
     - écarter le danger
     - s'éloigner du danger

II. : le secourisme
1. l'examiner : retourner sur le dos
     - l'écoulement du sang
     - l'obstruction des voix respiratoires
     - l'état de conscience
     - la respiration
2. Alerter
3. Se protéger
4. Agir
     - placer en position conformatable, rassurer
     - placer en position latérale de sécurité
     - arrêter le saignement : compresser
     - désobstruer les voix respiratoires : taper dans le dos, presser le plexus solaire
     - redonner la respiration :
          - + de 8 ans : (30 compressions torassiques + 2 insufflations) en boucle
          - 8 ans et moins : 05 insufflations + 30 compressions torassiques puis (30 compressions torassiques + 2 insufflations) en boucle
III. Signalement

Astuce martiale pour porter secours à judoka victime d'une technique trop appuyée : Kuatsu en budo

HISTORIQUE
Les Kuatsu sont des techniques ancestrales de thérapie manuelle. Nées en Asie, ces techniques sont étroitement liées aux arts de la guerre et par conséquent elles ont longtemps été gardées secrètes. Il est donc difficile d'en connaître précisément les origines. En codifiant le Judo, Jigoro Kano y a inclus l'enseignement des Kuatsu. Ces techniques, actuellement enseignées dans le Judo moderne du KODOKAN, restent peu connues en France. Ces techniques pourtant éprouvées depuis des siècles en Asie ont reçu un accueil très réservé de la part des médecins et secouristes occidentaux. De ce fait elles restent encore très méconnues des pratiquants d'Arts Martiaux.


RESPONSABILITES
Un Kuatsu peut être considérée par la Justice comme exercice illégale de la Médecine. Bien que nécessitant un apprentissage rigoureux et un entraînement spécifique, les Kuatsu sont relativement simples et ne nécessitent pas d'appareillage. Après une syncope, les chances de réanimation passent de 90% si le délai est d'une minute, à 2% si le délai est de cinq minutes. L'utilisation d'un Kuatsu s'avère être une alternative de choix, compte tenu du fait que les secours (pompiers, services ambulanciers…) arrivent en général sur les lieux dans un délai supérieur à dix minutes. Devant un cas d'urgence, il appartient donc à chacun de prendre ses responsabilités et de choisir d'appliquer ou de ne pas appliquer une de ces techniques.


Epitaxis, saignement de nez :

- Une main masse ou tempon en shuto la 1re et 2e vertèbres cervicales (Atlas et Axis) (creux à la base du crâne) pendant que l'autre soutient la tête sous le menton.
- masssage vibratoir de la fosse temporal (entre coin de l'oil et l'oreil)
- garrot aux doigts
- pince les deux narines l'une contre l'autre

Accélérateur cardiaque (pression artériel, stimulateur général) système orthosympatique :
- Uke assis, Tori se placle de trois quart arrière avec une main retenant le buste placé en avant et l'autre percutant le talon de la main la 7e vertèbre cervivale (vertèbre saillante sur dos courbé) en remontant

Relaxation générale système parasympatique :
- Uke à plat ventre, Tori percute le talon de la main de la 5e vertèbre dorsal (dit aussi 5e thoracique) en remontant au niveau du plis des aisselles

Coup reçu au de foie, rate, estomac, plexus solaire, pancréas
- Uke à plat ventre, Tori percute le talon de la main de la 7e vertèbre dorsale (dit aussi 7e thoracique) en remontant au niveau de la base des omoplates (attention, risque d'envie d'aller au toillettes ensuite)

Stimulation générale (adrénaline, glande surrénales)
- Uke à plat ventre, Tori percute le talon de la main de la 1re vertèbre lombaire (au niveau de la taille) en remontant

Douleur au testicules :
- 3e vertèbre lombaire (percution avec dessous de l'orteil comme pour replacer les tatamis, Uke asssis)
- Shuto sous le pied au niveau du milieu jambe tendu
- massage au niveau de l'aine vers les testicules

Les étranglements :
Etranglement Uke sur le dos :
- Comme un massage cardiaque au niveau de la 5e vertèbre dorsale (dit aussi 5e thoracique) X 3 doit tourné vers la tête
- Comme un massage cardiaque au niveau de la 1re vertèbre lombert X 3 doigts tourné vers le côté et qui tourne vers la tête et appui
Etranglement Uke sur le dos :
- Comme un massage cardiaque au niveau du nombrile en remontant vers le diafragme et le coeur

Diafragme bloqué :
- Uke assis, main sur le côté des cuisses. Tori est debout penché en avant et bloque avec le genou comme au Goshin Jutsu. Tori passe ses mains au niveau des pactoreaux et va masser Uke dans mouvement très ample d'avant-arrière en insistance deux fois en avant à chaque fois et en respectant son rythme cardio-respiratoir. Tori demande à Uke d'inspirer lorsque son corps est penché en arrière et d'expirer lorsque son corps est penché en avant.

1/ Les modes préparatoies
L'abord latéral du sujet
Les deux mains du sujet sont réunies à la ceinture, l'une sur l'autre. Une des mains contrôle celles du sujet tandis que l'autre se place derrière la tête.
2/ Retournement sur le dos
L'une des mains est à la hanche, l'autre est à l'épaule pour le retournement du sujet. C'est un passage de décubitus ventral en décubitus dorsal.
3/ Passage en position assise
Certaines techniques nécessitent que le sujet soit en position assise (ZAREI). Les deux mains viennent maintenir le cou et soulèvent le sujet. Un genou se lève pour maintenir le dos.
4/ Phase N°2
Le sujet est maintenu assis. Il est en position adéquate pour recevoir un TSUKI-KUATSU.
LES PERCUSSIONS REFLEXOGENES (TSUKI-KUATSU)
Pression dorsale : TE-KUATSU
C'est une technique préparatoire de décontraction. Cette technique est utilisée dans le cas d'un sujet contracté avec (ou sans) sauts convulsifs. Le sujet est en décubitus ventral, on exerce entre ses omoplates une seule pression lente et puissante.
Percussion dorsale : SEOIE-KUATSU
Cette technique s'effectue sur la zone médio-thoracique. C'est la technique de choix des judokas pour la réanimation d'un sujet en syncope après un étranglement (syncope légère, états sub-syncopaux). La manœuvre consiste en une ou plusieurs percussions réflexogènes (2 à 5 coups en 10 secondes).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (première forme) Le sujet est sur le ventre (décubitus ventral). La technique consiste en une percussion en rebond avec la main ouverte (Le plat de la main frappe).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (deuxième forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion en rebond avec le poing fermé (le dessus du poing frappe).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (troisième forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion en rebond avec le main ouverte (le plat de la main frappe).
La zone médio-thoracique
SEOIE-KUTASU (quatrième forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion en rebond avec le genou.
Percussion lombaire : URA-KUATSU
O-KUATSU : zone thoraso-lombaire. La technique O-KUATSU est recommandée spécifiquement pour les cas d'hydrocution, noyade ou " syncope blanche "
Percussion lombaire : URA-KUATSU
JINKO-KUATSU : zone médio-lombaire. La technique JINKO-KUATSU est conseillée pour les cas de commotions nerveuses.
URA-KUATSU (première forme) Le sujet est assis. La technique consiste en une percussion avec le bol du pied.
URA-KUATSU (deuxième forme) Cette technique est réservée aux seuls cas graves. On lui préférera, dans les autres cas, la première forme. Elle consiste en une seule percussion avec le genou sur un sujet décollé du sol
Percussion épigastrique : KAMI-KUATSU
Cette technique consiste en une percussion s'effectuant en glissant le long de la ligne médiane abdominale. Il est important pour réussir cette technique qu'un vêtement ne vienne pas gêner le mouvement. Dans le cas d'une syncope faire 3 ou 4 percussions énergiques. Dans le cas d'un dégagement des voies respiratoires (obstruction par un corps étranger) faire 1 percussion vigoureuse (réitérable).
La zone épigastrique (médiane abdominale)
Le sujet est allongé (décubitus dorsal). On se positionne le genou du côté de la tête levé tandis que l'autre reste au sol. Avant la percussion, la paume de la main glisse le long de la médiane abdominale en exerçant une pression croissante.
LES TECHNIQUES RESPIRATOIRES (HAÏ-KUATSU)
Bouche à bouche : AÏKI-KUATSU

C'est la technique utilisée par les pompiers et secouristes dans le cas d'un sujet qui ne ventile plus. Une main pince le nez tandis que l'autre maintient le menton du sujet sans s'appuyer sur sa poitrine. Faire 5 insufflations (fermes et progressives de 2 secondes chacune), contrôler si le sujet ventile, sinon refaire la manœuvre.
LES TECHNIQUES RESPIRATOIRES (HAÏ-KUATSU)
Refoulement abdominal : SASOÏ-KUATSU
Cette technique s'applique sur la zone abdominale. Elle consiste en une percussion ferme de la fourche de la main. Si l'on répète cette manœuvre, on la synchronisera à sa propre respiration (10 à 12 respirations par minute).
LES TECHNIQUES RESPIRATOIRES (HAÏ-KUATSU)
SASOÏ-KUATSU : zone abdominale

 

https://selfdefense59.jimdo.com/medecine-secourisme/kuatsu/

Le Seifuku : remise en place des articulations :
Cette pratique est désormais interdite en raison :
- d'une possible mauvaise manipulation
- d'un déplacement articulaire doublé d'une lésions impossible à déceler avant mais qui risque d'agraver l'état de la victime en cas de manipulation

https://www.youtube.com/watch?v=T0qYRaUyW1k

Attention :

Lors d'un combat en compétition basé sur le jùdô, n'indiquez au secouriste que vous avez mal au dos que si vous pensez avoir une blessure grave.

En cas de blessure au dos, les secouristes sont obligés de vous mettre une armature sur tout le corps qui vous empêchera de faire le moindre geste et que vous ne pourrez enlever que sur consigne d'un médecin :

Il en résultera :
- un départ sur civière
- des mesures de votre saturation en oxygène avec si problème la pose d'un masque à oxygène
- un questionnaire sur votre états physique et psychologique
- un questionnaire sur vos antécédent médicaux
- une mesure de votre tension
- une douleur à l'arrière du crâne de plus en plus grande dû à l'armature (durant 4 heures)
- une douleur au lombaire dû à la position allongée des jambes (durant 4 heures)
- un départ dans le camion des pompiers (mal des transports garantis durant 25 minutes)
- une arrivé à l'hôpital sur civière
- une radio du dessus + une radio de côté
- un électrocardiogramme
- d'autres mesures de la saturation en oxygène
- d'autres mesures de la tension
- teste d'urine
Durée de l'opération 7 heures