Le manque d'assurance

Le manque d'assurance se caractérise par :
- l'auto-critique importante, créant un état habituel d'insatisfaction de soi.
- l'hypersensibilité aux critiques ; un individu ayant une estime de soi basse se sent facilement attaqué et éprouve de façon permanente des ressentiments face aux critiques.
- l'indécision chronique, souvent suite à une peur exagérée de faire une erreur.
- le perfectionnisme, qui conduit à vouloir faire quelque chose parfaitement ou sans erreur, (il se trouve inquiet), au risque notamment de causer une frustration.

La vanité est une forme de fierté de ce ceux qui manque d'assurance et qui désir être approuvé par les autres. C'est une incertitude sur soi que les éloges guérissent.

La remise en question est lié soit :
- à une analyse sans déstabilisation dû à l'humilité
- à un narcissisme défaillant avec déstabilisation

- "Être fort psychologiquement c'est savoir se remettre en question sans pour autant être déstabilisé"

La peur est une émotion ressentie par la croyance d'un danger ou de de la perspective d'un danger ou d'une menace. En d'autres termes, la peur est une conséquence de l'analyse du danger et permet au sujet de le fuir ou de le combattre, également connue sous le terme « réponse combat-fuite ».

Une critique acerbes peut amener une réaction :
- de déprime plus ou moins silencieuse de quelqu'un manquant d'assurance
- de colère d'autodéfense de quelqu'un manquant d'assurance
- de silence de quelqu'un qui a confiance en lui
Prenons comme exemple le fait d'être attaquer sur le fait d'avoir peur du noire :
Considérons que :
- un maternelle a peur du noir
- un élémentaire n'a plus peur du noir depuis peu de temps
- un adulte n'a pas peur du noir
On a alors :
- un élémentaire dit à un maternelle qu'il a peur du noir : le maternelle est touché et se met à pleurer
- un adulte dit à un élémentaire qu'il a peur du noir : l'élémentaire est touché et se met en colère
- un élémentaire dit à un adulte qu'il a peur du noir : l'adulte n'est pas touché et se met à sourire
Si l'adulte ne réagit pas ne se met pas en colère, ce n'est pas parce qu'il déprime mais parce qu'il n'est pas touché grace à sa maturité.