Maturité

La maturité est l'étape dans laquelle se trouve un système qui a atteint son plein développement. On entend par plein développement l'étape qui, faisant suite à une évolution normale et complète, marque le passage à la phase suivante où le système a subi une certaine métamorphose ou transformation marquée. Pour un système de la complexité de l'homme, il est plus facile de délimiter la maturité sur le plan physique que sur les plans émotif ou de l'intellect. On peut donc dire que l'on ne sait pas à l'avance, chez un système complexe, à quel moment il aura atteint la maturité ultime.

La maturité émotive et intellectuelle : la sagesse
C’est d'accepter la responsabilité d’être soi-même, autenthique, quelqu’en soit le prix, aller au-delà des pensées et des sentiments. Elle caractérise celui qui est en accord avec lui-même et avec les autres, avec son corps et ses passions, qui a cultivé ses facultés mentales, tout en accordant ses actes à ses paroles. La maturité n'est pas une qualité innée chez l'homme, on considère communément qu'elle s'acquiert avec le temps, le vécu et qu'elle va de pair avec l'humilité. Elle s'apparente à une prise de conscience de sa condition et de sa place au milieu des autres.

L'effet Dunning-Kruger :
L’effet Dunning-Kruger, aussi appelé effet de surconfiance est un biais cognitif selon lequel les moins qualifiés dans un domaine surestiment leur compétence :
- la personne incompétente tend à surestimer son niveau de compétence ;
- la personne incompétente ne parvient pas à reconnaître la compétence de ceux qui la possèdent véritablement ;
- la personne incompétente ne parvient pas à se rendre compte de son degré d’incompétence ;
- si une formation de ces personnes mène à une amélioration significative de leur compétence, elles pourront alors reconnaître et accepter leurs lacunes antérieures.

"L’ignorance engendre plus fréquemment la confiance en soi que ne le fait la connaissance"
Charles Darwin

"L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit"
Aristote

"L'intelligence, c'est la chose la mieux répartie chez les hommes n'est-ce pas, parce que, quoi qu'il en soit pourvu, il a toujours l'impression d'en avoir assez vu que c'est avec ça qu'il juge"
Coluche (imspiré du Discours de la méthode de Descartes)

Dunning et Kruger attribuent ce biais à une difficulté métacognitive des personnes non qualifiées qui les empêche de reconnaître exactement leur incompétence et d’évaluer leurs réelles capacités.
Cette étude suggère aussi les effets corollaires : les personnes les plus qualifiées auraient tendance à sous-estimer leur niveau de compétence et penseraient à tort que des tâches faciles pour elles le sont aussi pour les autres.

Les études sur l'effet Dunning-Kruger ont surtout été réalisées sur des Occidentaux. Une étude sur des sujets est-asiatiques suggère que dans ce cas un effet inverse (sous-estimation de sa propre valeur et motivation pour s'améliorer) pourrait être à l’œuvre

https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Dunning-Kruger

La maturité est lié à notre rapport à l'objet :
Distance 0 : pris par l'objet
Distance 1 : trop prés de l'objet pour le voir en intégralité
Distance 2 : suffisamment distant de l'objet pour le voir en intégralité

Par exemple, le fait de se moquer ou de critiquer un manque de savoir ou savoir-faire :
Distance 0 : pas de moquerie ou critique dû à un état similaire
Distance 1 : moquerie ou critique dû à un état juste supérieur sans conscience de son état antérieur
Distance 2 : pas de moquerie ou critique dû à un état bien supérieur avec le recule conscient sur cet état antérieur

Une critique acerbes peut amener une réaction :
- de déprime plus ou moins silencieuse de quelqu'un manquant d'assurance
- de colère d'autodéfense de quelqu'un manquant d'assurance
- de silence de quelqu'un qui a confiance en lui
Prenons comme exemple le fait d'être attaquer sur le fait d'avoir peur du noir (Acheluophobie, kénonauphobie, kénophobie) :
Considérons que :
- un maternelle a peur du noir
- un élémentaire n'a plus peur du noir depuis peu de temps
- un adulte n'a pas peur du noir
On a alors :
- un élémentaire dit à un maternelle qu'il a peur du noir : le maternelle est touché et se met à pleurer
- un adulte dit à un élémentaire qu'il a peur du noir : l'élémentaire est touché et se met en colère
- un élémentaire dit à un adulte qu'il a peur du noir : l'adulte n'est pas touché et se met à sourire
Si l'adulte ne réagit pas et ne se met pas en colère, ce n'est pas parce qu'il déprime mais parce qu'il n'est pas touché grace à sa maturité.
Ainsi, le maternelle et l'élémentaire ne pourrons pas pratiquer l'autodérision sur le fait d'avoir peur du noir car ils sont encore touchés par le sujet.

Par exemple dans l'enseignement :
Distance 0 : je ne peux pas enseigner car je ne maîtrise pas l'objet de mon enseignement
Distance 1 : je ne peux pas enseigner car je n'ai pas suffisament de recule sur mon propre apprentissage de l'objet enseigné
Distance 2 : je peux enseigner à quelqu'un comme moi car je suis suffisament distant de l'objet pour avoir du recule sur mon propre apprentissage de l'objet enseigné
Distance 3 : je peux enseigner à tout le monde car je suis suffisament distant des autres et de l'objet pour avoir du recule sur mon propre apprentissage de l'objet enseigné et sur la manière d'aborder les autres selon leur singularité

Autres exemples :
Distance 0 : je ne peux pas tolérer un comportement car je ne me demande pas les causes de ce comportement
Distance 1 : je ne peux pas tolérer un comportement car je n'ai pas suffisament de recule sur les causes de ce comportement
Distance 2 : je peux tolérer un comportement car j'ai suffisament de recule sur les causes de ce comportement

Distance 0 : je ne peux pas maîtriser mon comportement car je subis l'envie d'avoir ce comportement
Distance 1 : je ne peux pas maîtriser mon comportement car je n'ai pas de vision assez lointaine des causes et des conséquences de mon comportement
Distance 2 : je peux maîtriser mon comportement car j'ai une vision assez lointaine des causes et des conséquences de mon comportement
Distance 3 : je peux maîtriser le comportement des autres car j'ai une vision assez lointaine des causes et des conséquences des comportements des autres

- "Être fort psychologiquement c'est savoir se remettre en question sans pour autant être déstabilisé"

- "Il faut parfois choisir entre avoir raison et être libre"
Loïc Saint-Blanca (juillet 2014)

- "Pour vivre heureux, certaines personnes ont besoin qu'on leur mente car il ne suffit d'avoir raison pour convaincre"

L'ultime niveau est d'être suffisamment distant avec la maturité des autres pour considérer leur niveau de maturité.

Les quatre niveaux de maturité :

Niveau
Nom
Rapport à l'objet
Réaction face au stress
Niveau 1 Soumission pris par l'objet déprime envers la situation ou les autres
Niveau 2 Rebellion trop prés de l'objet pour le voir en intégralité colère envers la situation ou les autres
Niveau 3 Analyse suffisamment distant de l'objet pour le voir en intégralité voir, juger et agir sur la situation
Niveau 4 Sagesse suffisamment distant avec les autres pour considérer leur niveau de maturité adapté à la situation et aux autres

http://www.reussirmavie.net/Avoir-de-la-maturite-c-est-quoi_a721.html

Voir aussi :
- la peur
- le respect
- la confiance
- le courage
- l'estime de soi
- le manque d'assurance