L'attitude au dôjo

      Le dôjo est un lieu d'étude, de travail et d'échanges. Une attitude empreinte de
      sérieux et de respect est nécessaire au progrès. Tout jùdôka doit avoir présent à
      l'esprit les recommandations suivantes qui conditionnent le bien-être de chacun.

     Respect des lieux
      L'arrivée et le départ du dôjo sont marqués par le salut. Il convient de saluer chaque fois
      que l'on monte ou descend du tatami. Le dôjo sera laissé en ordre et dans le plus grand
      état de propreté (y compris les vestiaires et sanitaires).

     Respect des personnes
      Au début et en fin de séance, élèves et professeurs se saluent (zarei). Ils saluent également
      le côté kamiza (place d'honneur). Il faut saluer son partenaire avant et après chaque
      exercice. L'autorisation du professeur est nécessaire pour quitter le tatami.

     Entraide et solidarité
      Les plus gradés ont le devoir de servir, d'aider les moins avancés. Il convient d'écouter
      leurs conseils avec attention. Il faut aider ses partenaires à progresser et ne pas être pour
      eux une cause de gène ou de désagrément (taijin kyofusho).

     Politesse
      Il est important de se comporter avec discrétion et donc de ne pas parler à haute voix.
      Lorsque l'on ne pratique pas, il faut être attentif à l'enseignement donné. Il convient de ne
      se dévêtir que dans les vestiaires.

     Ponctualité et assiduité
      Il faut être ponctuel et respecter les horaires de début et de fin de cours, si l'on est en
      retard, il est courtois se s'en excuser auprès du professeur et d'attendre son accord avant
      de monter sur le tatami. La persévérance et l'assiduité sont nécessaires à tout progrès
      sérieux.

     Hygiène
      Avoir un corps et des vêtement propres c'est se respecter et respecter les autres. Les
      ongles doivent être coupés courts. Il ne faut pas marcher pieds nus hors du tatami.
      Une bonne hygiène de vie est nécessaire à l'harmonie de l'être humain.

     Convivialité et amitié
      La courtoisie et la convivialité favorisent l'éclosion de liens amicaux privilégiés. Ce qui
      constitue un des buts du jùdô.

          Le jùdô est un sport, il doit donc être pratiqué dans la joie.
                           C'est aussi une admirable école de vie



1 - Il ne faut jamais oublier que le DÔJO est un lieu de culture spirituelle aussi bien que d'entraînement technique.

2 - Il faut saluer (RITSU-REI) quand on arrive et quand on s'en va.

3 - Il faut respecter scrupuleusement les règles de la politesse et les règles particulières au DÔJO
        - S'efforcer en toutes circonstances d'aider ses partenaires et n'être jamais pour eux une cause de gêne ou de désagrément.
        - Respecter les ceintures supérieures et accepter leurs conseils sans discuter. De leur côté, les ceintures supérieures doivent aider la progression de ceux qui sont moins avances, avec sollicitude et cordialité.
        - Lorsqu'on ne travaille pas, on doit avoir une tenue correcte, ne jamais se permettre des attitudes négligentes, même Si on est fatigué
        - On doit rester silencieux et si on a à parler, seulement pour la pratique, ne le faire qu'à voix basse.
        - On ne doit pas retirer son jùdôgi dans le DÔJO (aller au vestiaire), sauf sur invitation du Professeur (*)

4 - On doit apporter un soin constant à la correction et à la propreté de sa tenue; propreté du jùdôgi, propreté corporelle ordonnance du jùdôgi qui doit être remis en place aussi souvent qu'il est nécessaire. Il est interdit de porter un vêtement sous le jùdôgi, sauf autorisation du Professeur (*)

- Les ongles des mains et des pieds doivent être coupés très courts. Il faut enlever, pour pratiquer, chaînes et bagues, qui peuvent entraîner des accidents pour leur porteur et son partenaire.

5 - On doit respecter exactement l'horaire des cours (sauf autorisation particulière). On ne doit pas quitter le DÔJO avant la fin de la leçon du Professeur (*)

6 - Au début et à la fin de la leçon, le Professeur et les élèves se saluent mutuellement (ZAREI, en principe).
Avant et après avoir pratiqué ensemble, on doit se saluer, la ceinture supérieure se place le dos à la place d'honneur, chacun veille à ce que son jùdôgi soit en ordre.

7 - Lorsqu'on s'arrête de travailler ou qu'on vient au DÔJO sans pouvoir pratiquer, on doit suivre attentivement ce qui se passe sur le tapis, profiter des explications données et tirer un enseignement du travail en cours

8 - Lorsqu'on entre au DÔJO, avant de se mettre en jùdôgi, ou lorsqu'on y vient sans pouvoir pratiquer, on doit se découvrir, s'abstenir de fumer et se comporter avec la plus grande discrétion, évitant toute conversation bruyante ou étrangère au JÙDÔ.

Ichiro ABE, 10e dan

(*) Il faut entendre ici non seulement le Professeur en titre, mais celui de ses assistants chargé de la leçon du jour.

http://pagesperso-orange.fr/pelletier.andermatt/12judo.html