Les Grades :
Les Katas : formes fondamentale

Le mot kata a trois sens principaux en japonais. À chaque sens correspond un kanji pouvant être employé pour écrire ce mot :

Le sens de "tracer avec le pinceau une ressemblance exacte". (souvent interprété de cette manière)
Le sens de "forme originale faite en terre". (sens originel en judo)
Le sens de "épaule", comme dans Kata Guruma.

Contrairement aux autres arts martiaux, en jd, le kanji kata fait référence à une "forme originale faite en terre" et non pas à "un tracer avec le pinceau une ressemblance exacte". En jd, les katas sont l'illustration de principe et pas de conformisme.

Avant on commençais par les katas et après le Gokyo

Les katas sont des exercices de style du jd-Jùjutsu exécutés dans un ordre précis. En français, le mot le plus proche du mot (tel qu'il est souvent perçu) "kata" est "démonstration". Il devrait selon le sens originel voulu par Jigorô Kanô être plutôt traduit par "exercice théorique"). Ils doivent refléter le degré de connaissance et de maîtrise des exécutants. C'est la démonstration des principes de base d'attaque et de défense suivant une progression rigoureuse, résultat de l'expérience et de la réflexion des meilleurs et des plus anciens maîtres de jd-Jùjutsu. Les kata doivent être exécutés selon un cérémonial précis dans une attitude protocolaire. Les mouvements doivent être exécutés avec sincérité en attaque et en défense avec une grande précision dans chacune de ses phases (kuzushi - tsukuri et kake). Tous les katas sont des séries de contre. Il est donc nécessaire de le considérer comme un échange entre Uke et Tori.

Les membres des jurys d’examen seront choisis par le Conseiller Technique Sportif pour tous les grades (du 1er au 4e dan), parmi les juges figurant sur les listes interrégionales.
Les représentants des Fédérations Multisports, Affinitaires Scolaires, Universitaires agréées et des Organisations Professionnelles peuvent se présenter dans les mêmes conditions que les experts fédéraux sur ces listes. Pour les grades de 5e et 6e dan « Expression Technique », les membres de jurys seront choisis parmi les juges figurant sur la liste nationale par le Directeur Technique National.
Les membres des jurys seront de grade supérieur ou exceptionnellement équivalent au grade postulé par le candidat.

Tout le monde n'est pas d'accord sur la codification détaillée des katas malgré l'existence de stages annuels nationaux qui se veulent unificateurs, organisés au niveau Interrégional par la F.F.J.D.A.
Ces différences sont dues aux différences entre ceux qui mettent l'accent sur les traditions qui leur semblent la plus authentiques et ceux qui mettent l'accent sur la logique biomécanique de la situation de combat.
- "Si les jeunes ont tort de croire que l’intelligence (intelligence discernante) peut remplacer l’expérience (intelligence expérimentale), les gens mûrs ont tort de croire que l’expérience peut remplacer l’intelligence !"
En fait, l'hamonisation détaillée des katas ne pourra jamais être appliquée dans les faits dû aux différences inter-individuelles.
Cette constatation de doit être ni une source de tension ni la preuve d'un manque de rigueur mais une source de richesse.
Lorsque vous passer les katas, comme tous autres test, le but est de réussir à satisfaire votre examinateur.
Pour cela il est nécessaire d'effectuer des stages ou des cours katas avec ceux qui vont vous évaluer pour fournir la prestation exacte qu'ils attendent.
Pour évaluer le kata il serait bon que les examinateurs remplissent une grille d'évaluation de kata découpés en séquences technique.
Pour sa pratique personnelle, il vaut mieux consulter le plus de sources possibles et privilégier les explications qui semblent les plus logiques. Respecter les grands principes qui se dégagerons des différentes descriptions qui seront faites et tout particulièrement l'esprit du kata.
Les juges font attention aux respects des grands principes et particulièrement à l'esprit du kata. Pour ce qui est des détailles, ils s'attachent à la logique de la prestation fournie par le candidat plutôt que de s'attacher à la correspondance pure et simple entre la prestation observée et leur idée sur le kata. Un juge de kata a l'esprit ouvert et a un certains recule grâce à une formation continue sur les katas. Pensez que le kata est une prestation technique arrêtée est une erreur.
NB : Dans le Katame no Kata, le rôle précis de Tori en réaction de la tentative de sortie de Uke dans les osae komi waza et la réaction de sortie d'Uke dans les shime waza et les kansetsu waza n'est jamais précisé en détails.

La formation initiale des enseignants est très insuffisante. Encore actuellement, ce métier doit s'apprendre en grande partie sur le tas. En effet, l'essentiel de sa formation de base se borne à l'étude technique, la règlementation, une fiche de séance et en partie d'une méthode. Outre la regretable carence (qualitative et quantitative) de la littérature sur le sujet, deux causes peuvent expliquer cette état de fait :
- il y a un grand désaccord sur la manière d'enseigner et on ne peut pas aller plus loin sans accuser le formateur de trop prendre partie.
Solution —› exposer les grandes catégories de manière d'enseigner en détaillant au mieux selon le temps impartie à la formation à l'aide de cours prévues à cette effet bien sûr mais aussi à des polycopiées ou de conseils bibliographiques.
- il y a une volonté de cacher un fond de commerce (ce qui explique la regretable carence (qualitative et quantitative) de la littérature sur le sujet).
Solution —› se rappeler qu'avant d'être des professionnels, les enseignants sont avant tout des jùdôkas à savoir des personnes qui ont notamment choisi de vivre dans l'entraide et la prospérité mutuelle (jitai kyoei).

On peut distinguer 14 katas :

Nom du kata
Type
Classique
Nage no Kata Projection
oui
Nage-Ura no Kata Contre de projection
non
Kaeshi no Kata Contre de projection
non
Go no sen Contre de projection
non
Katame no Kata Contrôle
oui
Kime no Kata Auto-défense
oui
Goshin Jutsu Auto-défense
oui
Joshi-Goshin-Ho Auto-défense pour les femmes
non
Jù no Kata Souplesse
oui
Go no kata Force
non
Koshiki no Kata Ancien
oui
Itsutsu no Kata 5 principes
oui
Nanatsu-no-kata 7 principes
non
Seiryoko Zen'yo Kokumin Taiiku no Kata Echauffement
oui

Conditions d’accès au corps de juges
Pré-requis :
- Posséder le Brevet d’État d’Éducateur Sportif
- Être 3e dan minimum
- Participer au stage interrégional de formation des juges
- Être ou avoir été arbitre fédéral F2

Un jury de kata est cependant composé de personnes qui ont des jugements plus ou moins fidèles, justes et sensibles selon leurs expériences à un moment donnée de leur vie. Le kata est toujours une interprétation et non une science exacte. L'essentielle est la cohérence derrière le détail et pas le détails en lui-même. Réussir ou échouer à un passage de grade n'est pas une preuve absolue d'un niveau mental, technique et physique correspondant mais le résultat de la meilleure façon qu'on ait trouvé d'évaluer ce niveau.

Le rôle de tori est de uke se répatissent en deux études :
- Bogeki (bogyo) no katachi (étude approfondie du kata en défenseur en Nage waza), fusegi au sol
- Kogeki no katachi (étude approfondie du kata en attaquant)
- Hangeki : la contre-attaque

Temps
Temps 1
Temps 2
Temps 3
Tori
Kogeki
Kogeki
Uke
Bogeki
ou
Temps
Temps 1
Temps 2
Temps 3
Temps 4
Tori
Bogeki
Kogeki
Uke
Kogeki
Bogeki
ou
Temps
Temps 1
Temps 2
Temps 3
Tori
Bogeki
Uke
Kogeki
Hangeki

Règles dans le cadre de la présentation des katas :
L'entrée sur le tatami :

Elle s'effectue directement à l'intérieur des 6 mètres (5,50 m) sans effectuer le salut exigé en compétition.
On peut également effectuer le salut au milieu du premier mètre de la limite des 6 mètres
Le salut :
Deux cas de figure se présentent :
- soit le salut s'effectue debout et on place les talons au ras de la limite des 6 mètres
—› ce qui revient à se placer à 6 mètres de bout de talons à bout de talons et 5,50 mètres d'orteil à orteil
- soit le salut s'effectue au sol et on place le milieu des pieds à 5,50 mètres l'un de l'autre
—› ce qui revient à se placer à 6 mètres de bout d'orteil à bout d'orteil une fois placé en position à genoux
(en effet le Zarei s'effectue en reculant sur la descente et en avançant sur la montée)

Rappel :
Si les katas s'effectuent à deux, ils doivent s'enseigner au moins à trois pour avoir une vue extérieur.

Le Seiryoko Zen'yo Kokumin Taiiku no Kata est un Kata d'échauffement à l'intérieur duquel on effectue le Kime Shiki qui est une forme simplifié du Kime no Kata et le Jù Shiki qui est une forme simplifié du Jù no Kata destiné à l'origine aux femmes... je vous laisse apprécier...
Le Nage no Kata et le Katame no Kata compose le Randori no Kata lui-même complété par le Go no Sen, un exercice de contres.
Le Jù no Kata est un Kata d'étirement.

Le Kime no Kata, Goshin Jutsu (appelé aussi Shin (le nouveau) Kime no Kata) et le Kime Shiki (contenu dans le Seiryoko Zen'yo Kokumin Taiiku no Kata) compose le Shinken Shobu no Kata (combat réel).

Le Koshiki no Kata est la forme antique qui précède le jd.
Le Itsutsu no Kata illustre les cinq principes des technique de jd.

Les 6 katas du Kodokan :
Une séquence technique peut égalment être considéré comme un kata (une forme) :
Le Nage no Kata (15 techniques, originellement 10)
Le Katame no Kata (15 techniques, originellement 10)
Le (Shinken) Shôbu no Kata (aujourd'hui Kime no Kata) (20 techniques, originellement 10)
Le Gôjù no Kata (25 techniques, originellement 20)
    - le Gôjù no Kata (aujourd'hui Go no Kata) (10 techniques)
    - le Taïso no Kata (aujourd'hui Jù no Kata (15 techniques, originellement 10)
Le Kito Ryu no Kata (aujourd'hui Koshiki no Kata) (21 techniques)
Le Itsutsu no Kata (5 techniques)
Soit :
15+15+20+10+15+21+5= 101 katas

Rangés par objectif :
- Randori no Kata : (improvisation) (Nage no Kata et Katame no Kata)
- Shôbu no Kata : (défense personnelle) (le Kime no Kata, le Goshin Jutsu (appelé aussi Shin (le nouveau) Kime no Kata) et le Kime Shiki (contenu dans le Seiryoko Zen'yo Kokumin Taiiku no Kata) qui est une forme simplifié du Kime no Kata)
- Rentai no Kata : (éducation physique) (le Taïso no Kata (aujourd'hui Jù no Kata) et le Jù Shiki (contenu dans le Seiryoko Zen'yo Kokumin Taiiku no Kata) qui est une forme simplifié du Jù no Kata)
- Ri no Kata : (théorie) (Kito Ryu no Kata (aujourd'hui Koshiki no Kata) et le Itsutsu no Kata))

Place de Tori et Uke à l'ouverture du kata en fonction du kata :

Kata
Place Uke
Place Tori
Nage no Kata
à gauche
à droite
Katame no Kata
à gauche
à droite
Goshin Jutsu
à droite
à gauche
Kime no Kata
à gauche
à droite
Go no sen
à gauche
à droite
Jù no Kata
à droite
à gauche
Koshiki no Kata
à droite
à gauche
Itsutsu no Kata
à gauche
à droite

1er Dan :
Les 3 premières séries du Nage no Kata ou première partie du Kodokan Goshin Jutsu

2e Dan :
Nage no Kata

3e Dan
Katame no Kata et Kodokan Goshin Jutsu

4e Dan
Kime no Kata et Go no sen

5e Dan :
Jù no Kata

6e Dan :
Koshiki no Kata

Autres katas :
Itsutsu no Kata
Seiryoko Zen'yo Kokumin Taiiku no Kata

Autres :
Renkoho-Waza
Les 16 attaques imposées (datant de 1982 mais plus en usage)
Les 20 attaques imposées (datant de 1996)

Les candidats de 51 ans et plus seront examinés uniquement dans le rôle de Tori.

Voici à titre indicatif, l'essentiel des critères de promotion d'un jùdôka au Kdkan de Tokyo :

1) du 1er au 6e Dan : bonnes qualités morales, maîtrise des techniques, Kata, palmarès sportif, ancienneté, âge minimum. Les ponts nécessaires en compétition s'acquièrent soit par poules soit par ligne (compétition Kohaku) auquel cas le jùdôka a droit à la promotion immédiate (Batsugun).

2) les 7e et 8e Dan : vie privée en harmonie avec les principes du jd, maîtrise du Kata, conditions d'ancienneté, palmarès pédagogique, recherches en faveur du perfectionnement du jd, contribution à la promotion du jd.

3) les Dans honorifiques peuvent être octroyés pour récompenser les efforts méritoires déployés pour la cause du jd.

4) Kata requis et âge minimum pour chaque grade au Kdkan :
Shodan (1er Dan, 15 ans) : Nage no Kata
Nidan (2e Dan, 15 ans) : Nage no Kata
Sandan (3e Dan, 15 ans) : Nage no Kata + Katame no Kata
Yodan (4e Dan, 20 ans) : Nage no Kata + Katame no Kata
Godan (5e Dan, 22 ans) : Nage no Kata + Katame no Kata
Rokudan (6e Dan, 27 an) : Nage no Kata + Katame no Kata + Kime no Kata ou Goshin Jutsu
Shichidan (7e Dan, 33 ans) : Nage no Kata + Katame no Kata + Kime no Kata ou Goshin Jutsu + Itsutsu no Kata ou Ju no Kata
Hachidan (8e Dan, 42 ans) : Nage no Kata + Katame no Kata + Kime no Kata ou Goshin Jutsu + Itsutsu no Kata ou Ju no Kata + Koshiki no Kata

5) Les 6e et 7e Dan portent la ceinture blanche et rouge, les 8e et 9e Dan, la ceinture rouge, les 10e Dan la ceinture blanche large.

Pas en France ! !

Pourquoi des katas ?

Voir http://perso.wanadoo.fr/pelletier.andermatt/5kata0.html